Le blog des Infiniters

Blog collaboratif pour les passionnés de jeux de rôle textuels et d'écriture

Écrivons et jouons ensemble !

Le Jeu de rôle bien présent au Salon du Livre 2015 !

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Bonjour ! Deux raisons m’ont motivée à aller au Salon du Livre de Paris cette année : la conférence sur le jeu de rôle et l’espace Jeux de rôle & Fantasy. Évidemment, j’en ai également profité pour feuilleter des livres lors de ce grand événement littéraire ! Voici mon compte-rendu de ma journée au Salon du Livre 2015, point de vue rôliste ;).

Le Salon du Livre de Paris

salon-du-livre-2015

L’entrée du Salon du Livre de Paris 2015 – Porte de Versailles

Le Salon du Livre est une foire littéraire organisée chaque année depuis 35 ans à Paris (Porte de Versailles). Les visiteurs y viennent découvrir les centaines de stands d’éditeurs venus de plusieurs régions françaises et de plusieurs pays différents. C’est aussi le bon endroit pour rencontrer des professionnels du livre et pour obtenir une dédicace de son auteur ou illustrateur préféré. Cette année, les livres venant du Brésil étaient à l’honneur, ainsi que le thème de la liberté d’expression – suite aux attentats « Charlie ».

L’espace Jeux de rôle et Fantasy

Grâce à notre fil d’actualité Twitter @Infinite_RPG, j’ai appris cette superbe nouvelle : cinq éditeurs et collectifs d’auteurs (Le Grimoire, L’Homme Sans Nom, Matagot, Mille Saisons et Les Ombres d’Esteren – Agate RPG) ont décidé de s’unir pour créer un espace dédié aux livres de jeux de rôle et au genre fantasy.

espace-jeux-de-role-et-fantasy-salon-du-livre

L’espace Jeux de rôle et fantasy au Salon du Livre 2015

Bien que je pratique le jeu de rôle sur forum (Play by Post) depuis presque dix ans, je ne suis pas très familière avec l’univers du jeu de rôle sur table. C’était donc une bonne occasion pour  parler avec des rôlistes et avec certains représentants des maisons d’éditions de livres de jeux de rôle. D’ailleurs, j’ai fait la rencontre d’un bénévole de la Ligue ludique de Paris, qui organise des sessions de jeux de rôle plusieurs soirs par semaine dans la capitale et qui s’est montré très intéressé par notre projet Infinite RPG.

Manga Boyz et une réédition des Livres dont vous êtes le héros (Editions Mille Saisons)

Manga Boyz et une réédition des Livres dont vous êtes le héros (Editions Mille Saisons)

 

Jeu de rôle Les Ombres d'Esteren (Agate RPG)

Jeu de rôle Les Ombres d’Esteren (Agate RPG) et ses produits dérivés dans un univers transmédia

 

Auteur et illustrateur Nel pour le JDR Les Ombres d'Esteren

Auteur et illustrateur Nel pour le JDR Les Ombres d’Esteren

Certains jeux de rôle comme Les Ombres d’Esteren rencontrent un tel succès que l’éditeur déploie tout une oeuvre transmédia à partir de l’univers de base : musique, jeu de société, produits dérivés (figurines, monnaie, posters), jeu vidéo…

Quelques éditeurs de JDR publient aussi des romans majoritairement de genre fantasy, ce qui m’a permis de discuter avec quelques auteurs et illustrateurs passionnés.

livres-homme-sans-nom

Les Kerns de L’Oubli, de Feldrik Rivat (Editions L’Homme Sans Nom)

Par ailleurs, la maison d’édition Le Grimoire organise un Prix Mille Saisons : une vingtaine de nouvelles et d’illustrations sur une thématique précise (cette année « La cour des miracles ») est sélectionnée, les lecteurs votent pour leur auteur et leur illustrateur préféré, et les gagnants remportent la chance de voir leur roman publié.

Cosplay pour "La cour des miracles" Prix Mille Saisons 2015

Cosplay pour « La cour des miracles » Prix Mille Saisons 2015

La conférence « Découvrez les livres de jeux de rôle » au Salon du Livre

Le Salon du Livre 2015 a accueilli la PREMIÈRE conférence sur le jeu de rôle en France, animée par Nel (Les Ombres d’Esteren) avec l’auteure Samantha Bailly (éditions Bragelonne), l’agent littéraire David Camus, et PoC (Donjons de Naheulbeuk).

conference-jdr-sdl-2015

Conférence « Découvrez les livres de jeux de rôle » avec Nel, David Camus, Samantha Bailly, et PoC

 

conference-jeu-de-role

Conférence « Découvrez les livres de jeux de rôle » avec Nel, David Camus, Samantha Bailly, et PoC

 

L’animateur a d’abord cherché à introduire en douceur les non-initiés au jeu de rôle en donnant une définition générique :

Le jeu de rôle, c’est une sorte de théâtre improvisé autour d’une table où les joueurs interprètent des personnages et interagissent ensemble pour créer une histoire.

En France, le mot « jeu de rôle » fut décliné et détourné selon les différents types de jeux de rôle. Par exemple, le terme »RPG », abréviation de la traduction anglaise « role playing game », est utilisée en France pour désigner les jeux vidéo RPG. On parle aussi de « RPG écrit », « RPG littéraire », « RPG textuel » ou encore « RPG narratif » entre amateurs de jeu de rôle écrit.

Toujours dans l’esprit d’expliquer le jeu de rôle, les conférenciers ont ensuite cité les célèbres Livres dont vous êtes le héros. En effet, ces livres-jeux initialement édités chez Gallimard peuvent faire penser au jeu de rôle, le lecteur interagit avec son livre pour faire évoluer l’histoire grâce à ses choix dans la narration. Toutefois, le JDR se différencie des Livres dont vous êtes le héros dans son aspect social : un Maître du jeu est présent et les rôlistes doivent communiquer entre eux et avec lui pour faire avancer l’histoire.

David Camus à la conférence JDR au Salon du Livre de Paris 2015

David Camus à la conférence JDR au Salon du Livre de Paris 2015

David Camus insista beaucoup sur l’importance du caractère social et collaboratif du jeu de rôle : c’est avec ses partenaires de jeu que l’on créé des univers, et c’est déjà une fin en soit.

« Le but ce n’est pas de gagner ou de perdre, mais de vivre et écrire une histoire ensemble »

PoC et Samantha Bailly, respectivement scénariste et auteur, ont tenu à démontrer que le jeu de rôle a fortement influencé sur leurs techniques d’écriture et leur manière de raconter une histoire.

Samantha Bailly à la conférence JDR au Salon du Livre

Samantha Bailly à la conférence JDR au Salon du Livre

« Le jeu de rôle inculque un vrai travail de scénariste et des vraies techniques d’écriture. »

scenariste-donjon-naheulbeuk-jdr

PoC (ou Pen of Chaos) parle de l’influence du JDR sur son travail de scénarisation dans l’univers du Donjon de Naheulbeuk

« Le JDR nourrit la créativité : on écrit des scénarios, on dessine des personnages, on lit bcp de livres, le MJ invente des règles… »

On pourrait ainsi se demander si le jeu de rôle ne serait pas un loisir littéraire lorsqu’on constate le travail d’écriture et de recherche de la part des joueurs et d’un Maître de jeu pour une partie de JDR.

Pendant la conférence, on rappela que contrairement aux à-priori, il existe plusieurs genres dans le jeu de rôle – tout comme dans la littérature, et que les scénarios ne se limitent pas au medieval fantasy.

Les jeux de rôle sont aussi l’occasion pour les joueurs de retrouver certaines licences de fictions qu’ils affectionnent, citons par exemple les jeux de rôle Star Wars ou Les Lames du Cardinal adapté en JDR. Sur le même principe que les fan fictions, les rôlistes fans peuvent ainsi « devenir les acteurs du livre qu’ils aiment », se réapproprier l’histoire et la continuer.

La conférence se termina par une partie de jeu de rôle improvisée par Nel, à laquelle je me portai volontaire pour participer. On nous distribua des feuilles de personnage, et on nous situa dans un univers médiéval où chacun devait incarner des mercenaires accompagnant un scientifique vers un village au Nord. L’animateur s’improvisa Maître du Jeu et nous narra quelques péripéties durant lesquels nous devions faire quelques choix. C’était une manière courte et efficace pour montrer concrètement à quoi ressemble une partie de JDR au public (même s’il manquait les fameux dés !).

Sur l'estrade pour une partie improvisée de JDR

Sur l’estrade pour une partie improvisée de JDR

 

Exemple de feuille de personnage pré-tiré

Exemple de feuille de personnage pré-tiré

Le Salon du Livre 2015, en bref

Le jeu de rôle était très populaire à la fin des années 70-80, jusqu’à tomber dans une certaine désuétude à l’approche du nouveau millénaire (grandement aidé sous les critiques des médias…). Avant d’aller au Salon du Livre, j’étais alors très enthousiaste à l’idée que l’on consacrait un espace et même une conférence autour du jeu de rôle. J’ai ressenti d’ailleurs pendant la conférence que l’angle voulu par l’animateur et les conférenciers était de démocratiser le jeu de rôle et de se focaliser sur ses aspects positifs :

  • le jeu de rôle rend créatif,
  • le jeu de rôle est une activité sociale,
  • le jeu de rôle est un loisir littéraire

Et je rejoins complètement ces avis, puisque c’est aussi ce que j’essaye de faire avec Infinite RPG pour que la vision du jeu de rôle écrit puisse évoluer.

On pourrait regretter le peu de personnes présentes durant la conférence « Découvrez les livres de jeu de rôle » au Salon du Livre, sûrement dû à un manque de communication de la part des organisateurs du Salon du Livre. Pour ma part, j’ai du chercher l’information concernant la création d’un espace Jeux de rôle & Fantasy, et heureusement que je participais à l’événement sur Facebook sinon quoi je n’aurai pas eu connaissance de la conférence. J’espère que l’année prochaine le jeu de rôle sera mis encore plus à l’honneur !

Peu de personnes présentes et informées de la conférence sur le jeu de rôle au Salon du Livre ...

Peu de personnes présentes et informées de la conférence sur le jeu de rôle au Salon du Livre …

Je finis cet article en vous partageant des photos souvenirs que j’ai prises du Salon (J’ai oublié de prendre un « selfie » avec David de Draftquest avec qui on a parlé de projets partenaires futurs ;)).

litterature-young-adult-PKJ

Sélection de livres young adult aux éditions Pocket Jeunesse (PKJ)

collection-r-young-adult

Sélection young adult collection R (Robert Laffont)

20150320_164547

Stand de dédicace du mangaka de Blood Lad au Salon du Livre de Paris

stickers-infinite-rpg

Les stickers Infinite RPG : « I Love JDR » « I Love RPG » « Je fais du RPG écrit » et le Père Noël rôliste !

moodytryme-salon-du-livre-2015

moodytryme au Salon du Livre 2015 avec ses stickers Infinite RPG

moodytryme-panda-nobi-nobi

moodytryme et une amie Hélène, grande lectrice de romans de l’imaginaire, avec le Panda des éditions nobi nobi au Salon du Livre

 
Partage cet article sur les réseaux sociaux !

Écrivons et jouons ensemble !

moodytryme

moodytryme (108 articles)

Caroline Viphakone, alias @moodytryme sur le web, est graphiste et webdesigner. Elle raffole des séries TV dramatiques, comédies, ou policières, et est une grande nostalgique de Harry Potter. Sinon, c'est une vraie pandamaniac ! Site web : https://www.studio-infinite.fr/

 
Icone Facebook Icone Infinite RPG Icone twitter Icone pinterest Icone tumblr Icone linkedin
Et si tu nous proposais un article ?

A noter : Le blog des Infiniters publie des articles proposés bénévolement par tout membre de notre communauté de rôlistes, qui respecte notre charte de bonne conduite et notre ligne éditoriale. Le rédacteur est un contributeur externe à l'équipe d'infinite RPG. Son avis n'engage que lui, dans son article et dans ses commentaires.

Viens nous rejoindre !

Nouveau sur infinite RPG ? Inscris-toi ! Tu es déjà inscrit ? Connecte-toi ! Icone Facebook Icone Facebook Icone Youtube Icone Twitter Icone tumblr Icone RSS
 

10 réponses à “Le Jeu de rôle bien présent au Salon du Livre 2015 !”

  1. darkbaron darkbaron dit :

    ça avait l’air sympa !

    Juste une petite précision/correction à apporter : l’auteur de Naheulbeuk, c’est PoC, alias Pen of Chaos (dans sa version longue) ou John Lang, son véritable nom n’étant pas spécialement un secret (il l’utilise pour des œuvres publiées dans son univers).

  2. moodytryme moodytryme dit :

    Merci Mickaël ! Tu me sauves la vie, je n’arrivais pas à retrouver le bon orthographe de son nom ;). C’est corrigé !

  3. Avatar Wex dit :

    C’est dingue de voir à quel point les médias ont mis à mal le JDR sur table (ou même le JDR en général). Je me rappelle qu’il a commencé à être diabolisé à la fin des années 90, suite aux profanations de cimetières juifs. Monsieur Poulpe en parle d’ailleurs dans j’Irai loler sur vos tombe :
    https://youtu.be/H21uMosCRzE?t=46m20s

    De même, Bernard Werber donne une vue en interne du phénomène, puisqu’il a lui même été journaliste (par contre, impossible de retrouver l’interview).

    La problématique de la démocratisation du JDR, qui va de paire avec celle de sa diabolisation, passe forcément par la question de l’éducation. Et les détracteurs du JDR se mettent généralement en tord eux-mêmes dans la mesure où la condamnation d’un tel média est avant tout symptomatique de son ignorance, or les parents qui n’ont aucune connaissance des loisirs de leurs enfants – lorsqu’ils sont aussi accessibles et ne demandent qu’à être découverts – sont nécessairement des parents qui se désintéressent de leurs activités ; aussi, je ne vois pas comment on peut prendre en charge de manière décente l’éducation d’un enfant sans se pencher sur ses centres d’intérêt, qui sont en quelque sorte l’expression de sa personnalité. Donc se renseigner et contrôler, oui ; mais condamner sans connaissance de cause aucune, c’est risible. A mon humble avis, le meilleur angle de promotion du JDR serait justement celui de loisir éducatif ; de loisir qui appelle à l’imagination, pique la curiosité et stimule l’intellect.

  4. darkbaron darkbaron dit :

    Wex : Je te trouve un peu dur à l’égard des parents. C’est surtout symptomatique d’un conflit inter-générationnel et c’est un schéma récurrent qu’il est difficile de condamner aussi durement (les parents de notre génération auront sans doute la même réaction quand ils auront des enfants).

    Les parents, en règle générale, regardent de loin les loisirs de leurs enfants, sauf s’ils ont des intérêts communs (ils on pu leur transmettre le goût de quelque chose). Ils ne vont pas comprendre ce qu’on trouve à tel loisir (aux animes comme DBZ, pour la génération Club Dorothée, par exemple), mais ils ne vont pas pour autant interdire de les pratiquer.

    L’influence des média est le problème majeur. À l’époque, tu n’avais pas internet, ni des masses de livres sur le JDR dans les librairies (j’en connais un assez vieux, dont je vais essayer de retrouver la référence, mais ce devait bien être le seul). Tu n’avais que la télévision pour te dire ce qu’était un JDR, et c’est bien là le problème…

    Vu de l’extérieur, le JDR, c’est inoffensif : des feuilles, des dés. Mais voilà que la télé associe soudainement des faits divers à ce loisir, sans trop expliquer ce que c’est ! À côté, les parents peuvent tomber sur des livres qui font peur, avec des symboles sataniques ésotériques et tout, alors que ce ne sont que des livres de jeu…

    On peut dresser un parallèle avec le cas américain : le JDR a également été au centre de faits divers, alors que les enquêtes ont révélé qu’il n’avait aucunement une responsabilité. C’était un loisir jeune et inconnu, ce devait forcément être le coupable…

    Cela dit, je pense que ce n’est plus un problème aujourd’hui, grâce à la démocratisation du net, qui fournit des sources d’informations moins orientées et présentent le JDR sous un aspect plus positif (avec les points forts cités au-dessus).

  5. Avatar Wex dit :

    Ça n’est pas parce que les parent de cette génération et des suivantes auront ce même biais de communication qu’il n’est pas condamnable, au contraire, même. Et je pense qu’on peut le condamner d’autant plus durement que tout parent a été lui aussi un enfant qui a très probablement souffert d’une situation similaire.

    Ce que tu dis à propos des animés est un bon exemple. Oui, en général, ils ne le condamneront pas. Mais ça n’est pas mieux : et si les animés avaient vraiment eu une mauvaise influence ? Le problème n’est pas de condamner ou ne pas condamner, c’est justement le manque d’intérêt et d’investissement de la part des parents. Ils ont choisi d’avoir des enfants, ils s’investissent, un point c’est tout. J’ai bien conscience que ça n’est pas facile, mais rester dans la tradition du conflit inter-générationnel est stupide ; il faut dépasser ça.

    Pour ce qui est de l’influence des médias, je suis à moitié d’accord. Il est vrai que les médias avaient une grande autorité sur les parents à l’époque. Quiconque leur ferait confiance aujourd’hui manquerait sincèrement de jugeote ; il faut juger en connaissance de cause, pas des conséquences. Mais de dire que le JDR ne se faisait connaître que via la télévision n’est un argument valable que pour les parents dont les enfants ne pratiquent pas déjà l’activité en question ; sinon, ils n’ont qu’à tout simplement se tourner vers leurs progéniture pour apprendre un tant soit peu de quoi il s’agit.

    Le véritable problème, c’est donc bien la légende qui s’est formé atour du JDR. Des faits divers corrélés par facilité à une pratique dont les bourreaux ne connaissent absolument rien et que l’esthétique semble a priori condamner, et c’en est fait. Il est donc clair que le problème vient avant tout d’un manque de jugement et d’investissement de la part des parents. Les médias ayant bien entendu leur part dans ce phénomène, mais ils sont de toute façon indéfendables à mon sens.

    Et la démocratisation ne change pas forcément la donne. Je suis sûr que si tu sondais les français, tu aurais un taux très faible de parents qui savent ce qu’est le jeu de rôle. La différence se cacherait plutôt dans la discrétion du média : entre un JDR par forum et un JDR papier, le second est beaucoup plus notable. Plus généralement, si l’on a plus de liberté à pratiquer le JDR papier de nos jours, c’est pour la même raison qu’on peut voir des films Marvel ou jouer aux jeux vidéos sans se faire insulter de geek : les geeks ont vieillis et sont aujourd’hui les parents, plus que les enfants.

    Mais il suffit de voir l’hypocrisie avec laquelle on condamne tous les jeunes qui passent leur temps sur leur smartphone – nous qui passions volontiers nos journées devant la console – pour voir qu’il y a encore beaucoup de travail de ce côté là. Alors, oui, le JDR est en bien meilleure forme de nos jours et, oui, je suis dur avec les parents ; mais c’est justifié et ne se limite pas au simple jeu de rôle. D’ailleurs, les prochaines générations sont déjà en train le transformer selon la trame de leur culture – par exemple avec l’apparition du JDR Tweeter ou Facebook – et n’ont pas fini de le faire évoluer. Donc je me dis que les loisirs geeks sont peut-être le chaînon manquant qui nous permettra de communiquer avec les prochaines générations.

  6. Bones Bones dit :

    Je regrette vraiment de ne pas avoir pu être présente au SDL de Paris, j’aurais aimé qu’un espace de ce type soit dédié à Bruxelles… Qui sait, l’an prochain? En tous cas je suis heureuse de voir l’avancée du JDR et des univers SFFF de manière générale. Je vois que tu as rencontré Feldrik et John Lang, ils sont géniaux ♥ J’ai hâte de les revoir à Troll ^^ D’ailleurs si tu veux je t’enverrais les photos. Enfin, tout ça pour dire, je te jalouse et je te félicite pour ce beau compte rendu qui m’a mis l’eau à la bouche !

    Par contre un peu déçue par le manque de mise en avant de cet espace par le salon. Je l’avais vu repris sur facebook par les maisons d’édition participantes et toutes celles spécialisées dans le SFFF mais je suis étonnée de voir que le salon en lui-même n’a pas fait la publicité adéquate, comme si ça avait moins de valeur… Note je ne suis pas étonnée mais c’est par ce genre d’initiatives qu’on fera évoluer les mentalités. Je préfère voir ça sous un angle positif personnellement, un petit pas qui deviendra un grand bond ! (Eh ouais j’adapte des phrases célèbres)

  7. Avatar Ligue Ludique dit :

    Salut,

    Merci beaucoup d’avoir parler de la ligue ludique ! Pour ceux que ça intéresse on joue tous les jeudi dans le 15ème arrondissement de Paris, et le 11ème. On joue aussi le Vendredi dans le 9ème !

    Mais j’arrête ma pub et partage ton avis. Ça fait vraiment du bien de voir un espace JdR sur un salon grand publique. Mention spécial à PoC qui a rejoins la conférence 5 min avant qu’elle commence et Nelhyann, l’auteur des Ombres d’Esteren qui l’organisa en seulement 2 jours ! (D’où les problèmes de communication).

  8. Avatar Nel dit :

    C’était un moment important pour le JDR. Mentions spéciales : merci à Sébastien du Grimoire à l’origine de cette initiative et merci à POC d’avoir accepté de venir à la conférence 5 minutes avant… et bien sûr merci à Infinite RPG pour cet article !
    La conférence a été la première dans son genre ; les orgas ont pointé une cinquantaine de personnes au total et nous ont même envoyé un message pour nous signaler que c’était déjà un succès pour un truc annoncé 2 jours avant… on vous donne rendez-vous l’année prochaine !

  9. darkbaron darkbaron dit :

    Dommage ! Si j’avais su, je serais venu, rien que pour soutenir le JDR. Si ça se fait l’année prochaine, je pense qu’il faudra plus de communication sur les sites et forums rôlistes.

    Je n’ai pas vu passer l’information sur Opale Rôliste, qui regroupe quand même un certain nombre de rôlistes parisiens, alors que c’était annoncé sur quelques autres sites ou forums comme Casus NO.

    Opale serait certainement prêt à aider. 🙂

  10. Avatar yoda dit :

    Petite rectification au sujet de la conférence : c’est loin d’être la première conférence sur le jdr en France. Depuis 2008, il y a des conférences jeu de rôle aux Utopiales à Nantes, chaque année. En général, elles font salle comble…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Abonne-toi à la newsletter d'infinite RPG

Partenaires

  • Chroniques d'une RPGiste
  • Chercher un Avatar WTF
  • Opale Rôliste
  • Eternal Lust
  • Obsession 27
  • Pub RPG Design
  • Labo de l'Edition
  • Draftquest
  • Le Blog du RPG
  • Adie – Créajeunes
  • Mademoiselle Cordelia
  • Kerlaft le rôliste
  • GraphicObsession
  • Sawen
  • L'Ivre Book
  • Entrance Icons
  • Roleplay And Sarcasm
  • Destination Hogwarts
  • Akilajo Graphic
  • Les Chutes de Rozan
Voir tous nos partenaires | Devenir partenaires

“A ce moment-là, je jure que nous étions l'infini.”

Le monde de Charlie, Stephen Chbosky