Le blog des Infiniters

Blog collaboratif pour les passionnés de jeux de rôle textuels et d'écriture

Rencontres créatives 2017-2018

Comment décrire les pensées de son personnage ?

Doublure Stylo
Contribution de Doublure Stylo | Donne ton avis !

publiée le 18 juillet 2017 dans Personnages, Tous les articles du blog

 
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Ce que j’aime pratiquer, à travers le jeu de rôle textuel, c’est l’écriture. Comme beaucoup, je m’attache autant à la façon de raconter qu’à ce que je raconte. Parce que ça me permet de m’exercer, ça rend mon récit plus convaincant et c’est plus plaisant à lire pour les joueurs et les lecteurs-spectateurs. Si je vous dis tout ça, c’est parce que le sujet que je traite ici dépasse le cadre du jeu de rôle pour s’étendre à l’écriture en général. Tirés de mon expérience tout à fait personnelle, voici quelques conseils et suggestions sur pourquoi et comment intégrer les pensées de son personnage dans un RP, en fonction de votre façon de jouer et de vos intentions.

 

Pourquoi décrire les pensées de son personnage ?

1. Pour renseigner les joueurs

Ça peut sembler superflu, passer pour un plaisir solitaire d’écrivain prétentieux et égoïste, une dilution pour rallonger un post jugé trop court… Mais décrire les pensées de votre personnage, si ça n’informe pas les autres personnages, peut renseigner vos partenaires sur ses intentions, pour les rassurer, les perturber, les influencer…

2. Pour renseigner le lecteur

Ça permet aussi d’étoffer la psychologie de votre personnage, ça renseigne le lecteur. Car sur un RPG textuel, on n’est pas uniquement joueur. On est aussi spectateur les uns des autres. Certains personnages peuvent être plus suivis que d’autres, pour diverses raisons. Pour que le lecteur s’attache, il faut instaurer une certaine intimité entre votre personnage et votre “public”. S’il ne comprend pas pourquoi votre personnage dit ci ou réagit comme ça, vous risquez de perdre son intérêt.

Comment représenter ses pensées ?

1. En discours direct :

*Pincemi se fige en apercevant Jeoff.*

Enfin te voilà…

*Pense-t-elle. Elle se donne une contenance et affiche un sourire timide.*

C’est… direct. Ça dynamise le texte comme le ferait un dialogue et ça permet, par exemple, de rompre avec une narration un peu longue.

2. En discours indirect :

*Pincemi se fige en apercevant Jeoff. Elle se dit qu’il était temps qu’il montre le bout de sa trompe. Elle se donne une contenance et affiche un sourire timide.*

Le discours indirect permet, quant à lui, de ne pas interrompre la narration. Il sera préféré dans les passages où il y a beaucoup de dialogues ou d’actions, pour ne pas semer la confusion entre paroles et pensées, ni surcharger le texte.

Quand doit-on le faire ?

Si on a choisi d’être transparent sur les intentions et la psychologie de notre personnage, on partagera ses pensées et sentiments du moment.

Elle eut soudain envie de l’embrasser, immédiatement suivie par l’envie de gerber.

Il peut toutefois être intéressant de dévoiler certains événements vécus dans le passé :

Elle se souvint du jour où elle avait eu envie de l’embrasser. Les choses étaient bien différentes et aujourd’hui, cette seule idée la faisait gerber.

Donc ça dépend de ce que vous voulez montrer de votre personnage, du degré de mystère ou de transparence que vous lui accordez. Si vous fomentez une trahison, vous pouvez :

  • Taire certaines pensées secrètes de votre personnage pour ne pas trahir ses intentions et surprendre également les joueurs.
  • Retranscrire ses pensées, trahir ses intentions face aux joueurs qui, s’ils sont bons joueurs, ne transmettront pas l’info à leur perso !

C’est comme ça que Pincemi, mon personnage sur Bouzouks.net, a infiltré la mafia à la face de tous les joueurs. J’ai affiché ses intentions et ses pensées. Mon but était d’obtenir la complicité des autres joueurs sans passer par l’entente préalable en HRP, et sans avoir à “trahir” le joueur en dissimulant mes intentions HRP.

Qui ? Jouer avec les points de vue de la narration

 

Nous avons à notre disposition différents points de vue de narrateur :

1. La focalisation zéro

Le narrateur est omniscient, il sait tout, voit tout, absolument tout, ou presque. Il peut savoir ce que ressent votre personnage (et uniquement lui) et en faire part. Car s’il y a peu de règles dans le jeu de rôle, la plus sacrée, selon moi, c’est qu’on ne joue pas le personnage des autres : on ne le fait ni agir, ni parler, ni penser.

2. La focalisation interne

Le narrateur est l’un des personnages de l’histoire. C’est son point de vue qui sera décrit, et uniquement le sien. Dans le cas du RP, c’est donc le personnage qui raconte sa propre histoire.
Personnellement, je n’utilise jamais cette focalisation dans le RP.

3. La focalisation externe

Le narrateur est en dehors de l’action, il ne peut témoigner que de ce qu’il voit, ce qui exclut le partage des pensées et sentiments. Il peut toutefois supposer ou interpréter, mais je ne vois pas l’intérêt pour ce qui nous concerne dans cet article.

L’aspect collaboratif du jeu de rôle textuel est déjà bien assez source de textes hétéroclites, alors un narrateur externe pour tout le monde, pour un minimum de cohésion, me semble une bonne idée.

Le narrateur, un outil d’écriture

 

 

Le narrateur est un excellent moyen de présenter les pensées de votre personnage, parfois même de façon un brin décalée. Qu’est-ce qui nous empêche de faire mumuse avec le narrateur pour mettre un peu de piment ou de fantaisie dans notre écrit ? En gros, pas grand chose, à part le contexte et l’ambiance du RPG, ainsi que le degré de sévérité des administrateurs. Bouzouks.net propose un univers décalé et humoristique où toutes les folies sont permises, mais sur “Les Limbes d’Enesra”, par exemple, l’univers steampunk spatial pourrait paraître rigoureux, surtout dans un contexte dictatorial. Néanmoins, les créateurs, une bande de collégiens que j’ai cravachés pour leur faire pondre un RPG, sont un brin foufous et ne s’offusqueraient certainement pas de quelques fanfreluches narratives.

Par exemple, un narrateur sans cœur, ou, au contraire, un narrateur émotif ne présentera pas la même pensée de la même façon. À vous de choisir, d’orienter la façon dont vous voulez que votre personnage soit perçu.

Ce bon à rien pensa alors à sa mère. Pour une fois que ça lui arrive, à ce boulet…

VS

Il eut alors une pensée émue pour celle qui lui avait donné la vie.

VS

Il pensa à sa génitrice.

La narration vous permet de “manipuler” le lecteur et les autres joueurs, de les orienter, en leur montrant la facette de votre personnage qui vous arrange.

Et comment faire concrètement ?

Vous pouvez le faire au cœur de la narration aussi bien que dans un dialogue. L’important sera alors de marquer clairement une différence typographique pour éviter toute confusion.

De même, usez des pensées avec parcimonie. Attention à ne pas tout dévoiler de leurs plans : l’effet de surprise fait toujours son effet. Laisser un peu de mystère planer autour de votre personnage permet également de maintenir l’intérêt de vos lecteurs.

Pour conclure, je dirais que la description des pensées de notre personnage possède des enjeux à la fois stylistiques, rédactionnels, ludiques et stratégiques. Tout dépend de nos intentions dans le jeu, envers les autres joueurs et les lecteurs, ainsi que de notre rapport à l’écriture.

Et vous, les Infiniters ?

Comment décrivez-vous les pensées de vos personnages ? Et dans quel but ? 🙂

 
Partage cet article sur les réseaux sociaux !

La plateforme RPG est en ligne : Viens tester !

Doublure Stylo

Doublure Stylo (3 articles)

Écrivain public et amatrice de jeu de rôle textuel, j'essaie de marier ma passion et mon métier. Je suis également friande d'écriture sous contrainte (OULIPO). J'aime essentiellement l'écriture ludique et j'aspire à m'amuser et à amuser les lecteurs. Je suis la créatrice et l'interprète d'un seul personnage (Pincemi, sur Bouzouks.net), mais je laisse la porte ouverte à de nouvelles opportunités ! Site web : http://doublurestylo.com/

 
Icone Facebook Icone twitter Icone pinterest Icone linkedin
Et si tu nous proposais un article ?

A noter : Le blog des Infiniters publie des articles proposés bénévolement par tout membre de notre communauté de rôlistes, qui respecte notre charte de bonne conduite et notre ligne éditoriale. Le rédacteur est un contributeur externe à l'équipe d'infinite RPG. Son avis n'engage que lui, dans son article et dans ses commentaires.

Viens nous rejoindre !

Nouveau sur infinite RPG ? Inscris-toi ! Tu es déjà inscrit ? Connecte-toi ! Icone Facebook Icone Facebook Icone Youtube Icone Twitter Icone tumblr Icone RSS
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Abonne-toi à la newsletter d'infinite RPG

Partenaires

  • Kerlaft le rôliste
  • Akilajo Graphic
  • Festival des Mondes de l'Imaginaire
  • Chercher un Avatar WTF
  • Le Blog du RPG
  • Entrance Icons
  • Les Chutes de Rozan
  • Chroniques d'une RPGiste
  • Pub RPG Design
  • Opale Rôliste
  • L'Ivre Book
  • Labo de l'Edition
  • Draftquest
  • Sawen
  • Obsession 27
  • Roleplay And Sarcasm
  • Mademoiselle Cordelia
  • Destination Hogwarts
  • Adie – Créajeunes
  • Eternal Lust
  • GraphicObsession
  • Festival Les Mondes d'Elor
Voir tous nos partenaires | Devenir partenaires

“A ce moment-là, je jure que nous étions l'infini.”

Le monde de Charlie, Stephen Chbosky