Le blog des Infiniters

Blog collaboratif pour les passionnés de jeux de rôle textuels et d'écriture

Écrivons et jouons ensemble !

Les points sensibles de la pratique du RPG érotique

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Souvenez-vous, à la suite de notre enquête sur la pratique du RPG érotique, nous avons commencé par introduire le sujet de manière généraliste. A présent, nous allons nous pencher sur un problème qui peut surgir dans ce contexte, à savoir la tendance de certains joueurs à franchir les limites du bon goût, voire de la légalité.

Young sex worker par sumaryanto bronto

Young sex worker par sumaryanto bronto

Les thématiques sensibles dans le RPG érotique

Au même titre que la violence est généralement un aspect assez régulier du jeu de rôle, alimenté par tous les films d’action ou dystopiques, ainsi que les séries populaires telles que Game of Thrones, le RPG érotique est notamment touché par la “rape culture” (la culture du viol, en français) selon laquelle une femme abusée apprécie (ou mérite) son sort, sans oublier l’engouement de beaucoup de jeunes filles pour les mangas yaoi (ou Boy’s Love, représentant des relations sexuelles entre garçons) où il n’est pas rare qu’un mâle dominant se montre brutal envers son partenaire. À côté de la très — trop — classique scène de viol, on trouvera également les thèmes de l’adultère, de l’inceste, de la pédophilie, voire pire.

RPErotique_graph08

Parmi les sondés, plus de 40 % ont admis pratiquer ce genre de RP borderline, et la moitié d’entre eux s’estiment motivés par l’attrait de l’interdit. Il est intéressant de noter, selon les avis donnés, que pour certains certaines actions sont plus “tolérables” (en RP, du moins) que d’autres. Ainsi, la tendance générale semble indiquer que le viol est plus acceptable que la pédophilie, l’adultère est normal, et l’inceste est tolérable entre frères et sœurs. Niveau relations entre adultes et mineurs, la relation amoureuse entre professeur et élève paraît également avoir le vent en poupe.

Est-il admissible de jouer ce genre de situations à l’écrit ? Ceux qui les interprètent sont-ils des fous dangereux qu’il faudrait enfermer ? Le problème est le même que les scènes de violence et meurtres divers qui sont nettement plus répandus en RP et dans toute forme de fiction. Tout dépend de l’intention des rôlistes, et de leur façon d’aborder la question. Après tout, il existe également dans les autres médias des cas où ces limites morales sont franchies, sans qu’on en fasse l’apologie — ce qui n’empêchera pas nombre d’organisations religieuses ou de protection de l’enfance protester avec virulence contre la seule existence de ces contenus.

Pourquoi aborder ces thèmes ?

On peut trouver plusieurs motivations plausibles à ce choix de décrire des scènes sensibles.

La fin qui justifie les moyens : Ce sont des scènes qui desservent une histoire, consenties entre les joueurs. Il ne s’agit pas de jouer une situation sensible juste pour le plaisir, mais pour ajouter du réalisme, de la profondeur au récit ainsi élaboré.

L’effet défouloir ou cathartique : C’est aussi une méthode en principe sans danger de pratiquer certains fantasmes ou d’affronter, voire exorciser, ses propres difficultés. Douteux ou non, on peut penser à l’exemple de la popularité et grande disponibilité du hentai (bandes dessinées érotiques) au Japon, où il est dit que les crimes sexuels sont très réduits. N’oublions pas, cependant, que la culture et notamment la discipline japonaises sont très différentes de ce que nous connaissons.

La reproduction de scènes déjà vues : Compte-tenu du nombre d’œuvres cinématographiques ou littéraires qui se retrouvent adaptées en jeu de rôle par forum, il n’est pas étonnant de constater que certains personnages se voient réinterprétés de manière fidèle à l’histoire d’origine (par exemple Cersei et Jaime Lannister, dans Game of Thrones, qui entretiennent une relation incestueuse), puis que ces relations elle-mêmes soient reprises dans d’autres contextes.

Ce qui pose problème

Le principal souci, c’est que beaucoup de joueurs maîtrisent mal ces thématiques ou la façon de les décrire, et l’on aboutit souvent à des textes qui semblent banaliser la gravité de ces actes. Certains joueurs cherchent fréquemment à faire dans le spectaculaire, le mémorable, et en viennent à préférer jouer une scène de viol qu’une main aux fesses malvenue — dont l’impact psychologique n’est pourtant pas à négliger #HarcelementDeRue. Bien souvent, les joueurs auront par la suite tendance à atténuer les conséquences psychologiques des violences sexuelles faites à leur personnage.

Au vu de la forte proportion de joueurs de sexe féminin, il est étonnant de savoir que les relations sexuelles dans lesquelles les femmes sont dépeintes comme des objets et trompées, voire maltraitées, sont loin d’être rares. On en revient à ce phénomène d’exorcisme des peurs de beaucoup de jeunes filles, qui transforment une crainte en plaisir, mais contribuent parallèlement à répandre l’abus des clichés sexistes parmi une frange plus influençable de la population des joueurs.

Compte tenu du jeune âge de beaucoup de joueurs, et de l’influence que le jeu peut parfois avoir sur eux, on ne peut raisonnablement pas se contenter de répondre au problème par un vague “c’est juste du virtuel”. Et justement, parlons-en, des jeunes joueurs !

De l’épineuse question de la protection des mineurs

Selon les résultats de l’enquête sur le RPG érotique, 78 % ont affirmé faire attention à l’âge de leur partenaire RP avant de lui proposer un jeu de nature érotique.

RPErotique_graph09

Cependant, cette question était mal posée. Parmi ceux qui ont affirmé faire attention à l’âge, quelle est pour eux la limite à partir de laquelle il est acceptable de faire du RP érotique ? S’ils prennent garde à l’âge, s’abstiennent-ils vraiment d’aller trop loin avec un joueur trop jeune ? Et enfin, il y a également la question des 18 % de joueurs ayant admis avoir moins de 18 ans tout en faisant du RP sexuel. Et en ce qui concerne les plus âgés, certaines réponses font supposer qu’une partie d’entre eux a commencé ce genre de RP très tôt.

La question de l’âge a été soulevée à de nombreuses reprises dans les commentaires de l’enquête. Pour les uns, il faudrait resserrer les mesures de sécurité pour empêcher les mineurs d’accéder à des contenus inadéquats. Pour d’autres, il faudrait laisser aux principaux concernés le choix d’en décider tous seuls. Autant dire que les avis sont diamétralement opposés.

Puisque le sens moral de chacun semble varier, il nous faut un juge aussi impartial que possible : penchons-nous donc sur ce qu’en dit la législation française. Hélas, je n’ai pas de formation juridique — ni de spécialisation en décryptage de textes de loi — mais j’ai tout de même tenté d’explorer un peu le Code pénal français en ce qui concerne les mineurs, et le jeu érotique par écrit.

Selon l’article 227-25 du Code pénal, une relation sexuelle consentie entre un majeur et un mineur de moins de 15 ans est une infraction pénale, et l’article 227-26 ajoute une circonstance aggravante si l’adulte a un rapport autorité sur le mineur de moins de 15 ans. En ce qui concerne les mineurs de plus de 15 ans, l’article 227-27 indique qu’il y a infraction si la relation sexuelle est le fait d’un rapport d’autorité (par exemple entre un professeur et son élève). Et ne parlons pas des agressions sexuelles pures et simples ! Ça, c’est ce qui se passe dans la réalité. Je parle ici de loi française, mais on supposera pour les besoins de la démonstration que des lois similaires existent dans vos contrées respectives.

Maintenant, qu’en est-il lorsque nous parlons de relations sexuelles fictives décrites par écrit (donc, en principe, sans contenu graphique) ?

Empêcher les mineurs d’accéder à un contenu de nature pornographique

En principe, il est de la responsabilité de tout adulte (en général, les parents) d’empêcher un mineur d’accéder à un contenu de nature pornographique (c’est la protection de la jeunesse et de l’éducation). Peu importe l’opinion de votre interlocuteur, si vous êtes majeur et que vous réalisez que votre partenaire de RP est mineur, vous avez le devoir moral de le protéger contre ces contenus.

Le devoir moral, c’est bien joli, mais ce n’est pas tout. Légalement parlant, on mentionnera l’article 227-24 du Code pénal, selon lequel la diffusion d’un message de nature pornographique lorsqu’il est susceptible d’être lu par un mineur constitue un délit. Autrement dit, cela signifie que si vous êtes un administrateur de RPG et que vous ne mettez pas en place toutes les protections possibles pour empêcher les joueurs mineurs de s’infiltrer ou de lire le contenu des messages, vous êtes en tort. Hélas, cela ne paraît pas toujours évident à beaucoup d’administrateurs, qui ont une nette tendance à se décharger de toute responsabilité en prétextant que c’est aux joueurs de veiller au grain.

Protéger les mineurs contre les joueurs adultes

En France, bien que la majorité sexuelle soit officiellement fixée à 15 ans, la pratique du roleplay textuel érotique pourrait constituer un cas de « corruption de mineur » (lorsqu’un majeur profite de la jeunesse et de l’inexpérience de sa victime pour l’initier à un vice), même si le mineur en question est consentant. Ainsi que l’indique l’article 227-22 du Code pénal, le majeur impliqué encourt une peine de 7 ans de prison et de 100 000 euros d’amende, voire pire si ce mineur a 15 ans ou moins.

Pour vous traduire ce charabia légal, cela veut dire que, même si les deux joueurs sont consentants, un joueur majeur écrivant un RP érotique avec un mineur risque très gros si les parents du plus jeune portent plainte, et encore plus gros si le joueur mineur a moins de 15 ans. Et ne vous faites pas d’illusions : il y a toujours moyen d’identifier qui est l’anonyme partenaire de jeu.

La protection des mineurs… fictifs.

En dehors du rapport réel entre les joueurs, il y a aussi le rapport entre les personnages. Fictif, donc inoffensif ? Hélas, vous venez déjà de le voir : qu’il s’agisse d’élément fictifs ou non, la simple démarche consistant à exposer un mineur à un contenu répréhensible pose problème. Mais alors qu’en est-il lorsque, par exemple, un joueur (majeur) joue une naïve jeune fille de 15 ans et qu’un autre incarne son professeur de 32 ans ? Ici, la loi est floue. Elle indique explicitement que toute représentation à caractère pornographique d’un mineur est un délit, mais cette représentation est-elle limitée au seul support visuel ou pourrait-elle également concerner l’écrit ? Dans le doute, mieux vaudrait peut-être s’abstenir.

Quelques conseils pour conclure

Il n’y a pas de solution toute faite pour aborder la question des abus ou des dérapages vers des contenus clairement illégaux. C’est à vous, joueurs, d’être attentifs et de veiller au grain, quel que soit votre âge. Les conseils que je vous propose ici ne sont donc que des suggestions.

Tango in Red par Zabara

Tango in Red par Zabara

La première mesure à avoir en particulier quand on est gestionnaire d’un RPG, c’est de prévenir les joueurs potentiels d’un contenu pouvant être de nature érotique, les avertir des scènes qu’ils pourraient être amenés à lire ou à jouer, et les inviter à choisir un autre RPG s’ils sont trop jeunes ou trop sensibles. Bloquer l’accès à tout contenu sensible est également la meilleure solution pour éviter l’exposition d’un mineur à des textes qu’il n’est pas supposé pouvoir lire. Non, interdire à un jeune de moins de 16 ans de s’inscrire à un RPG à contenu érotique n’est pas “injuste”, mais obligatoire.

À partir du moment où l’on décide d’ouvrir son RPG à du jeu de nature adulte, il faut faire attention à ce que cette permission n’entraîne pas des abus. Il faut informer les joueurs qu’il existe des limites à ne pas franchir, assurer les visiteurs qu’on ne fait pas l’apologie de certaines pratiques. Non, écrire une scène de viol ne fait pas de vous un criminel, car c’est avant tout du virtuel, mais faites attention en l’écrivant.  Idéalement, il vaudra mieux éviter d’autoriser l’interprétation de personnages mineurs, d’apparence juvénile (vampires-enfants par exemple) ou d’intellect infantile (handicap mental). De même, il est prudent de vérifier occasionnellement qu’il n’y ait pas de confusion entre fiction et réalité, aussi bien en jeu qu’en dehors.

En tant que joueur, il est bien important de demander l’âge de son partenaire et de s’assurer d’être sur la même longueur d’onde avant de franchir certaines limites – surtout sur un jeu “second degré” (hors d’un contexte encadré, généralement par messagerie privée). D’abord parce que ce qu’on s’estime capable de jouer n’est pas forcément quelque chose que le partenaire RP a envie de jouer (certaines choses peuvent choquer). Mais aussi par prudence, car les maniaques sexuels sont nombreux sur Internet. Rien n’est plus aisé d’approcher un jeune naïf sous le couvert de l’anonymat, et de l’inciter à des pratiques discutables.

Je ne me fais pas d’illusions, cependant, les plus jeunes sont d’un naturel curieux et prompt à protester contre toute restriction, y compris celle leur interdisant d’accéder à un contenu érotique. Quoi qu’il arrive, y aura forcément des joueurs mineurs sur un RPG à contenu érotique. S’il est du rôle des parents d’empêcher leur progéniture de mettre joyeusement les doigts dans la prise électrique, ceci ne décharge pas les autres joueurs de toute responsabilité. Souvent, les jeunes joueurs ne pensent pas à protester ou à prévenir le staff lorsqu’ils se retrouvent confrontés à une situation qui les choque. Ils ne savent pas forcément si c’est acceptable, et pour certains ne comprennent pas forcément l’impact de ce qu’ils lisent (ils ne le réaliseront que des années plus tard…).

Pour conclure, voici deux anecdotes données dans le questionnaire sur le RPG érotique et que j’ai trouvées très lourdes de sens :

« Je pense vraiment qu’il faut faire attention à l’âge du partenaire avant de proposer un RP érotique. Je me souviens d’une fois où je jouais sur un RPG Harry Potter (donc pas du tout érotique, nous sommes d’accord ?) et j’avais quinze ans, un joueur m’a proposé un RP érotique et je ne m’étais pas du tout sentie à l’aise avec ce RP. Surtout que le joueur n’arrivait pas à différencier le RPG de la réalité et était fétichiste, ce qui a rendu le jeu très perturbant. Après ça, je n’osais plus revenir sur le RPG. Le pire était que les administrateurs n’ont rien fait alors que je voulais qu’ils agissent. Du coup, c’est un ami du RPG qui a réagi, mais bon… Il y a vraiment des tarés partout, il faut faire attention même sur les RPGs (je dirais même qu’il faut faire encore plus attention sur les RPGs parce qu’on ne voit pas la personne et on ne peut rien savoir sur elle). »

« J’ai effectivement une histoire à raconter, cela s’est passé quand je débutais le RPG, j’avais environ 13 ans à l’époque, le forum sur lequel je jouais avait organisé un jeu, certains joueurs devaient utiliser un compte anonyme pour aller embêter les personnages joués. Donc, le RP se passait relativement normalement, celui chargé d’embêter mon personnage faisait son truc, le mien tentait de s’en sortir. Et, tout d’un coup le fameux joueur m’a sorti un long texte érotique décrivant comment son personnage (16 ans) droguait au GHB mon personnage (12 ans) avant de la violer, et de décrire le tout de façon hyper crue. Avec le recul, et compte tenu du fait qu’aujourd’hui je fais aussi du RP érotique, je me dis qu’actuellement j’aurais peut-être pu continuer le truc, sauf qu’à l’époque j’étais une gamine, que le RP érotique était interdit sur le forum en question et que ça m’a choqué quoi. »

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur le sujet et je suis loin d’avoir couvert toutes mes notes, mais mon objectif premier, à savoir informer sur les potentiels dangers du RPG érotique, me semble accompli. Merci encore à tous ceux qui ont pris de leur temps pour répondre à l’enquête sur le RPG érotique, et à ceux qui ont bien voulu fournir des réponses détaillées — même si ce fut un calvaire de décortiquer quelques centaines d’avis différents, plus jamais ça — voire des anecdotes personnelles, ce fut très instructif.

Comme toujours, n’hésitez pas à commenter, à poser vos questions ou à fournir d’autres pistes de réflexion pour de potentiels futurs articles, toute contribution est la bienvenue !

 
Partage cet article sur les réseaux sociaux !

Écrivons et jouons ensemble !

Avatar

Sarcastic Roleplay Lady (7 articles)

Joueuse et surtout administratrice sur forums RPG depuis 2003, SRL a décidé un jour d'adopter un point de vue ouvertement sarcastique pour parler de son passe temps favori, d'où son pseudonyme saugrenu (avec une belle faute d'anglais au milieu). Heureusement, malgré cette prétention de vieille aigrie du RP, Sarcastic Roleplay(ing) Lady est également une demoiselle qui aime rendre service tout en n'ayant pas deux sous de diplomatie. Site web : http://roleplay-and-sarcasm.tumblr.com

 
Icone Facebook Icone twitter
Et si tu nous proposais un article ?

A noter : Le blog des Infiniters publie des articles proposés bénévolement par tout membre de notre communauté de rôlistes, qui respecte notre charte de bonne conduite et notre ligne éditoriale. Le rédacteur est un contributeur externe à l'équipe d'infinite RPG. Son avis n'engage que lui, dans son article et dans ses commentaires.

Viens nous rejoindre !

Nouveau sur infinite RPG ? Inscris-toi ! Tu es déjà inscrit ? Connecte-toi ! Icone Facebook Icone Facebook Icone Youtube Icone Twitter Icone tumblr Icone RSS
 

31 réponses à “Les points sensibles de la pratique du RPG érotique”

  1. « Pour d’autres, il faudrait laisser aux principaux concernés le choix d’en décider tous seuls. » C’est en partie mon avis, mais pour éviter tout problème avec la loi j’ai tout de même fermé le rp etc. Je pense que c’est aux parents avant tout de faire ça et même si je trouve gonflé qu’un parent qui n’a pas su protéger son propre enfant accusent d’autres adultes, ça ne nous rend pas moins responsable. Ayant été nourrice j’ai averti tous les enfants des dangers possible ( la façon de le dire change avec l’âge)mais c’est aux parents avant tout de le faire.

  2. Avatar Florimon R dit :

    Bon article. Malheureusement on ne pourra pas interdire à quelqu’un (de 13 ans par exemple) qui veut participer à ce genre de RP… de participer à ce genre de RPs.

    Sinon dans le premier témoignage, attention quand même. La personne insinue que les fétichistes sont des tarés, je trouve ça très borderline pour Infinite-RPG. Les jugements de ce genre sont à proscrire selon moi.

    • Hello Florimon, merci pour ton commentaire. Pour répondre à ta remarque, je trouve que tu vas chercher loin dans ton interprétation. Moi ce que je lis, c’est qu’elle est tombée sur un joueur « taré », et que ça l’a marquée, point à la ligne, inutile de spéculer sur les opinions de son auteur. Et je ne vais pas altérer un témoignage qu’on a bien été gentil de me transmettre.

    • moodytryme moodytryme dit :

      Ce que dit l’article, c’est que si tu as connaissance de l’âge du joueur, en tant qu’admin ou membre, tu as une responsabilité si ses tuteurs interviennent. Nous cherchons à sensibiliser les rolistes sur l’accès de contenus adultes aux mineurs : nous conseillons fortement d’informer, de restreindre voire bloquer, et de discuter sur ce sujet avec les mineurs.

  3. Avatar Wolfgang dit :

    Je me souviens moi aussi avoir entamée un RPG avec quelqu’un. Mais ca n’avait rien de public puisque je jouais sur une autre plate-forme.
    Bref.
    Je devais avoir 13 ans et je jouais naïvement une gamine du même âge. Et comme j’avais du mal à faire la part des choses entre le virtuel et L’IRL, je tombais moi-même facilement amoureuse des personnages avec qui je jouait.
    Ici, il s’agissait de Ciel Phantomhive.
    Je jouais tout simplement, je ne voulais que m’amuser au « Shojo », sans rien de plus.
    Mais je me souviens bien que cette personne faisait elle-même son personnage se faire abusé par son majordome. Et elle décrivait tout ! Alors que mon personnage se trouvait dans la pièce d’à côtés ou se baladait dans les couloirs.
    J’ai été pas mal choquée à cause de cela. Sachant que mon personnage était amoureux du siens, mais pas inversement.
    Je suppose qu’elle voulait assouvir son fantasme à l’écrit mais du coup, moi j’étais une pauvre gamine insouciante qui ne faisais que jouer.
    Enfin, c’était simplement pour faire part de cette anecdote.

    J’aime beaucoup votre article, il traite vraiment bien le sujet je trouve.

  4. Avatar Chupa Chups dit :

    Article très intéressant ^^ Je tiens à rajouter quelque chose, il y a ceux qui sont sur des forums qui ne sont pas fait pour les rps sexuels et qui dans presque chacun de leurs rps finissent par s’envoyer en l’air avec l’autre. Franchement, je pense qu’une fois de temps en temps ok, mais s’envoyer constamment en l’air n’est pas approprié. Je respecte le fait que des gens apprécient ce genre de rp et je ne les en blâme pas, loin de là ! Personnellement, je n’en suis pas fan, mais il y a des limites et s’envoyer en l’air à chaque rp me semble tout à fait … inapproprié et encore le mot me semble bien faible.

  5. Avatar Telu dit :

    La protection des mineurs fictifs est un lourd problème. Mais j’ai trouvé un bon moyen de trancher. Il est dit dans un texte de loi du code pénal que les représentations de pornographie pédophile qui se trouvent sur certains vases grecs antiques sont les seuls exceptions que la loi tolère.

    Etant donné qu’il s’agit de représentation de mineurs n’étant plus de ce monde ou de mineurs fictifs. On peut comprendre par déduction que la représentation ou la fabrication fictive et pornographique d’un mineur est condamnable. Si on fait une exception pour quelques vases antiques représentant des scènes mythologiques (Je pense notamment à Chronos mangeant ses enfants), ca sous-entend qu’on en fait pas pour le reste.

    Bref, je pense que les articles 227-23 et 227-24 du code pénal sont à prendre aussi en compte pour les personnages mineurs. Puis ce que c’est une représentation fictive.

    CF wiki sur la pédophilie (Mais il manque une référence pour confirmer) « La jurisprudence a depuis fixé quelques exceptions, afin de protéger certains objets d’art ou historiques : peintures explicites datant de la Grèce antique, œuvres d’art, etc »

  6. darkbaron darkbaron dit :

    Personnellement, je veille à toujours définir des limites : de base, je n’aime pas jouer avec des personnages mineurs, que ce soit le mien ou celui de l’autre. Des partenaires m’ont déjà proposé ça sur forum ou ailleurs (skype) et c’est juste non… Non seulement il y a le souci de la limite légale, mais en plus, ça me dérange.

    Le problème de l’âge, c’est que ça peut être tordu dans tous les sens, avec des êtres de quelques années qui ont une apparence adulte ou au contraire des individus assez âgés qui ont une apparence juvénile. Il y en a toujours pour essayer de jouer avec ça…

    Chacun ses tabous, mais je pense que s’il y en a un avec lequel on ne devrait pas jouer, c’est bien la limite d’âge.

  7. Avatar Telu dit :

    Dans tous les cas. Après recherches complémentaires, la cour de cassation est clair. La représentation fictive ou réel de mineurs mis en scène dans une scène pornographique est interdite. C’est au cas par cas, mais l’hébergeur et les gens concernés peuvent avoir une amende et quelques années de prison. Donc, vaut mieux éviter. 🙂 Les peines peuvent être lourde.

    Voir le procès du pdg de Kaze, le distributeur de video manga et hentaï.

    http://www.numerama.com/magazine/26821-dessiner-des-lolicons-devient-illegal-meme-s-ils-sont-prives.html

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=807418A9A3AEF82CCF3E81E5DF665ADA.tpdila22v_3?idSectionTA=LEGISCTA000006165321&cidTexte=LEGITEXT000006070719&dateTexte=20150226

  8. @Telu > J’étais au courant pour l’interdiction des Lolicon, mais la question que je me pose dans l’article, c’est bien si cela s’applique à une description écrite. Personnellement, même si je suis moins catégorique dans l’article pour des raisons d’impartialité, mon avis est bien plus tranché : il n’y a pas à tergiverser, pas de mineurs dans un RP érotique, point à la ligne.

    C’est parce que la question de la morale ne semble pas la même pour tous que je dois me reposer sur la loi pour en convaincre certains. Et malheureusement, sur ce dernier point, on peut encore jouer les ignorants, hélas.

  9. darkbaron darkbaron dit :

    J’ai tendance à penser – mais je ne suis pas juriste et je n’y comprends pour ainsi dire rien au droit – que le terme « représentation » s’applique surtout aux images (photos ou dessins). La littérature offre une certaine liberté, sans doute supérieure à celle de l’art pictural car c’est par définition de la fiction qu’on ne voit pas. Au mieux, on s’imagine la scène décrite.

    Je pense notamment à certaines scènes dans la saga littéraire « le trône de fer » qui décrivent (sans trop de détails) des viols commis sur des femmes d’âges très divers.

    Même des mineures en sont victimes. Dans une scène en particulier, un personnage mauvais s’amuse à raconter l’acte qu’il a commis. C’est ignoble, ça choque, mais c’est voulu, le but est de marquer et de faire partager au lecteur la même envie de tuer le vilain que celle du personnage assistant à la scène (Arya, en l’occurrence).

    Dans un RP, je sais que ce n’est qu’un rôle (en théorie), mais je n’ai pas forcément envie de lire ce genre de scène régulièrement, encore moins d’en jouer, d’autant plus que l’on devine que ce sera bien plus détaillé que dans « Game of Thrones », et donc encore moins supportable…

    Quant à la morale, c’est malheureusement quelque chose de subjectif et de personnel. Je crains que ce ne puisse pas forcément être un argument dans le sens où ça varie d’un individu à l’autre.

    Après tout, en mettant la sexualité de côté, jouer des personnages immondes et méprisables ne signifie pas qu’on est soi-même un individu mauvais et que l’on partage les idées nauséabondes de notre personnage.

    Je dis ça, mais je serais incapable de jouer ce genre de personnage, mais chacun ses sensibilités, ses limites et ses tabous concernant la violence ou le reste…

    Je partage tout de même ton avis sur la question, mais je sais d’expérience que ceux qui font du RP « hardcore » se fichent un peu de la morale ou de la retenue, même sur table (oui, j’ai connu ça aussi sur table).

  10. Avatar Telu dit :

    La loi parle de « représentation de mineurs qu’il soit fictive ou réel. » Donc, ca s’étend aussi à la littérature. Mais après, c’est au cas par cas. Ca veut dire que les jupes liront les textes et compareront avec les textes de loi, les articles de la cour de cassation. Bref, c’est flou, c’est clairement interdit pour l’image, mais pour le texte, ca dépendra des cas.

    Bref, faut pas se leurrer, quand la loi utilise le terme de représentation, ca sous-entend que ca peut être visuel, écrit ou sonore. Sinon, ils utiliseraient le terme d’image.

    En tout cas, faut pas se leurrer, un juge qui verra ce genre de texte, ca m’étonnerais qu’il laisse passer. Donc, yaura une sentence prononcée (amende, fermeture ou/et prison)

    Perso, sur mon site, j’ai mis la barre à interdit aux moins de 18 ans pour les joueurs et pour les personnages. Comme ca, je suis tranquille. Me manquerait une barrière anti-mineurs pour protéger mon site.

    D’facon la pornographie avec des personnages mineurs, c’est malsain en soi. Et l’érotisme avec des majeurs est tellement plus enrichissant et sain. Donc, pourquoi s’emmerder ? (Et en plus, on parle même pas des espèces animales qui ressemblent à des humanoïdes, aux textes avec des aliens et des tentacules, aux personnages humains qui ont les deux sexes ou à la torture. Et tout ca, c’est encore plus glauque)

    Bref, dans le doute, vaut mieux pas prendre de risque. Les conséquences sont lourdes. Et c’est pas le petit con qui troll en disant « Ouais mais j ‘fais ce que je veux, on est dans un pays libre » qui ira payer votre amende ou aller en prison pour vous. Surtout si le judiciaire fouille votre site et se rend compte qu’il y a des mineurs qui se sont fait passé pour des majeurs en mentant sur leur âge. (Faut pas se leurrer, pas mal de mineurs disent qu’ils ont 18 ans et c’est souvent eux qui viennent jouer des persos mineurs sur nos sites)

    Sans compter que vous aurez l’air con devant votre famille quand ils sauront ce que vous avez autorisé. (Tout le monde n’accepte pas de dire à sa famille qu’ils font de l’érotisme littéraire)

    Mais sinon, très bons exemples, Darkbaron. Même si j’ai pas lu. La littérature est pleine de ce genre de scènes. Je pense à la série Orc de Stan Nicholls et le sacrifice érotique.

    Mais oui, les gens se fichent de la morale et de la retenue. Par contre, ils vont vite déchanter le jour où ils devront aller à la barre. A charge de réflexion. L’important, c’est votre vie à vous. Protégez là. Protégez votre famille. Vous pouvez faire plusieurs années de prison à cause de négligence, tout ca parce qu’un inconnu bien pensant vous a convaincu de faire dans l’illégalité. Perso, je trouve que ca en vaut pas la peine. 🙂

  11. Avatar Encrine dit :

    Tiens, je relis cet article, que j’avais déjà lu à l’époque après avoir répondu à l’enquête, et je me demande, avec cette « chasse » aux RPG qui autorisent sexe et violence…
    Lorsqu’on voit des livres comme Fifty Shades, Beautiful Disaster (quoique là, encore, si y’a plusieurs scènes de sexe, elles sont belles et soft à mes yeux) et d’autres, vendus à des gosses de 12 piges, et le film avec notre cher Christian Grey diffusé au ciné en NC-12… Etc-ce que ce n’est pas un peu hypocrite de la part de ForumActif ?
    Je veux dire, sur cette plateforme -je ne connais pas vraiment les autres- on a moyen de prévenir les âmes sensibles dans les titres de RP, de cacher ces écrits grâce à nos chères balises hide, alors, pourquoi en faire tout un drame alors que la sexualité, la pornographie sont partout ?
    J’étais en 6ème (11 ans) que je savais déjà ce qu’était le hentai, j’étais tombée par erreur sur un RP de ce style, et à l’époque ça n’était pas caché, j’avais plus ou moins été choquée au début. Aujourd’hui j’ai 16 ans, j’écris des RP érotiques, et je suis sidérée par cette « chasse » qui est menée sur des forums qui prennent soin de cacher ce qu’ils font alors que d’autres… le montrent à tort et à travers et ne subissent aucune représailles.

    Après, la question de l’âge est soulevée : à partir de quel âge une personne est-elle considérée « à même » d’écrire / de lire des RP érotiques ? Je considère, au vu de mon expérience personnelle, que tout dépend du mental de la personne. A 13 ans j’écrivais déjà des RP CB érotiques, et là je commence tout juste à écrire de vrais post RP qui le sont. Certains seront à l’aise plus tôt que d’autres, certains y parviendront sans avoir eux-mêmes d’expérience sexuelle IRL, d’autres pas… Alors, honnêtement, je pense qu’il n’y a pas d’âge réel. On pourrait dire « 18 ans », mais dans ce cas, censurez aussi les films et les bouquins érotiques crus comme notre cher Fifty Shades, non ?

    • Bonjour, Ecrine, merci pour ton commentaire très représentatif x)

      Nulle hypocrisie de la part de Forumactif, et beaucoup de la part de ceux qui sont malheureusement punis. Les conditions d’utilisation de Forumactif, qui est un service gratuit, indiquent depuis des années qu’il est interdit d’utiliser leur service pour diffuser du contenu de nature pornographique. Comme il y a des milliers de forums, il est difficile de repérer les contrevenants dans la masse… Mais il suffit qu’un fâcheux s’amuse à faire des dénonciations en série, preuves à l’appui, pour que le staff de FA soit contraint d’appliquer le règlement. Et pour le coup, se plaindre de se faire sanctionner pour avoir désobéi à un règlement, c’est quand même un peu fort de café.

      En ce qui concerne Fifty Shades et autres contenus érotiques, c’est de la responsabilité des adultes encadrants de gérer l’accès à ces choses là, je ne vois pas pourquoi Forumactif aurait à rendre des comptes sur un sujet qui n’a rien à voir avec eux. Et puis bon, la technique ancestrale consistant à dénoncer son voisin pour éviter d’être puni, ça ne marche pas à tous les coups, surtout devant le rouleau compresseur de la législation.

  12. Avatar Telu dit :

    Les formats publiques (littérature, cinéma, musique, ..) sont très réglementés. Un film aura un logo PEGI rappelant le degré de violence à l’écran pendant TOUTE la durée du film. Afin de prévenir les âmes sensibles du degré de violence (12, 16, 18). Un PEGI, c’est aussi tout un rituel, un PEGI 16 ne montre pas autant de choses qu’un PEGI 18. Et un PEGI 12 encore moins. Tout ceci suit une terrible legislation afin de ne pas choquer le public auquel c’est destiné. Donc, je pense pas qu’on puisse comparer les contenues des forums et des formats publics, car souvent sur les formats publics, le niveau de réglementation est plutôt bien choisit et c’est à tes risques et périls si tu accèdes au contenu même si on t’as dit dix fois que t’avais pas le droit, qu’on t’as planté un logo continuel sur l’écran pour te rappeler que t’avais pas l’âge. Etc… En gros, si t’es choquée après visionnage ou lecture, tu peux pas te plaindre, on t’avait prévenu.

    Sinon, je vois que tu as 16 ans et que tu dis avoir accéder à du contenu érotique. C’est pas génial. (Tu dis même y avoir accéder à 11 ans, c’est encore pire) On va mettre la faute sur les sites et leur mauvaise administration ou leur méconnaissance des lois francaises. Ou leur négligence, voir leur je-m’en-foutisme anarchiste et rebelle. (Du genre : « ouais, je suis sur internet, j’fais c’que je veux si je veux autoriser la pornographie aux + de 15 ans ».) Mais dans tous les cas, ca craint et encore heureux que forumactif tend à fermer ce genre de sites. Parce que c’est pas très légal. x) Je vais pas refaire un topo sur les conséquences, j’en ai déjà fait un mais voilà.

    Perso, moi, de savoir que des mineurs accèdent de leur plein gré à ce genre de contenue. Ca me saoule grave. 🙂 Même si c’est pas toujours leur faute et beaucoup de la faute d’admins trop négligent ou « rebelles », si ya un soucis, c’est pas eux qui iront faire de la prison quoi.

    Bref, ce qu’il faut retenir : Nous devons protéger les mineurs et c’est bien aux majeurs de le faire. Le contenu érotique ou pornographie des 7 arts est réglementé par un panel de codes plus ou moins bien foutue. Donc, si tu y accèdes quand même, c’est soit la faute de tes parents, soit la faute des gens qui le publient sans mettre des bonnes mises en garde, soit la faute de l’état. Forumactif a raison de faire fermer les sites ou ces codes sont mal jaugé par des administrateurs trop négligent/mal renseigné que ce soit intentionnel ou non.

    Bref, ya un moment, faut être un brin responsable. Parce que si un jour, ya un soucis, vu que t’es mineur. Les forces de l’ordre vont pas venir te chercher, ils vont appeler tes parents et t’auras bien l’air con quand ils apprendront que tu fais de l’érotisme ou non (que ce soit assumé vis à vis d’eux ou non). Et quand tu traînes sur un site et que tu es mineur. Pense au type en face et des conséquences de tes actes si jamais tu ignores les barrières d’interdictions, c’est cool pour lui.

    Dans tous les cas, c’est cool d’avoir des commentaires de mineurs. Qui avoue accéder à du contenu dont il n’a pas l’âge, c’est assez rare. Merci à toi. x)

  13. Avatar Red dit :

    J’ai lu les deux articles et les commentaires de celui-ci, et même quand je ne suis pas du tout d’accord avec ce que vous dîtes, ça a beaucoup de valeur, alors je vous remercie tous, blogeuse et commentateurs !
    Je fais partie des personnes qui ont commencé le rp en étant mineure plus que mineure (13 ans) ainsi que ceux qui ont fait du rpcb/chat dit « sexuel » peu après. Je suis aujourd’hui majeure, et bien consciente que cela a changé ma vision de la sexualité en temps que personne adulte.

    Je comprends parfaitement le point de vu d’Ecrine, parce que j’ai été comme elle, exactement pareille. Je pensais (et pense encore par rapport à ce que j’étais à l’époque) que j’étais suffisamment mature pour être confrontée à ce contenu, qui tantôt relevait bien évidemment d’un plaisir défouloir, tantôt du plaisir réel d’écrire (que j’éprouve toujours, de manière plus consciente, à l’âge adulte).

    Je comprends la loi, et je comprends que Ecrine et moi à l’époque étions/sommes en infraction. Je comprends aussi votre dédain pour le comportement typique de « Ouais, je suis un rebelle, je suis libre je choisi ». Parce que j’en ai fait partie, je sais qu’à ce moment là, on le ressens comme un choix personnel, et pas comme la manipulation. J’ai eu la chance de tomber sur des personnes bien intentionnées, de jouer avec d’autres mineurs, des personnes de mon âge. Et que tout le monde n’a pas cette chance de découvrir de manière « saine » ce genre d’imaginaire. Que le danger existe et que l’on puisse être abusé.

    Mais je ne peux pas m’empêcher de constater qu’aujourd’hui, je suis une personne saine d’esprit, du moins de ce point de vu là. Je suis simplement ouverte à réfléchir à ce pourquoi les formes de sexualités « limites » et illégales le sont, pourquoi elles constituent un danger. Et j’en suis capable parce que j’ai grandit sans avoir peur de la sexualité ou sans le traiter comme un tabou, un truc totalement sacralisé. Ou même quelque chose qui me fera grandir plus vite, d’ailleurs ! J’ai joué des personnages incestueux, justement pour montrer ce en quoi c’est une souffrance, ce en quoi ça blesse plus que ça n’apporte du bonheur, justement pour bien comprendre et faire comprendre que même romancé, quelque soit la manière dont on aborde ces sujets dangereux, la réponse n’est pas évidente, n’est pas simple, et n’est pas à banaliser. C’est ma manière à moi de me poser la question de « pourquoi est-ce que c’est mal ? Est-ce que c’est mal ? »

    Aujourd’hui je suis capable de voir tous les choix de vie sexuelle de manière très tolérante, avec beaucoup de recul, et ce parce que je n’ai pas été enfermée dans un monde ou on ne peut pas parler de sexualité, où la télé vous montre quelque chose mais que le reste du monde vous dit que ce n’est pas pour vous. En dehors du grand plaisir littéraire que j’ai eu à l’époque, j’ai appris à considérer la sexualité comme une partie de la vie, ni plus ni moins. Ce que j’en fait en réalité ne concerne que moi, mais l’analyse profonde de ce que sont ces scènes d’interdit, si elle sont bien traitées, ne devrait pas à mon avis être quelque chose dont on interdit l’accès complet et définitif à celui qui objectivement vient plonger le nez dedans avec une vraie curiosité. Générer de la frustration peut peut-être pousser les jeunes à vouloir en voir plus à tout prix, quitte à tomber sur la mauvaise école. C’est en étant capable de montrer toutes les formes d’un sujet qu’une personne, quelque soit le sujet de ce qu’il regarde, est capable de se faire une opinion propre de ce qu’il voit sans être manipulé. Et même si ce n’est pas à mettre entre toutes les mains, je ne tiens pas spécialement à infantiliser tous les pré-ados qui malgré qu’on les préviennent s’efforcent de traverser les barrières.

    Encore une fois, je connais la lois, et c’est une pierre dans l’eau que je mets, mais ça ne me parait pas inintéressant d’au moins en parler.

    Après, j’ai bien vu un autre problème : la manière dont c’est écrit. Tout le monde n’a pas l’amour de la plume sur les rpgs versés sur la sexualités, tout le monde n’a pas le vocabulaire, l’adresse ou même la volonté de « bien » écrire quand il le fait. Et même en ne faisant pas partie de cette école, je penses qu’ils ont le droit. Mais il est clair que c’est regrettable et même déplorable que de jeunes enfants se soient retrouvés impuissant et pris par surprise par ce genre de joueurs de peu d’égard pour leur partenaire. Et c’est ce que j’appelle tomber sur la plus mauvaise des écoles. Comme toutes relations, les relations entre rpgistes sont à baser sur la confiance l’un en l’autre, sur la distinction entre ce qui fait partie du réel et du fictif, du loisir (comme en entreprise du privé et du travail), et je sais qu’il faut éduquer nos jeunes à traiter les rencontres sur internet comme des rencontres dans la rue. On ne suis pas n’importe qui sans précautions.

    Encore une fois merci à tous pour vos avis constructifs, même les grand réfractaires, qui sont dans leur droit le plus total ^^ En ce qui concerne la vague de suppression de ces derniers temps, j’ai un avis contrevenant au bon sens local et législatif, mais en vous lisant, je sais ce qu’on risque, et l’accepte, d’une certaine manière. Restons tous bien vigilants, et surtout bienveillants !

  14. Avatar Ddril dit :

    Bonjour, et félicitation à la rédactrice de ce billet.

    En lisant, une interrogation me vient à l’esprit du point de vue de la loi et de nombreux autres critères, j’ai beau chercher, je n’en trouve réponse.

    Comme vous l’avez souligné, les RPG érotiques devraient être automatiquement interdit aux moins de 18 ans, ce que je trouve justifié en soit. Mais ensuite, nous remarquons que dans de nombreux médias tel que le cinéma tout bêtement, les contenus érotiques sont interdis au moins de 16 ans contrairement aux films classés X qui sont évidemment pour un public majeur.
    Nous pouvons voir aussi ce problème dans le film récent : 50 nuances de Grey que je n’ai pas vu soit-dit en passant. (12 ans j’ai lu ? Information à confirmer sur ce sujet, pour la France)
    Je vois des livres érotiques, ces derniers ont rarement un âge assigné, je dois avouer que je n’ai trouvé aucune information précise sur aucun site pour ce point-la, j’ai peut-être pas assez bien cherché… Mais j’ai vu plus récemment des manga dit Hentai (et notamment la maison « Hentai Sans interdit » qui dé-censure ces derniers) vendu en librairie qui sont interdit aux moins de 16 ans. Là, je me retrouve face à une incompréhension totale, car j’ai pu voir leur contenu, et pour résumer, c’est particulièrement hardcore.

    La loi semble se contredire dans de nombreux médias différents.

    Mon commentaire est peut-être mal placé aussi pour ouvrir un dialogue mais au fil de la lecture, tout cela se tramait dans ma tête.

    Je vous souhaite une agréable journée.

  15. darkbaron darkbaron dit :

    La question n’est pas simple. La décision d’interdire certains films à telle tranche d’âge peut sembler arbitraire ou incompréhensible, surtout quand on regarde l’exemple du film « 50 nuances » (12 ans, oui…). Il y a une part de subjectif, à côté de certains critères.

    La protection des mineurs est toujours délicate, surtout quand l’on sait que pas mal des joueurs sur forum RPG hentai ou érotique sont sans doute eux-même mineurs (ou l’étaient quand ils ont commencé).

    Il ne faut pas se leurrer : les adolescents vont sur des sites « coquins », et aucune mesure du genre « avez-vous plus de 18 ans ? » ne les empêchera d’y jeter un coup d’œil ou de s’y inscrire.

    S’il n’y a pas de contrôle sur le PC, c’est très simple d’accéder à ce genre de contenu. Les sites et forums ne peuvent pas vérifier l’âge de la personne…

  16. Avatar Telu dit :

    Ca dépend ce qu’on montre. N’ayant pas vu 50 shades of grey, je peux pas dire.

    Mais, je sais que les films erotiques sont interdits aux moins de 16 ans. Car, ils se montrent que des seins nues et pas d’intimités à la caméra. Ou seulement des positions suggérées. En gros, on voit le monsieur prendre la madame mais on ne voit pas leurs intimités.

    Les films pornographiques sont interdits aux moins de 18 ans car ils montrent tout de la sexualité.

    J’imagine qu’un film interdit aux moins de 12 ans se contentera de suggérer les ébats. C’est à dire, soit ils se dérouleront hors champs (hors caméra donc) ou bien, la caméra montrera une épaule, un bout de hanche et ca s’arrête là. Pour suggérer qu’il se passe quelque chose d’érotique. Voir un bout de cravache qui caresse l’échine d’une personne pour suggérer un jeu érotique SM.

    A vérifier avec le contenue du film. Mais c’est dur de parler de quelque chose qu’on a pas vu.

    Après, pour ce qui se trouve en librairie, j’ai jamais vraiment fait gaffe si ils notent l’âge sur la quatrième de couverture. J’imagine que oui. C’est assez surprenant de tomber sur ce genre d’écrits (en bien ou en mal). Pour les mangas érotiques et pornographiques, je ne savais pas qu’ils vendaient ca en librairie sans restriction. Mais tu me diras, l’étage du haut d’une étagère dédiés aux magazines érotiques est à la vue des mineurs, donc bon… :/ Les libraires protègent pas vraiment les mineurs je trouve.

  17. moodytryme moodytryme dit :

    Voici ce que dit mon juriste par rapport aux fictions :

    Les contenus audiovisuels diffusés à la télévision et au cinéma font l’objet d’un contrôle par le CSA qui est un établissement public. Pour précision le CSA est une autorité administrative indépendante (c’est un type d’établissement public particulier) et il existe également un organisme qui contrôle les publications papier uniquement destinées à la jeunesse (la Commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à l’enfance et à l’adolescence) mais sans système de pictogramme. Le CSA a créé ses propres critères concernant les pictogrammes -12 – 16 etc. Il n’existe pas d’établissement équivalent pour le contrôle des publications « papier » ou électroniques. Toutefois, dans les librairies et les kiosques il existe tout de même des signalements concernant les contenus pour adulte (surtout pour la pornographie).

    Pour précision, le disclaimer – 18 sur Internet porte sur les contenus pornographiques et violents, néanmoins il n’est pas forcément obligatoire pour des contenus érotiques « soft’ ou avec un certain degrés de violence. Il s’agit de placer le curseur en estimant ce qui peut être considéré comme choquant pour un mineur, ce qui peut être difficile notamment pour les contenus violents. Pour résumer, il n’est pas obligatoire de mettre un disclaimer dès qu’un contenu à un caractère sexuel ou violent, c’est pourquoi les pictogrammes du CSA sont utiles pour graduer les interdictions. A noter que les contenus visuels sont souvent considérés comme plus choquant pour les mineurs.

  18. Avatar Ddril dit :

    Je vois donc tout cela et je vous remercie pour tous ces éclaircissements.

  19. Avatar Rozenbrez dit :

    Bonjour,

    J’ai lue vos deux articles que je trouve excellent et répondent à pas mal d’interrogation pour celles et ceux qui n’aiment pas ce type de jeu et qui ne souhaitent pas en savoir plus car pour eux nous restons des « pervers décérébrés ».

    Pour le film « 50 nuances de Grey », je suis allée au cinéma Dimanche dernier (soit le 22 Mars) à Montpellier et sur l’écran des films à l’affiche la réglementation d’âge affiché pour ce film était « Indéfini ». Donc il n’y a pas d’âge limite pour ce film, je pense que c’est à l’acceptation des vendeurs et des parents qui autorisent leurs jeunes d’aller voir le film. C’était ma petite contribution pour cette question d’âge sur le film « polémique » du moment (j’entend par là le fait qu’on en parle autant et qu’on le cite à tout vas.) ^^

  20. Avatar Telu dit :

    Ouais mais dans le film, ya du contenu sexuel ? Ou bien c’est juste des trucs suggérés ? On voit des nichons ? Des fesses ? Des entre-cuisses ? C’est ca la question qu’on pose.

    Si on voit rien de tout ca, pas de limite d’âge nécessaire.

  21. darkbaron darkbaron dit :

    Il doit bien y avoir du nu, étant donné qu’Emilia Clarke, l’actrice qui interprète Daenerys dans Game of Thrones, a refusé de participer à ce film, craignant d’être cataloguée « actrice pour scènes de nu ». Dans l’ensemble, ça doit être « sage », mais je suppose qu’on en voit un peu.

    En fait, les séries TV font sans doute pire que les films au cinéma, en général. On ose beaucoup plus car on craint bien moins la censure.

  22. Avatar Telu dit :

    Bah la censure est la même. Mais j’avoue que Game of Thrones, ya des nichons, donc ca devrait être interdit aux moins de 16 ans. Par contre, on ne montre pas d’intimité, ni de virilité. Donc, c’est ok pour le moins de 18 ans.

  23. darkbaron darkbaron dit :

    Après, il faut prendre aussi en compte la violence. Des seins, on aura beau dire, mais ça choque moins que du gore. « Game of Thrones » comprend de la violence et du sexe, alors que « 50 nuances » n’a que le second, la relation n’étant pas assez trash pour inclure la première (c’est « soft »).

    Et là, j’ai envie de dire qu’on peut avoir un même souci avec le RP textuel : décrire une petite scène érotique impliquant sensualité et douceur, ce n’est pas la même chose qu’une scène pornographique beaucoup plus crue et violente.

    Or, si je conçois que l’on puisse tolérer la première sans être trop regardant sur certains principes (parce qu’il y a peu de chances de choquer un public qui a été prévenu du caractère érotique), ça me paraît difficile d’appliquer la même chose pour la seconde.

    C’est aussi le problème des étiquettes sur les forums qui tolèrent le RP d’ordre sexuel : si on met juste [attention, sexe et/ou violence] dans le titre, ça veut dire quoi ? Va-t-on tomber sur un scénario commençant par de la violence puis s’achevant sur une relation sexuelle consentie et soft ou sur une scène digne d’un Hentai crade ?

    Dans le premier cas, on aurait par exemple l’histoire d’un vaillant chevalier affrontant des brigands menaçant une demoiselle (violence), avant d’avoir une relation tendre avec cette dernière. C’est soft, mais ça justifie les deux tags de violence et de sexe.

    Dans le second exemple, bien… Je me passerai naturellement de descriptions, mais toujours est-il qu’on n’est pas forcément prévenu quand ça va loin, surtout sur des forums RP assez libres qui peuvent se passer d’étiquettes dans le titre ou ailleurs.

  24. Avatar AlabamaPines dit :

    En lisant cet article, j’ai pris conscience des nuances existantes dans le domaine du role play érotique. Il faut dire qu’actuellement j’utilise une plateforme sur laquelle les jeux de beaucoup finissent rapidement en partie de jambes en l’air, le plus souvent calquée sur la pornohraphie plus que l’érotisme.

    Mineure, je me suis déjà essayé au role play érotique sur feuille. Ce n’était pas le but du jeu que je menais avec mon avis mais elle a habilement tout fait pour que nos personnages en arrivent là. Je n’ai pas sû refuser, mais la chose est restée très soft, sans vraiment de détails (je me souviens avoir écrit en HS « je te fais pas un dessin hein »). Depuis, je joue toujours mes personnages mais j’ai banni toute sexualité des jeux. Parce que d’abord, je n’ai moi même aucune expérience. Ensuite, je tombe souvent sur des créatrices « gentilles » au début, mais qui s’avèrent bien vite vouloir le phallus de mes OCs masculins (d’où le fait que mes OCs féminins soient délaissés), me contraignant parfois à dénaturer le caractère d’un personnage pour faire plaisir.

    Parce que c’est ça mon plus grand défaut : je veux faire plaisir. Ou plutôt, je n’ose pas dire non.
    En plus de la fois sur papier, je n’ai récidivé qu’une seule autre fois sur le net. Une version plus détaillée, -18 si on considère l’histoire des intimités.
    Mais j’ai abandonné. La créatrice avait fait de son personnages une gamine insupportable et exigeante, au mépris des mœurs de l’époque choisie pour le contexte (quelle londonienne pouvait bien nommer son chat « Yuki » en 1889 ?), et finalement la confiance que j’avais placée en elle s’est évaporée. Elle avait obtenu la scène qu’elle souhaitait, et ne cessait de quémander la suite, alors que le jeu me démotivait de plus en plus.
    A vrai dire, je me sentais souillée d’avoir fait confiance à une telle personne.

    J’ai fini par couper définitivement court le jour où j’ai lu un rp érotique entre l’amie qui m’y avait initiée (sur papier) et un ami à moi. Ou plus particulièrement une personne à laquelle je portais une affection toute particulière. Ça avait dépassé les limites de l’érotisme.

    Là je dois avouer à cet instant que ce n’était pas « que du rp ». C’était pour moi une trahison.
    Alors je me demande, à chaque fois que je vois une créa s’afficher en couple et collectionner les role play pornographiques, si son petit ami est au courant et comment à sa place, je prendrais la chose. Car sans mentir, la plupart des créas que j’ai vu pratiquer cela sont mineures.
    J’ai arrêté un jeu avec une demoiselle car je ne supportais pas l’idée de poster ma réponse sous une réponse dans laquelle elle faisait une fellation. Et ladite créatrice passe son brevet cette année …

  25. Avatar Ashara Arryn dit :

    La loi me semble très claire au contraire, c’est tout simplement interdit aux mineurs, point barre. Du coup, tout comme FA avec son règlement qui n’est absolument pas respecté mais qui a le mérite d’être écrit et donc les décharge de toute responsabilité, le tout est de se protéger en interdisant l’accès aux mineurs. Après, sans aucune possibilité de contrôle, on ne peut pas aller plus loin, c’est aussi aux ados de prendre leur responsabilités.

    Mais le fait est que dans certains univers (médiéval par exemple), la pédophilie n’en est pas de fait car les persos de 13 ans sont considérés comme majeurs. Du coup, ça enlève un poil le réalisme d’interdire purement et simplement de jouer des scènes potentiellement sensibles avec des très jeunes ados. En revanche il FAUT ABSOLUMENT que les deux joueurs se soient concertés et mis d’accord, que ça ne choque ni l’un ni l’autre et que les limites et les tabous de chacun soient respecté.

    Je dois avouer que c’est rarement le cas, par exemple mon perso a failli se faire violer et le joueur ne m’a pas mpoté pour me prévenir, perso ça ne me dérange pas, mais ça peut choquer et être très mal vécu, du coup un petit mp ne coute rien. Mais là encore, quid du réalisme ? Imaginons une nenette qui prend le risque à se balader à poil toute seule dans les bois (même habillée cela dit), elle tombe sur un perso vilain et qui refuse « les conséquences » de son comportement. (je vais me faire lyncher je le sens. Pour info je parle ici d’un monde sans foi ni loi ou presque à savoir un univers médiéval, nous visons quant à nous dans un état de droit où la loi est la même pour tous). Cela dit, si un joueur ne veut pas jouer ce genre de scène, il peut toujours refuser les RP avec les joueurs/persos avec qui ça risque d’arriver. Il peut aussi (en tant que perso), éviter de trop faire le malin ^^
    Après, chacun ses mœurs, chacun ses pratiques, chacun ses limites, c’est certaine, mais la personne en face ne peut absolument pas deviner que vous avez dépassé ses bornes, du coup, un petit MP pour dire STOP ou juste, « une peu de poésie que diable ! » ça évite les gros malentendus qui peuvent pourrir le jeu voir le forum et qui peuvent laisser de mauvais souvenirs à l’un comme à l’autre 😉 Bref, sur le net comme dans la vie, apprenez à dire non, c’est important.

    Concernent l’admin de forums où ces sujets sont possibles, ils doivent être interdits aux moins de 18 ans (les parties concernées en tout cas) parce que c’est la loi tout simplement. Après franchement, pour les forums ou ce n’est pas le sujet central et du coup où des mineurs peuvent jouer, un code clair dans le titre devrait suffire, c’est exactement la même chose que pour les films et autre. Si tu regardes un NC-18 c’est « à tes risques et périls », si tu cliques sur ‘j’ai plus de 18 ans’ idem, et ceci est valable pour les mineurs mais aussi pour les âmes sensibles. En d‘autre terme, dire ‘j’ai été choqué’ par un RP sensible après coup, alors que tu l’as ouvert (avec code explicite dans le titre j’entends ou sur la PA du forum ou autre, bref avertissements +/- mutliples) et lu (tu aurais pu t’arrêter au bout de quelques lignes) c’est un peu WTF. Certes on doit protéger les mineurs, mais on n’a pas toujours le pouvoir de les protéger contre eux même, or on ne parle pas d’enfants de ¾ ans qui n’ont aucune conscience du danger (heureusement à cet âge ils ne savent pas lire lol), on parle d’ados, certes peut-être trop jeunes pour faire la part des choses et oui, curieux, mais à 12/13 ans tu es quand même sensé être un minimum responsable de tes actes ^^

  26. Avatar Natsuu dit :

    Je ne sais pas trop quoi penser. J’avoue que je n’ai jamais réalisé que le rp érotique puisse être punis. Bon dans tous les cas, j’en fais naturellement qu’avec des personnes dans mes âges ou majeur donc je n’ai jamais eu à me poser la question en tant qu’adulte (Suis-je la seule dans ce cas ? Je ne me vois PAS DU TOUT faire du rp érotique avec des personnes mineures alors que je suis majeure. C’est trop bizarre…). Mais j’ai commencé le rp textuel très tôt (11 ans) et j’ai déjà été amenée en tant que mineur à faire dériver mes rp en rp érotique. Pas publique car à cette époque, c’était pas forcément accepté mais dès qu’on voyait que cela tournait un peu trop érotique, on poursuivait en Messages privés. Cela ne m’a jamais choqué pour autant ni mes partenaires. Je le répète nous étions dans la même tranche d’âge donc si l’on puis le dire, nous étions à peu de choses près aussi « expérimenté » l’un que l’autre à chaque fois xD (Aucun des deux ne nuisait à l’autre et nous avions faire la part des choses). Punaise finalement, j’ai toujours eu la chance de tomber sur des personnes réglo x)

    Après je serais plutôt d’avis que si les titres des sujets sont bien indiqués en [HOT], les gens sont prévenus. Si tu clique sur le lien pour lire, c’est à tes risques et périls. Et puis personnellement, je suis toujours tombés sur des forums où c’était romancés/sous-entendu et non avec des propos crus donc c’est peut-être pour cela que je ne vois pas autant le danger que ce que vous mentionnez. Je n’ai jamais vu non plus de cas exceptionnels : relation trop mineur/prof ou majeur. En général les mineurs sont à la limite d’atteintdre la majorité 16/17 ans donc c’est moins choquant car on dépasse la limite sexuelle selon nos lois.

    Maintenant je pense que le mieux est de comme il est mentionné dans l’article, faire ce type de rp avec la même tranche d’âge de majeure. Prévenir que c’est à connotation sexuelle donc pas pour tous les âges. Interdire ces rp aux mineurs (quitte à leur donner des avertissements et des blâmes s’ils vont au-de-là) ? Je ne sais pas trop. Avec tout ce que l’on nous montre à la tv, les publicités à demi-nu sur les abris de bus ect…, les jeunes sont déjà confrontés à la sexualité et c’est encore pire puisque c’est visuel. Et on ne pourra pas les empêcher de faire les curieux (on arrive toujours à trouver une solution pour outrepasser les règles, moi la première dans ma jeunesse ^^’) puis dans ce cas là, on fait comment pour les repérer ? Je veux dire, nombre de fois j’ai mentionné avoir plus de 17 ans en cochant la case du règlement de forumactif alors que j’en avais 15 ou 16 xD Baaah on ne peut pas…

    Du coup je rejoins l’avis de Red, que c’est en laissant la liberté de faire son propre avis sur la question que l’on apprends à traiter le sujet de façon saine. Plus tu interdis et plus on a envie d’en savoir plus et d’aller plus loin owi x)

    Pour répondre à AlabamaPines : Je pense que lorsque tu fais du rp érotique textuel, il faut éviter de mêler sentiment IRL et le jeu. Sinon forcément tu te heurte à des déceptions. Je joue des personnages masculins et je fais parfois des rp érotiques et pourtant mon copain n’en ait en rien offusqué xD Eviter aussi les langages trop crus ou explicites ou informer ceux qui fonctionnent de la sorte et avec qui on a déjà commencé un rp que cela nous gêne. La communication est reine ^^

  27. Avatar Jeanne la Boiteuse dit :

    Pour revenir sur la question des pratiques « déviantes », des violences sexuelles, et de la présence de mineurs dans des scènes ouvertement sexuelles, je pense qu’il faut rajouter quelque chose sur le contexte du jeu et la manière de l’écrire.

    Il m’est arrivé de jouer une scène de viol avec une partenaire de jeu ; nous en avons discuté avant, et planifié la chose. Nous ne l’avons pas joué par plaisir de jouer une scène de viol, mais parce que l’histoire que nous avions imaginé pour nos deux personnages nécessitait cette violence. Il n’y a rien eu de « voyeur » dans notre écriture, nous avons décrit les faits (pdv interne, qui fut difficile à assumer pour nous deux), en étant conscientes de l’horreur de la chose, et en la condamnant implicitement.

    Personnellement, je ne prends pas de plaisir particulier à écrire des scènes de sexe (encore moins lorsqu’elles sont violentes) – sauf avec mon chéri IRL -, mais je n’y répugne pas non plus : le RP est là pour écrire une histoire, et parfois les histoires font peur, sont cruelles aussi. La scène de viol dans Millenium (surtout la version de Fincher) n’est pas là pour être agréable, mais pour montrer toute l’horreur de cette situation : elle n’est pas filmée comme un clip pornographique, la caméra condamne dans ses plans.

    En ce qui concerne le tabou sur la représentation des mineurs dans les scènes de sexe, là aussi je voudrais nuancer un peu. Dans le contexte de certains jeux, cela peut être un « passage obligé » (la description de la scène, elle, ne l’est jamais !!) ; je pense par là aux RPG historiques et de fantasy historique, où les mariages peuvent avoir lieu dès 12 ans pour les filles, et 15 pour les garçons. Bien qu’on ait tendance à surestimer la part des mariages précoces, c’est un phénomène qui a été réel (et l’est encore dans trop de pays). Il y a eu beaucoup de représentations de cette réalité : dans GoT, Daenaerys est violée par son époux alors qu’elle n’a que 13 ans, dans Habibi (excellente BD au demeurant) l’héroïne est vendue à son mari qui la viole alors qu’elle semble n’avoir pas plus de 12 ans… J’estime que l’on peut choisir de parler de ces viols de mineurs. Décrire une telle scène n’est pas la justifier ou l’approuver. Par contre, l’écrire comme on écrit un texte érotique (dans le sens où cela est sensé faire naître une excitation sexuelle chez le lecteur et/ou l’auteur), ça, c’est condamnable (et trèèèès creepy).

    En bref, je voulais dire surtout que tout est dans l’objectif du RP et la manière de l’écrire. Prendre plaisir à écrire une scène de viol sur un RPG me choque, parce que c’est sortir du cadre intime du fantasme, que l’on garde pour soi ou que l’on partage avec son/ses partenaires intimes IRL. Ecrire une scène de viol, justifiée par l’histoire, sans verser dans le voyeurisme malsain, ça ne me choque pas.

    Encore une fois, je pense que tout est dans la bonne ellipse (à quoi bon décrire tout dans le détail ? Personnellement, les bonnes ellipses me font plus d’effet qu’une liste de courses).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Abonne-toi à la newsletter d'infinite RPG

Partenaires

  • Le Blog du RPG
  • Roleplay And Sarcasm
  • Adie – Créajeunes
  • Les Chutes de Rozan
  • Pub RPG Design
  • Draftquest
  • Chroniques d'une RPGiste
  • Sawen
  • GraphicObsession
  • Kerlaft le rôliste
  • Opale Rôliste
  • Entrance Icons
  • Obsession 27
  • Eternal Lust
  • Labo de l'Edition
  • Chercher un Avatar WTF
  • Akilajo Graphic
  • Mademoiselle Cordelia
  • L'Ivre Book
  • Destination Hogwarts
Voir tous nos partenaires | Devenir partenaires

“A ce moment-là, je jure que nous étions l'infini.”

Le monde de Charlie, Stephen Chbosky