Le blog des Infiniters

Blog collaboratif pour les passionnés de jeux de rôle textuels et d'écriture

-5% Chez notre partenaire Pelopia Enlève Adblock pour soutenir Infinite RPG

Les rencontres virtuelles sur les forums RPG : pour le pire…

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Ce dont je viens vous parler aujourd’hui, c’est des rencontres virtuelles que l’on peut faire via le jeu de rôle en ligne (Role Playing Game), pour le meilleur comme le pire. Parce qu’avec bientôt dix ans d’expérience, j’ai eu l’occasion de passer par les deux extrêmes, et la dimension que prennent les rencontres sur Internet aujourd’hui rend nécessaire d’avertir les plus jeunes d’entre nous. Les plus insouciants, comme j’ai pu l’être, jeune fille de 13 ans larguée sur la toile avec des inconnus.

Découverte des forums RPG

Mars 2007. J’ai commencé le jeu de rôle écrit sur des forums RPG (play-by-forum), découvrant par hasard à l’âge de 13 ans ce monde fascinant dans lequel vous inventez un personnage, son histoire, et des liens fabuleux en écrivant avec d’autres rôlistes du monde entier, également derrière leurs ordinateurs.

Avec du recul, j’ai envie de gifler violemment l’adolescente que j’étais. Rebelle incomprise, déphasée du reste du monde, la tête dans les livres et les jeux vidéo dans mon petit collège du 93, je me suis réfugiée corps et âme dans les forums RPG, y ai développé ma plume actuelle (les débuts n’étaient pas fameux). J’ai donc commencé à y faire des rencontres. Trois de ces connaissances auront particulièrement marqué mon parcours, mais à l’époque j’étais bien loin de me douter d’un pareil scénario. Sur ces trois, je suis désolée de dire qu’aujourd’hui, deux étaient des erreurs.

Première rencontre insouciante

Commençons par le cas le moins extrême. Que diriez-vous aujourd’hui à une gamine de quatorze ans qui va seule jusqu’à Paris en transports en commun pour rencontrer un homme de 7 ans son aîné dans un quartier peu fréquenté ? « Pauvre folle », voilà ce que je me dirais aujourd’hui. Mais je l’ai pourtant fait. Cela me semblait pourtant facile, on parlait depuis des mois par messages privés, il n’habitait pas loin, il FALLAIT que l’on se rencontre ENFIN en vrai (parce que des mois, pour moi à l’époque, c’était une éternité).

« Fais attention meuf, ne lui fais pas confiance ! »

Aujourd’hui, je réalise que s’il avait été mal intentionné (et fort heureusement pour moi ce ne fut pas le cas), il aurait pu m’enlever ou me faire du mal sans le moindre souci, et sans que personne ne sache jamais ce qui me serait arrivé. En effet, mes parents ne savent pas que je fais du jeu de rôle, ils n’ont jamais saisi le concept, et à 23 ans aujourd’hui j’ai abandonné l’idée de leur expliquer (Lisez l’article sur la vision que nos proches ont du jeu de rôle !). Bonne menteuse, je trahissais leur confiance (non sans regrets aujourd’hui) prétextant que j’allais « chez une copine du collège » qui n’habitait pas loin de chez moi, et eux avaient confiance. J’étais une jeune et insouciante amatrice de RPG en ligne, comme beaucoup le sont encore aujourd’hui.

Ça aurait pu s’arrêter là, mais il y a pire. Si on passe outre mes “erreurs de jeunesse”, il y a aussi ces rencontres IRL (“pour de vrai”) qui tournent mal. J’ai dit que sur mon premier forum RPG, j’ai connu deux cas, voici donc le second et le pire.

Les Quatre Fantastiques du RPG

Considérons le cas « Axel ».  Dans la bande de quatre que nous étions, il y avait donc :

  1. Axel,
  2. monsieur « sept ans de plus que moi »,
  3. mais aussi celle que l’on appellera « Sarah »
  4. et moi.

Les quatre « inséparables » du forum RPG, et j’étais la plus jeune, le bébé.

Axel c’était mon grand frère, celui à qui je confiais absolument tout. Toujours présent sur MSN pour me remonter le moral quand je me disputais avec mes parents. Des RPs écrits avec une prose qui me laissaient rêveuse. Axel avait trois ans de plus que moi, et c’était mon meilleur ami, mon grand frère, mon repère et je suis un peu devenue dépendante de cette « bulle » que me procurait mon petit groupe de “rpgistes”. Sarah est même « sortie » avec lui, et c’est à peu près à cette période que la réalité a explosé.

Axel était en réalité Axelle. Axel, avait menti, Axel et son look androgyne sur les photos, Axel et sa voix aux intonations féminines, ce n’était pas il mais elle. Sarah a hurlé sa colère et coupé les ponts. J’avais 15 ans, et j’étais déchirée entre ma meilleure amie et mon meilleur… Non, mon « autre meilleure amie ». J’ai dû me faire à cette idée, et j’étais si jeune et crédule que j’ai pardonné. J’ai pardonné sans réaliser l’ampleur du mensonge qu’Axelle avait pu me faire par le biais d’un écran. C’était trop tard, alors je me suis faite à l’idée que c’était juste « une erreur ».

Sauf que l’adolescente que j’étais s’y était trop attachée, et j’en suis venue à faire la confusion entre amitié et amour. J’ai cru que j’avais des sentiments pour lui, et donc, pour elle. C’est compliqué quand on lit ça, hein ? Imaginez donc la tempête intérieure que j’ai pu traverser.
Mars 2009, j’apprends qu’Axelle vient sur Paris. On se « fréquente » par le biais d’un écran et via l’univers du jeu de rôle depuis quelques mois, et je rêve de la voir. Je vais alors sur Paris, pour enfin la rencontrer. Et là… Rien. Plus rien. Je réalise que le feeling ne passe absolument pas, qu’elle ne m’attire pas, et que je suis mal à l’aise. Ça n’allait pas, je m’étais attachée à Axel derrière l’écran, pas à Axelle en face à face. Je ne lui ai pas dit pour ne pas la blesser, et je n’ai au final pas tellement eu le temps de lui dire plus tard : mes parents découvrent tout.

Une séparation forcée puis volontaire

Mes parents ne comprennent pas le concept et pensent que je suis allée sur des sites de rencontres. Ils m’ont tout retiré : téléphone, ordinateur, tous les moyens de communiquer avec mon ami de 7 ans mon aîné, Axelle, et Sarah. J’ai surtout mal vécu ma séparation avec cette dernière, qui aujourd’hui encore est une de mes meilleures amies, une de celles qui m’a vue grandir, a traversé mes crises, et m’a toujours soutenue. Nous partageons encore les souvenirs de cette époque insouciante. Aujourd’hui, elle comme moi évoquons ces « souvenirs » et c’est d’ailleurs en parlant de tout ça avec elle que m’est venue l’envie d’écrire cet article. Car, une fois encore, les choses ne s’arrêtent pas au mensonge d’Axelle.

2010, j’ai 16 ans quand je reprends le jeu de rôle écrit et par la même occasion reprends contact avec Sarah et surtout Axelle. On est redevenues amies, et je me cantonne au RP, au plaisir d’écrire et de développer ma plume. Ça a duré comme ça pendant deux ans, parce que j’ai grandi, et j’ai gagné en maturité. A l’été 2012, Axelle est saoule, elle a 21 ans, moi 18, elle m’envoie des SMS incohérents dans lesquels elle laisse entendre qu’elle m’aime encore. Je ne veux pas de ça, moi, et je lui fais comprendre, et après de multiples allusions, je finis par couper les ponts, réalisant combien cette relation virtuelle est devenue nocive. Sarah fait rapidement de même et me suit quelques mois après, parce qu’elle sature, elle comprend. Le groupe est brisé et nous passons à autre chose.

« Se désabonner »

Quand « l’indifférence se transforme en peur »

En septembre 2013, je fête mes 20 ans. Sarah vient chez moi, tout va bien, je suis en couple, et on m’apprend quelques semaines plus tard que j’ai reçu un colis : un énorme bouquet de fleurs, et je pense immédiatement à mon petit ami qui habite loin. Jusqu’à ce que j’ouvre la lettre. Que je voie une lettre d’Axelle, qui connaît mon adresse. Sarah me confie au passage que pendant l’année que j’ai passée coupée du web, Axelle (à qui j’avais donné mon adresse évidemment) était venue jusque devant chez moi avec monsieur “7 ans de plus”. Et là, l’indifférence se transforme en peur. Messages sur Facebook, likes sur Instagram, j’ai dû identifier ses comptes et les bloquer. Il y a quelques semaines encore, un AUTRE compte Instagram s’est mis à “liker” mes photos les plus anciennes, et je suis pratiquement sûre que c’est Axelle qui a pris soin de ne pas donner son identité. Son obsession ne s’arrête pas là : en 2015, après les attentats (je suis parisienne), elle a été jusqu’à contacter Sarah pour avoir de nos nouvelles, et elle a eu la gentillesse de lui dire qu’on allait bien.

J’ai aujourd’hui 23 ans, j’ai coupé les ponts il y a bientôt 5 ans, et elle continue à me faire peur. Voilà jusqu’où Internet peut aller quand on franchit la frontière de l’écran.

Les rencontres virtuelles en toute sécurité !

Rencontrer “en vrai” un rôliste est donc une décision qui se doit d’être mûrement réfléchie, pesée, et quand on franchit cette frontière trop rapidement, les conséquences peuvent vous suivre. Les plus jeunes ne se rendent pas compte de cette dimension, tout comme je ne m’en suis pas rendue compte. Alors pour la première fois je voulais partager entièrement cette histoire avec vous. Pour qu’un maximum de rôlistes sachent jusqu’où tout ça peut aller.

Peut-être que d’autres d’entre vous ont vécu ce type de mésaventure, d’autres non, je vous invite à raconter vos expériences ;).

Mais je vous rassure, en 10 ans, ce sont les deux seules mauvaises expériences que j’ai connues. D’autres ont été tellement plus belles, et tant de RPGistes partagent ma vie aujourd’hui qu’il me faudra probablement un second article pour vous parler de Sarah avec qui je vais fêter dix ans d’amitié, et de toutes ces autres personnes que je vois parfois deux à trois fois par semaine maintenant.

La sécurité avant tout !

Réfléchissez simplement à deux fois avant de parler de votre vie privée. On ne sait jamais entièrement qui se cache derrière l’écran, et le plaisir d’écrire, de jouer sur les RPG textuels, ne doit pas devenir un enfer comme j’ai pu le vivre plus jeune. Aujourd’hui, j’aime RP, j’aime mes amis, et je fais attention à qui je rencontre, quand (après combien de temps), et où (dans un lieu public et sécurisé). Plaisir et sécurité, c’est le plus important.

 
Partage cet article sur les réseaux sociaux !

La plateforme RPG est en ligne : Viens tester !

dreamy

dreamy (1 articles)

Dreamy, Mélanie de son petit nom, a commencé le jeu de rôle textuel sur forum à l'âge de 13 ans. Dix ans plus tard, elle partage son temps entre ses études en licence de tourisme, communication et nouvelles technologies, et son stage de chargée de communication et community manager d'une agence de voyage parisienne. Férue d'écriture, lecture, et télévision, elle consacre toujours son temps libre au rp aujourd'hui. Site web : http://letempsdunrp.forumactif.com/

 
Icone Infinite RPG Icone twitter Icone linkedin
Et si tu nous proposais un article ?

A noter : Le blog des Infiniters publie des articles proposés bénévolement par tout membre de notre communauté de rôlistes, qui respecte notre charte de bonne conduite et notre ligne éditoriale. Le rédacteur est un contributeur externe à l'équipe d'infinite RPG. Son avis n'engage que lui, dans son article et dans ses commentaires.

Viens nous rejoindre !

Nouveau sur infinite RPG ? Inscris-toi ! Tu es déjà inscrit ? Connecte-toi ! Icone Facebook Icone Facebook Icone Youtube Icone Twitter Icone tumblr Icone RSS
 

6 réponses à “Les rencontres virtuelles sur les forums RPG : pour le pire…”

  1. Katarina dit :

    Je connais trop bien.

    J’ai eu une expérience comme ça, aussi. Un ami que je connaissais, personnellement depuis deux ans, sur un forum de rp. Sept ans de différence, sauf qu’il habitait à l’autre bout de la France. Et un jour il a pris un billet de train pour venir me voir donc j’ai menti, j’ai dit que j’allais passer le week-end chez une amie et j’ai passé le week-end avec lui, simplement en dormant chez mon amie parce que ses parents avaient découvert l’histoire.
    Il est revenu plusieurs mois plus tard, même chose. Et encore une fois. Mais cette fois-là, il a trouvé un boulot. Un appart pas loin de mon lycée. Il m’a raccompagnée chez moi juste avant d’emménager et c’est là que mes parents ont plus ou moins découvert son existence, et encore ils l’ont pas vu parce qu’il est resté au bout de la rue.

    Sept ans de plus que moi donc, et une relation frère/soeur qu’il considérait forcément différemment que moi du haut de mes 15 ans, surtout avec la même relation bien plus ambiguë du côté de nos persos. Il habitait à côté de mon lycée alors j’allais le voir le midi entre les cours. Et puis c’est devenu bizarre. Des allusions, des commentaires, le fait qu’il avait commencé à m’appeler par mon prénom et nom plus simplement « petite soeur » comme il l’avait toujours fait, et que c’est « je t’aime comme une soeur » s’étaient raccourcis de trois mots.

    Bref pas besoin de trop expliquer que la frontière rp/réel s’est brouillée de son côté. Pas du mien parce que j’étais trop naïve pour ne serait-ce que m’en rendre compte. J’ai assisté aux crises de colère qui m’ont parfois fait courir jusqu’au lycée en larmes pour me réfugier derrière les portes qu’il ne pouvait pas franchir. Et plus. Et au final je pouvais pas faire grand chose parce qu’il connaissait mes amis, et mon lycée, et il savait où j’habitais.

    J’ai perdu deux ami irl avec cette histoire, et j’ai emmagasiné une bonne année de peur et de dégoût de moi-même (et de lui surtout) avant qu’il s’en aille parce que j’avais un petit ami (rencontré sur internet aussi, d’ailleurs), chose qu’il a très mal prise. Assez pour qu’il se barre. En m’insultant peut-être, mais je préférais le voir parti, même si la gamine naïve qui dormait derrière la peur a trouvé le moyen d’être triste.

    Mais d’un autre côté, j’ai rencontré des gens avec qui je parle encore, des amis formidables sur les forums de rp. J’ai toujours une grosse grosse réticence envers les gens qui prennent trop personnellement le rp, quand j’ai du mal à savoir s’ils sont dans leur personnage ou si ce sont eux qui parlent, mais j’avais eu plus de rencontres qui s’étaient bien passées avec d’autres rpgistes (dont des amis québecois que j’ai rencontré en allant au Canada avec mes parents, super souvenir). C’était vraiment ma seule mauvaise expérience, mais elle s’accroche bien.

  2. Cendre dit :

    Merci pour cet article ô combien nécessaire.

    Et j’en profite pour témoigner aussi. Je pense que c’est important de mettre en lumière ce genre d’abus.

    Lorsque j’avais 13 ou 14 ans, j’ai eu une sorte de relation à distance avec un partenaire de RP. Il était plus âgé que moi (mais je ne saurais pas dire de combien aujourd’hui, je ne m’en souviens plus). Au début, nos personnages avaient une relation amoureuse. Et petit à petit, la frontière RP/HRP s’est atténuée jusqu’à disparaître.

    On s’est échangé nos photos. On a commencé à faire des RP érotiques en se jouant nous-mêmes (en gros, je vois ça comme une version plus longue des sextos…). On ne s’est jamais parlés par webcam. Il habitait en Suisse et moi à Paris, du coup nous ne nous sommes jamais vus, mais je pense que notre situation aurait été la même que la tienne si nous n’habitions pas si loin l’un de l’autre. Je prenais ça comme une sorte de jeu. C’était grisant de m’asseoir à mon ordinateur et de vivre une pseudo-romance virtuelle. Je pense que j’aurais trouvé ça beaucoup moins amusant si cette relation avait penché vers le réel. C’était assez ambigu : d’une part, je pense avoir été moins investie émotionnellement que lui ; d’autre part, je ressentais le côté malsain, le fait que je me sois laissée embarquer (je ne savais pas dire « non »…).

    Cette relation s’est stoppée net. On s’est simplement perdus de vue, je crois qu’il avait paumé mon Skype, quelque chose dans le genre. Lorsqu’il m’a recontactée, je devais avoir 16-17 ans. Il m’a exprimé son souhait de continuer. J’ai refusé. J’avais évolué et j’avais surtout réalisé le côté glauque de la situation. Il a un peu chouiné (« Mais comment je vais faire moi ): »)(je n’exagère pas) mais j’ai tenu bon. Ça s’est fini comme ça.

    Heureusement, c’est la seule relation du genre que j’ai eue. Il est certain que je m’en suis pas mal tirée par rapport à certaines. Toutefois, ça m’a marqué et depuis je suis davantage sur mes gardes avec mes partenaires masculins lorsqu’ils se montrent un peu trop affectueux à mon goût.
    (oui je sais qu’ils ne sont pas tous comme ça)
    (mais au vu des témoignages et commentaires, il y en a bien assez pour se méfier un peu au début)

    Bref, je conseille vivement aux plus jeunes de faire attention. Si vous vous sentez oppressé-e par un-e membre, n’hésitez pas à en parler aux admins. Stay safe ♥

  3. dreamy dreamy dit :

    Et moi je vous remercie toutes les deux pour vos retours, pour vos impressions, parce que je pense d’une part que c’est important d’en parler à ceux qui n’ont jamais vécu cet aspect de l’irl en rpg, mais aussi parce que je pense qu’en parler fait du bien à la « victime » de ce genre de chose. Avant d’écrire cet article, je n’avais jamais vraiment parlé de toute cette situation avec autant de détails.

    Mes amis savent que j’ai toujours peur d’une personne, que je vérifie les adresses ip dès que je trouve un comportement louche sur mon propre rpg, mais je n’ai jamais pris le temps de poser les choses à ce point, même envers Sarah qui s’est étonnée de mon ressenti vis à vis d’Axelle, alors que pour elle, la vraie « bête noire » du groupe était le garçon de notre quatuor, celui de sept ans de plus que moi.

    Et d’en parler, de l’écrire, ça m’a fait du bien, ça m’a permis un tant soit peu de laisser sortir toute cette crainte née d’une mauvaise expérience. Aujourd’hui, j’ai une amie rôliste (que j’ai déjà vu plusieurs fois irl et qui est même en stage près de chez moi actuellement) qui m’a proposé de venir chez elle un jour, pour me faire visiter la ville, à l’ouest de la France. Je lui ai expliqué que j’ai terriblement envie de visiter cette ville, mais que j’en ai peur. Parce qu’Axelle vit à côté. Comme quoi ça nous suit toujours.

    Mais je suis aussi heureuse de voir que ces expériences ont été plus de peur que de mal pour ainsi dire, de votre côté, et de voir que vous avez également eu de belles expériences ! 🙂 Je suis bien heureuse d’avoir des dizaines d’amis nés du rpg, et de n’avoir eu qu’une seule mauvaise expérience, et c’est ce que je souhaite à tout le monde : Que du positif !

  4. Solnorr Solnorr dit :

    Et voilà pourquoi je joue toujours un personnage quand je suis sur le net … Le internet je ne suis pas le jeune apprenti forgeron, guillaume 23 ans, mais je suis Solnorr, forgeron vagabond qui rêve à moitié dans la lune de la connaissance. c’est pratique un personnage. ^^

  5. Wex dit :

    Bonne initiative que ce genre d’articles ! C’est un sujet certes un peu plus sérieux que d’habitude, mais je pense qu’il est important de l’évoquer pour que les nouveaux rôlistes, encore jeunes et néophytes, ne se fassent pas avoir. Bien sûr, leur décision sera tout ce qui compte, au final, mais s’ils peuvent avoir une vision nuancée d’un monde que l’on présente trop souvent comme merveilleux et tout rose, ça n’est pas plus mal.

    Pour ma part, je n’ai jamais eu d’expérience négative avec des rencontres IRLs. L’un des premiers fora sur lesquels j’étais inscrit – et qui n’étais même pas un forum RPG, même si on pouvait en faire – était fréquenté par une communauté de personnes, disons… Très particulières. Nombre d’entre elles étaient à la limite du malsain. Les choses ont dégénéré et il y a eut des insultes, des menaces de mort, du cyber-harcèlement. Heureusement, j’ai été prudent dès mes premières impressions et me suis suffisamment écarté de la situation avant qu’elle n’éclate pour ne pas être pris dans cette tourmente. Il n’y a notamment pas eu d’IRL avec eux de mon côté. Néanmoins, je me dis que j’aurais pu me faire avoir si les membres incriminés avaient mieux su maîtriser leur image comme le font certains : ils m’auraient eu l’air sympathiques et j’aurais moins été réservé, sans doute.

    Pour ce qui est de mes rencontres IRLs, j’en ai faites un certain nombre et je dois dire qu’elles se sont toutes très bien passées. Je suis resté plus ou moins en contact avec toutes ces personnes (certaines plus que d’autres, évidemment) et n’ai jamais eu à déplorer d’incident. Je pense qu’on pourrait faire un petite liste des conseils de base à garder en tête si l’on veut envisager de développer une relation avec un autre rôliste.

    Gardez toujours en tête la distinction claire entre votre ego virtuel et votre ego réel. Attention, je ne parle pas de la classique différence joueur/personnage ! Je parle de la différence qu’il y a entre le comportement d’une personne sur le net et en votre présence physique. Pour certains, cette différence est peu prononcée, pour d’autres beaucoup plus. On peut rencontrer quelqu’un IRL et se dire qu’il était exactement l’idée qu’on s’en était faite… Ou l’inverse. Dans un cas comme dans l’autre, il vous sera impossible (et j’insiste sur ce point) de faire la distinction en discutant avec la personne sur le net. Il n’y a qu’en la rencontrant en vrai que vous pourrez vous faire une idée correcte de qui elle est réellement. Et lorsque je parle de la rencontrer en vrai, je ne parle pas d’une IRL d’une journée. Il faut voir une personne régulièrement, car quelqu’un qui joue un rôle – même sans s’en rendre compte – ne peut le faire sur le long terme. Aussi, tant que vous n’aurez pas rencontré ladite personne, vous serez incapable de savoir avec certitude si elle est saine. C’est pourquoi il faut impérativement s’en tenir à une relation cordiale, pourquoi pas d’amitié, mais sans ambiguïté. Évitez de mêler ces personnes à votre vie sentimentale, même s’il peut être très tentant de vous faire un confident virtuel que vous ne rencontrerez probablement jamais. Évitez d’être trop proche de ces personnes, ou de manifester une trop forte proximité qui pourrait être interprétée à vos dépends.

    Par extension, faites également en sorte de vous assurer que tous vos contacts rôlistes, et en particulier ceux que vous êtes susceptible de rencontrer IRL un jour, fassent bien la distinction entre la relation qu’entretiennent vos personnages et celle que vous entretenez. Personnellement, j’ai été surpris de voir le nombre de joueurs qui n’avaient pas ce discernement – d’autant plus surpris que cette distinction m’avait toujours parue naturelle. En bref, assurez vous toujours que la rencontre IRL se fasse entre joueurs et non entre personnages, voire pire, entre en mélange de ces deux entités.

    Rencontrez vous dans un endroit public et neutre. Prévoyez de préférence des activités qui n’ont rien à voir avec le monde du RP. Ne vous en faites pas, vous finirez bien par en parler de toute façon. Vous placer mutuellement dans un autre contexte vous permettra de découvrir les autres facettes de la personnalité de celui ou celle que vous allez rencontrer. C’est un bon moyen pour avoir une vision plus précise de qui il/elle est véritablement, car de nombreux traits de caractères ne sont pas mobilisés par la relation que vous auriez pu avoir sur internet, quand bien même il vous arrive de parler de tout.

    Juste au cas où, prévenez quelqu’un de ce que vous faites avant de rencontrer une personne IRL. Ça peut paraître paranoïaque et je comprends que vous puissiez avoir des réticences à le faire mais, à la rigueur, il y a des moyens de le faire de façon détournée. Si vous avez un autre rôliste parmi vos amis de confiance, embarquez le avec vous. Sinon, proposez à un ami non rôliste de vous retrouver après votre rendez-vous (inutile de lui infliger une rencontre dont il ne comprendra pas les discussion, il aura l’impression d’être au beau milieu d’une réunion d’extra-terrestres), de sorte que quelqu’un s’inquiète de ce que vous faites et d’où vous êtes s’il devait y avoir un imprévu, sans même parler de choses grave. Bref, informez au moins quelqu’un, ça mange pas de pain.

    Ne dites pas tout sur vous. Votre adresse ou, plus largement, tous les moyens qui pourraient permettre de vous retrouver (et à notre époque ils sont légion). Ça n’est pas une insulte ni le témoignage d’un manque de confiance pour l’autre joueur si vous préférez garder ce genre d’informations pour vous. Cela ne signifie pas que vous ne pourrez jamais les leur dévoiler, cela signifie simplement qu’il s’agit de choses que l’on confie à un ami. Attendez donc d’être amis IRL en plus d’être amis virtuels pour accorder votre confiance à un autre rôliste.

    Bien entendu, ces conseils sont juste une sorte de guide pour avoir un mot d’ordre en tête : la prudence. On peut les suivre avec plus ou moins de rigueur tant que l’on reste raisonnable. Gardez le contrôle sur votre vie et la part que vont y prendre les gens qui en feront partie, d’une manière ou d’une autre. Ce n’est pas seulement valable pour les rencontres IRL entre rôliste, lorsqu’on y pense. Il s’agit simplement de traiter nos relations interpersonnelles avec maturité et de conserver cette maturité lorsqu’il s’agit du monde du RPG.

  6. Natsu* dit :

    Très bon article pour sensibiliser les plus jeunes qui sont souvent naïfs ^^’

    Je n’ai jamais eu de mauvaises rencontres/relations avec des personnes que j’avais rencontré dans le monde du RPG. J’ai commencé très tôt le RPG comme toi Dreamy mais j’avais l’avantage que mes amis étaient plus éloignés que ma région donc je savais que je n’allais pas les voir avant d’être bien grande. De toute les manières mes parents ne voulaient pas me laisser y aller seule (normal haha). Oui parce que mes parents étaient plus ou moins au courant que je faisais du rp, ils n’y faisaient pas trop gaffe car pour eux c’était une distraction (et est-ce qu’à l’époque on soupçonnait vraiment le danger derrière internet ? Je ne sais plus ou alors ils m’en avaient déjà alerté et instinctivement je faisais plutôt attention).

    Les premières fois où j’ai vu des amies IRL, ma mère m’avait accompagné à l’anniversaire de l’une d’elle et de toute manière, sa grande soeur l’avait contacté pour la rassurer qu’elle serait là tout le long sinon en général c’était dans des lieux comme la Japan Expo ou autre et ma mère m’y accompagnait. Après aujourd’hui, je sais qui j’ai envie de voir ou pas. Parfois je les connais depuis moins d’un an mais j’ai suffisamment parlé avec eux pour décider de proposer qu’on se fasse un truc ensemble. C’est instinctif.

    Mais j’avoue que là le coup de « Axelle », c’est chauuuud mdr se faire passer pour un mec, il faut le faire xD Je pense qu’il faut faire super attention à partir du moment où on mélange amitié et +++ car lorsqu’on tombe amoureux, on devient vulnérable alors c’est là qu’il faut être plus vigilant xD Et c’est drôle, les personnes à qui je parlais étaient toutes dans la même tranche d’âge que moi à +/- 5 ans. Du coup, je trouve ça étonnant en te lisant et lisant d’autres personnes comme Katarina, de se lier d’amitié dans notre adolescence ou jeunesse avec des personnes de 7 ans de différence car en général on a pas les même intérêts Oo Je pense que c’est aussi dans ce cas là où il faut se protéger. Une personne de 20 ans quand tu en as 13… elle est plus libre pour se déplacer et là on ne sait pas sur qui on tombe 😮

    Je me rends compte quand même qu’on passe tous à peu près par des relations à distance xD C’est l’âge qui voulait ça peut-être ? Jeune, naïf et aveuglé par notre passion du RP ? Jeunot, nous ne faisions que très peu la différence entre le rp et la vie IRL. Ca m’est arrivée, d’ailleurs je suis toujours ami avec celui que j’ai connu à mes débuts dans le rp, une relation sans ambiguité mais qui a commencé par une amourette parce que nos personnes sortaient ensemble.On a évolué tout en restant en contact et on est tous les deux en couple et nos vies continuent dans le bon sens (il va se marier cette année ^^). Sans jamais se voir IRL d’ailleurs même si on en parlait souvent, ça ne s’est jamais concrétisé.

    Wex donne de bons conseils je trouve, super commentaire 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Abonne-toi à la newsletter d'infinite RPG

Partenaires

  • Eternal Lust
  • Pub RPG Design
  • Kerlaft le rôliste
  • Sawen
  • Mademoiselle Cordelia
  • Opale Rôliste
  • Entrance Icons
  • Draftquest
  • Adie – Créajeunes
  • Le Blog du RPG
  • Chroniques d'une RPGiste
  • Obsession 27
  • Destination Hogwarts
  • GraphicObsession
  • Roleplay And Sarcasm
  • Festival des Mondes de l'Imaginaire
  • Les Chutes de Rozan
  • Akilajo Graphic
  • L'Ivre Book
  • Festival Les Mondes d'Elor
  • Chercher un Avatar WTF
  • Labo de l'Edition
Voir tous nos partenaires | Devenir partenaires

“A ce moment-là, je jure que nous étions l'infini.”

Le monde de Charlie, Stephen Chbosky