Le blog des Infiniters

Blog collaboratif pour les passionnés de jeux de rôle textuels et d'écriture

-5% Chez notre partenaire Pelopia Enlève Adblock pour soutenir Infinite RPG

Le RPG textuel, un loisir encore méconnu et impopulaire : pourquoi ?

 
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

On dit de quelque chose qu’il est populaire quand il est à la fois démocratisé, vulgarisé; et à la fois apprécié et fréquenté… ces deux facettes sont à la fois différentes et liées, notamment pour le RPG écrit. En effet, celui-ci est d’une part mal connu, et d’une autre, si cette activité est connue, elle est encore dépréciée. On peut donc en déduire que le jeu de rôle textuel est impopulaire… Pourquoi ? Mais aussi pourquoi certains rôlistes s’en cachent ?

Depuis sa création, le jeu de rôle a provoqué maintes images et avec l’expansion des médias, tels que les réseaux sociaux, ainsi que celle du jeu de rôle textuel via de plus en plus de plateformes. Nous interroger sur la vision du jeu de rôle textuel de ceux qui ne pratiquent pas cette activité nous est apparu comme légitime. A l’aide d’un sondage “La vision du RPG par des non-initiés”, nous avons recueilli des réponses qui nous ont éclairé. Prise de vue.

Le RPG écrit est-il une activité connue ?

roleplayer-meme

Le jeu de rôle semble être une activité globalement bien connue. Les expressions qui reviennent le plus souvent pour le définir sont : « jeux vidéos », « Facebook », « forums » (les plateformes), « incarner un personnage »…

A l’occasion de ce sondage, nous avons eu l’opportunité de constater que certaines personnes confondaient le RPG avec le jeu de rôle érotique, deux mondes qui, s’ils ont une base commune, n’ont pas la même finalité.

Sans cette confusion, les termes, dans l’ensemble, recoupent la définition du « RPG » communément admise.

connaissance-du-rpg-textuel

« Connaissez-vous le RPG textuel ? » 68,5% des sondés ont répondu « Oui » contre 31,5% de personnes qui ne connaissaient pas le jeu de rôle textuel.

La question de la connaissance du jeu de rôle textuel se pose naturellement. En effet, si le jeu de rôle papier ou même les jeux vidéos type RPG bénéficient d’une certaine démocratisation, le jeu de rôle par écrit est encore dans l’ombre. Un peu comme le cousin éloigné que peu de gens ne connaissent… Parmi ceux qui nous ont répondu, 68,5% des sondés connaissaient le jeu de rôle textuel contre 31,5% qui ne savaient pas ce que c’était. Une majorité connaissaient le jeu de rôle textuel contre une minorité qui n’en avait pas la moindre idée.

A ceux qui ont répondu oui, nous leur avons donné l’occasion de s’exprimer tandis qu’à ceux qui ne le savaient pas, nous leur avons fait part de la définition disponible sur le site d’Infinite. Cette définition semble avoir été bien comprise.

Grâce aux réponses que nous avons obtenues des sondés connaissant le RPG écrit, nous pouvons dégager la définition suivante :

Le jeu de rôle textuel est une expérience communautaire se déroulant sur plusieurs supports et qui consiste en un exercice d’écriture. Ce dernier met en scène des  personnages que les joueurs interprètent en fonction d’un contexte et des interactions avec les autres. Le personnage est créé et incarné. De ce fait, il évolue en fonction de son vécu.

Les interrogés qui disent connaître le jeu de rôle textuel en ont une définition plutôt juste.

On retrouve néanmoins l’éternel cliché du jeu de geek, à savoir un jeu de geek avec tout ce que cela peut sous-entendre : « immature », « asocial », « coupé de la réalité »…

Qu’ils soient vidéos, papier ou écrits, les jeux de rôle ont gardé une aura somme toute négative.

Comment expliquer l’impopularité du RPG écrit ?

Si le rpg par écrit est impopulaire, c’est avant tout à cause des impératifs : contexte, création de personnage, délais, compétences de lecture et d’écriture…et de la mauvaise image. De prime abord, nos sondés décrivent positivement les rôlistes. Mais le péjoratif côtoie le mélioratif de sorte que ce qui en ressort reste trouble.

vision-rpg-geek-imaginatif

Nous avons demandé à nos sondés quels mots ils utiliseraient pour décrire le rpg écrit ainsi que les rôlistes :

  • A première vue, le jeu de rôle textuel est une activité « stimulante », « envoûtante », « divertissante » et « conviviale ». Le RPG demande une certaine « imagination » ainsi qu’apprécier l »écriture ». Néanmoins, c’est aussi une passion « chronophage » et « ennuyeuse » pour certains, et qui « rend dépendant« .
  • Les rôlistes sont vus comme des gens « passionnés », « imaginatifs », et « ouverts ». Cependant, ils sont aussi « déconnectés de la réalité« . Ce sont des « anormaux », des « solitaires », « introvertis » mais aussi très « sectaires ». Ils sont aussi « sensibles », « rêveurs », « originaux », et ce sont des « intellectuels« .

La question de l’addiction et du temps passé reste centrale. Visiblement, ce sont les deux principaux reproches faits au jeu de rôle textuel.

Les deux tiers de l’entourage des rôlistes semblent avoir une conscience certaine du temps que passent les rôlistes par écrit à écrire, justement. Cette question du temps est des plus importantes, apparemment. Le Rpg écrit est une activité qui sort des normes, et même si écrire prend généralement moins de temps que de regarder la télé, cela reste un « jeu de geek ».

"Combien de temps un roliste passe-t-il sur un RPG écrit d'après vous ?"

« Combien de temps un roliste passe-t-il sur un RPG écrit d’après vous ? »

D’après 34,6% des sondés, le rôliste de leur entourage pratiquerait sa passion tous les jours. Pour 28,2%, ce serait plusieurs fois par semaine, 3,8% : de temps en temps et pour 1,3%, plus rarement. Enfin, 23,1% de nos sondés ont avoué ne pas savoir quelle était la fréquence de jeu (9% sans réponse).

A cela s’ajoute la composante sexuelle éclipsée par la non productivité (on entend, pas “non productivité”, l’idée que l’activité ne produit aucune richesse, qu’elle ne “sert à rien” pour la société dans sa globalité), le fait que c’est une activité addictive mais aussi par l’attachement « aberrant » aux personnages incarnés et, pour terminer, le fait que c’est un sujet tabou encore aujourd’hui.

Parler de sa passion pour démocratiser le RPG écrit ?

Selon nos sondés ayant un rôliste parmi leurs proches, il y a une large part (plus de 50%) qui parle de sa passion sans gêne et ouvertement. 21,8% le fait sans aucune distinction tandis que 5,8% le fait avec embarras et 10,3% dissimule leur activité.

"Est-ce que les amateurs de RPG textuel parlent ouvertement de leur passion ?"

« Est-ce que les amateurs de RPG textuel parlent ouvertement de leur passion ? »

 

Peut-on en déduire que ceux qui ne parlent pas de leur passion ont un entourage qui ne s’y intéresse pas ou qui du moins, ignore tout de cette activité ?

Si les rôlistes dissimulent leur passion pour le rpg écrit, c’est parce qu’ils ont peur du jugement des autres et tout ce que cela peut sous-entendre : « honte », « peur », « difficile à expliquer »… Le rpg décrit comme « jardin secret » a été aussi évoqué.

A la vision de ces réponses, il est aisé de comprendre que nos sondés ont une vision réaliste de ce qui pousse les rôlistes à dissimuler leur passion mais aussi pourquoi le jeu de rôle textuel est impopulaire et ne semble pas bénéficier de la même acceptation (toute relative) au sein de la société que les jeux de rôles sur table (et ses variantes) ou les jeux vidéos.

Que ferais-tu pour faire mieux connaître le RPG écrit ?

revolution-john-steven-fernandez

Le bilan de ce sondage est assez mitigé. On constate aisément que le jeu de rôle bénéficie d’une image plus positive que le RPG textuel. En effet, si nos sondés savaient en majorité en quoi cela consistait, il s’avère que leur vision est toute en nuances. La moitié des interrogés accepteraient de tester le jeu de rôle écrit et ce, quelle que soit la plateforme utilisée.

Cet avis n’est que le mien mais il me semble que si un entourage s’intéresse à la passion de l’un de ses membres, celui-ci sera plus à l’aise pour en parler et pour expliquer. De fait, l’entourage sera alors mieux informé et plus à même de comprendre la passion. C’est un cercle vertueux et une question d’ouverture d’esprit réciproque.

 
Partage cet article sur les réseaux sociaux !

La plateforme RPG est en ligne : Viens tester !

Isilwen (3 articles)

Est tombée dans la marmite du rp quand elle était toute petite. Depuis, Panoramix lui a demandé d'aller voir ailleurs. Elle a navigué entre le jdr, le gn, le rpg textuel sous la majorité de ses formes... Puis elle a trouvé que le jeu vidéo c'était sympa entre deux livres. Sa devise? "Le savoir comme épée, le sarcasme comme bouclier"... Les fans reconnaîtront. Site web : http://starwarsjdr.forumactif.com/

 
Icone Facebook
Et si tu nous proposais un article ?

A noter : Le blog des Infiniters publie des articles proposés bénévolement par tout membre de notre communauté de rôlistes, qui respecte notre charte de bonne conduite et notre ligne éditoriale. Le rédacteur est un contributeur externe à l'équipe d'infinite RPG. Son avis n'engage que lui, dans son article et dans ses commentaires.

Viens nous rejoindre !

Nouveau sur infinite RPG ? Inscris-toi ! Tu es déjà inscrit ? Connecte-toi ! Icone Facebook Icone Facebook Icone Youtube Icone Twitter Icone tumblr Icone RSS
 

7 réponses à “Le RPG textuel, un loisir encore méconnu et impopulaire : pourquoi ?”

  1. Ith dit :

    Bon résumé, sans pour autant être dans le jugement ni dans l’éloge.

    Pour ce qui est du temps consacré, de mon expérience, même si plusieurs forum imposent des deadlines, c’est plus pour ne pas gêner ceux qui attendent une réponse et permettre une certaine convivialité, et je n’ai jamais vu encore de règlement stipulant qu’une présence quotidienne était nécessaire ou encore qu’on ne pouvait pas s’absenter en fonction de besoins IRL.

    Et top le point de vu du rôliste sur son discourt au quotidien sur les RPG textuels! Je pensais qu’il y aurait plus de « discrètement » et de « jamais », ça fait plaisir 🙂

  2. Nangai Nangai dit :

    Je suis assez ouvert sur le sujet quand la personne semble ouverte d’esprit… Oui, je juge un peu aisément mais, c’est une manière de ne pas se faire recaler ! ^^
    De plus, j’évite d’en parler TROP souvent pour ne pas paraître ‘lourd’. Pour dire, j’en ai parlé à ma classe, j’ai été considéré comme « celui qui ne DOIT pas faire la moindre faute »…
    Ce n’est pas un mal mais, je n’aime pas le fait d’être catégorisé aussi facilement, je suis chiant… Haha
    La reproche la plus répétitive est : « il faut écrire… », ça représente bien notre époque ! Mais, ce n’est pas un mal, ça veut aussi dire que nous avons un loisir plutôt bénéfique (je vais loin XD)

    Après, mon entourage « proche » trouve ça vraiment bien en général ! Tout dépend de l’ouverture d’esprit, je suppose ! L’article résume vraiment bien les statistiques, merci pour tout 🙂

  3. Eden Memories Eden Memories dit :

    Je pense que le jeu de rôle sur table a une meilleure image parce que ça fait plus jeu de société, et que le jeu de rôle textuel parce qu’il est sur le net et qu’il est chronophage (reconnaissons-le) doit paraître avoir le même effet que les jeux vidéos, chez les parents du moins c’est perçu de la même manière ou presque, inutile et prenant du temps, alors qu’il a été démontré que les jeux vidéos développaient plus l’intelligence chez les enfants que la télé, et qu’écrire développe l’imagination. Mais de fait pour une personne extérieure, sans explication, tu vois juste quelqu’un passant énormément de temps sur son ordinateur, et l’image du geek véhiculée dans les années 80/90 était loin d’être glorieuse, ce n’est que récemment que c’est devenu plus populaire en somme.

  4. Sim Kaali Sim Kaali dit :

    La confusion entre jeux de rôles textuels et jeux de rôles érotiques est quelque chose qui m’échappe et dont je n’avais jamais entendu parlé…

    De même, je dois avouer que je suis surpris d’entendre dire en conclusion que le jeu de rôle sur table, si j’ai bien compris, a une meilleure image que le jeu de rôle textuel. Il est certes plus « populaire » dans le sens où il est connu par plus de gens, c’est certain, mais de mon expérience personnel le jeu de rôle textuel a une meilleure image. Le jeu sur table est assimilé à une pratique plus geek et de passionnés qui s’adonnent le soir au coin du feu à une activité un peu bizarre, alors que le jeu de rôle par écrit est souvent accepté comme une pratique d’écrivain et du coup beaucoup plus admiré, ou en tout cas apprécié.

    Serait-il possible de connaître le pourcentage des fouchettes d’âges et des sexes afin de pouvoir recontextualiser les réponses au sondage ? 🙂

  5. darkbaron darkbaron dit :

    Je dois avouer que je ne connaissais pas non plus la confusion entre RPG et RPG érotique. À la limite, que les gens pensent au jeu de rôles érotique, donc le fait de jouer un rôle dans l’intimité, au lieu du JDR, je peux comprendre, mais là…

    Quant au caractère chronophage, le JDR sur table l’est aussi. Une grosse séance de JDR hebdomadaire, ça peut être bien plus de 5h, et c’est en supposant qu’on n’a qu’une table régulière et en excluant la préparation de partie, le temps de transport éventuel (ce qu’on n’a pas en jouant au RPG textuel), etc.

    À partir du moment où on est à fond sur un loisir, il peut devenir chronophage, que ce soit le JDR sur table, le RPG textuel ou autre chose.

    Je suis d’autant plus surpris que l’on puisse dire que le RPG textuel est impopulaire. Quand on voit les centaines de pratiquants de ce loisir, ça me paraît difficile de parler d’impopularité. Au mieux, on doit pouvoir dire que c’est un loisir de niche, mais même une telle affirmation me paraîtrait contestable…

  6. […] partenaire Infinite-RPG organise un grand concours « Vis Ma Vie de Rôliste 2015″ du 20 au 21 juillet, en […]

  7. […] partenaire Infinite-RPG organise un grand concours « Vis Ma Vie de Rôliste 2015″ du 20 au 21 juillet, en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Abonne-toi à la newsletter d'infinite RPG

Partenaires

  • Chroniques d'une RPGiste
  • Adie – Créajeunes
  • Les Chutes de Rozan
  • Destination Hogwarts
  • Kerlaft le rôliste
  • Opale Rôliste
  • Mademoiselle Cordelia
  • Roleplay And Sarcasm
  • Festival des Mondes de l'Imaginaire
  • Chercher un Avatar WTF
  • L'Ivre Book
  • Le Blog du RPG
  • Obsession 27
  • Labo de l'Edition
  • Pub RPG Design
  • Draftquest
  • Entrance Icons
  • Akilajo Graphic
  • Sawen
  • Festival Les Mondes d'Elor
  • Eternal Lust
  • GraphicObsession
Voir tous nos partenaires | Devenir partenaires

“A ce moment-là, je jure que nous étions l'infini.”

Le monde de Charlie, Stephen Chbosky