Le blog des Infiniters

Blog collaboratif pour les passionnés de jeux de rôle textuels et d'écriture

Écrivons et jouons ensemble !

Du jeu de rôle textuel à la fiction littéraire

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Tout joueur de jeu de rôle (JDR) textuel vous le dira, ce qui nous a portés vers cette forme de RPG (roleplay game ou jeu de rôle en anglais), c’est avant tout notre amour pour l’écriture. Il existe mille et une manières d’incarner un personnage à travers des aventures du Livre dont vous êtes le héros aux jeux de rôle sur table en passant par le jeu vidéo. Si nous avons tendu vers sa forme textuelle, c’est parce qu’on aime écrire, qu’on y trouve plus de liberté pour exprimer les émotions de notre personnage, mais aussi parce qu’à travers l’écriture nous vivons les aventures de nos protagonistes favoris.

Cela s’en témoigne notamment dans l’évolution d’un joueur de jeu de rôle textuel qui, bien souvent, commence par des RP assez simplistes où le fond a plus d’importance que la forme, mais, au fil du temps, finira invariablement par accorder autant d’importance à la forme qu’au fond, quel que soit le support utilisé. En 140 caractères, on peut avoir un texte ciselé. À l’inverse, les forums ou blogs permettent de s’étendre sur des pages entières, de détailler dans les moindres détails les émois d’un personnage ou de décrire le foisonnement d’un univers.

Le joueur de RPG textuel est-il un écrivain frustré ?

Vous trouverez autant de cas différents qu’il peut y avoir de types de joueurs. Mais on peut dire que le joueur de RPG textuel est avant tout quelqu’un qui a besoin de partager avec sa communauté, avec les autres joueurs. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’est pas timide. Le jeu de rôle est avant tout ludique, c’est un jeu avant toute chose. Quelque chose de “pas sérieux”, comme le disent souvent les parents lorsque leur enfant continue à faire des jeux de rôle passé 13 ans. Pourtant, à travers cette communauté, l’écrivain timide ose de plus en plus, s’aventure dans des exercices de style qu’il n’aurait jamais envisagé pouvoir écrire, parfois même, se tente à la poésie ! La communauté du JDR textuel est autant constituée d’amoureux du jeu que de l’écriture, autant dire qu’il y aura parmi eux des lecteurs enjoués, positifs, capables de donner confiance en soi à l’écrivain le plus timide !

L’écriture collaborative permet de construire son propre style

Ce qu’il y a d’étonnant, et de bien, avec une telle communauté, c’est qu’au-delà de vous pousser à oublier votre timidité, c’est qu’elle permet à chacun de construire son propre style. À l’instar d’une identité qui se construit à travers l’altérité, un style littéraire se construit en se frottant à celui des autres. La lecture est une part très importante dans l’exercice de l’écriture. C’est en lisant que l’on devient écrivain. Ainsi, lire les écrits des autres joueurs permet de se construire un style bien à soi, différent de celui des autres. Il est d’ailleurs amusant de voir le style d’écriture de l’un de ses partenaires de jeu évoluer au fil du temps. Certains joueurs voient même dans le JDR textuel une sorte de terrain de jeu géant pour l’écriture et s’essaient à autant de styles qu’ils en ont envie, autant de formes d’écritures que les situations de leurs personnages s’y prêtent.

Construire son univers à travers le jeu

Évidemment, quand on parle de jeu de rôle, on parle surtout de personnages, bien souvent en oubliant que ces personnages évoluent dans un univers. Certes, on pourrait transposer un vampire de la Mascarade dans l’univers de Shadowrun, mais est-ce que Link serait encore lui-même dans l’univers de Mario ? J’en doute. Un joueur de Jeu de rôle textuel est peut-être aventureux, certains le sont plus que d’autres, mais lorsqu’on reste sur un univers en particulier assez longtemps, c’est au sein de cet univers que son personnage évolue, se construit, et bien souvent, qu’on peaufine aussi son goût pour tel type d’univers. À mon sens, les intrigues et les évents que le Maître du Jeu inflige aux personnages permettent autant, si ce n’est plus, de consolider ce personnage et cet univers et de le tester que les roleplay plus libres que peuvent faire deux joueurs entre eux.

Le passage du jeu de rôle à l’écriture d’un roman

Soyons honnêtes, beaucoup de joueurs de jeu de rôle textuel aspirent à écrire un roman ou, en tout cas, à écrire de la littérature. Bien souvent, la première motivation est la reconnaissance. En tant que joueurs de jeu de rôle textuel, on est considérés par les personnes extérieures (et souvent nos propres parents) comme de simples joueurs (à l’instar des joueurs de jeux vidéo professionnels, souvent considérés comme des joueurs plus que des sportifs). La seule manière de sortir leurs écrits et de les rendre visibles, qu’on les considère comme des écrivains à part entière, est de passer par la littérature dite classique, c’est-à-dire l’écriture d’un roman.

Passer de joueur à écrivain

Cela ne veut pas dire qu’écrire un roman n’est pas un fantasme en soi. L’idée d’être publié, de voir son œuvre sur les étals d’un libraire, c’est le rêve de beaucoup d’écrivains. Mais de là à se considérer comme capable d’écrire d’un roman, il y a tout un monde. Parce que l’écriture d’un roman est un marathon qu’on entame bien souvent seul (même si aujourd’hui il existe beaucoup de plateformes d’entraide, dont le Nanowrimo ou infinite RPG 😉 ) il n’en reste pas moins que face à votre page blanche, il n’y a que vous et votre volonté. Parce qu’il faut beaucoup de volonté pour écrire le premier jet, puis s’attaquer ensuite aux multiples corrections, sans parler du parcours du combattant pour la publication, autant d’étapes cruciales et effrayantes qui peuvent vite réduire toutes envies d’écrire un roman.

Une nouvelle génération d’écrivains ?

La chance du joueur de jeu de rôle textuel, c’est qu’il sait ce que c’est d’avoir une communauté qui l’aide, le soutient, le supporte. Aussi, quand il quitte le petit nid confortable de sa communauté de joueurs, il aura vite fait de chercher une communauté aussi douillette d’écrivains. C’est ainsi que des plateformes sont nées comme Wattpad, où de très jeunes écrivains s’entraident, se lisent, se partagent, ou encore Scribay, où les membres de la communauté vous corrigent, mais aussi la communauté du Nanowrimo qui, durant un mois, lance le défi d’écrire l’équivalent d’un petit roman. Il existe autant de plateformes d’entraide sur forum, sur blog, sur groupes Facebook que de profils d’écrivains. Chacune d’elles vise à pousser la jeune graine d’écrivain. Le joueur de jeu de rôle, quant à lui, sait que c’est la communauté qui le rend fort, aussi saura-t-il en tirer parti et en profiter pleinement.

Vers de nouveaux horizons littéraires

À l’instar des joueurs de jeux vidéo qui seront peut-être les stars de la télé de demain, est-ce que les joueurs de jeu de rôle textuels seront les écrivains du futur ? À l’heure où l’on réinvente les formes d’art, où les frontières tendent à disparaître entre les différents médias comme en témoigne la perméabilité entre série et cinéma, il est intéressant de voir ces communautés d’écriture émerger et d’observer la littérature se réinventer, s’essayer à des formes différentes. D’autant que ce mouvement s’accompagne aussi d’une démocratisation de l’auto publication qui pourrait mettre fin au vieux système de l’édition.

 
Partage cet article sur les réseaux sociaux !

Écrivons et jouons ensemble !

Eden Memories

Eden Memories (20 articles)

Passionnée d'écriture depuis toute petite, Eden Memories est une assidue RPGiste, une graphiste à ses heures perdues, tâtonnant dans le html (souvent en ayant l'impression de naviguer à vue), qui dans la vie est dans l'audiovisuel. Site web : http://mauvaisgenresaucinema.wordpress.com/

 
Icone Facebook Icone tumblr
Et si tu nous proposais un article ?

A noter : Le blog des Infiniters publie des articles proposés bénévolement par tout membre de notre communauté de rôlistes, qui respecte notre charte de bonne conduite et notre ligne éditoriale. Le rédacteur est un contributeur externe à l'équipe d'infinite RPG. Son avis n'engage que lui, dans son article et dans ses commentaires.

Viens nous rejoindre !

Nouveau sur infinite RPG ? Inscris-toi ! Tu es déjà inscrit ? Connecte-toi ! Icone Facebook Icone Facebook Icone Youtube Icone Twitter Icone tumblr Icone RSS
 

3 réponses à “Du jeu de rôle textuel à la fiction littéraire”

  1. FreeSoul7 dit :

    Wow,super article, ça me rejoint beaucoup. Moi qui ai toujours voulu écrire un roman, une nouvelle, enfin, devenir écrivaine quoi, j’ai beaucoup de difficultés avec le perfectionnisme. C’est pour cela que j’ai rejoins le jdr, pour me permettre de m’amuser, d’expérimenter sans crainte et de prendre confiance en moi pour le futur.

  2. Je me reconnais aussi dans ce que tu décris.
    Longtemps, j’ai dit que j’avais arrêté l’écriture pendant sept ans, à cause de blocages divers. En fait, je n’ai pas arrêté l’écriture : pendant toutes ces années, je faisais du RP comme une dingue ! Aujourd’hui, je me rends compte que ça a nourri mon univers, ma façon d’écrire, que ça m’a fait progresser.
    En ce sens, j’ai longtemps été la joueuse-écrivain frustrée (voire écrivain refoulé !!! :D) mais aujourd’hui, je mêle les deux avec plaisir, grâce à tous ceux qui, comme toi dans cet article, m’ont montré qu’il y avait des passerelles.
    Très chouette article, en somme. 🙂

  3. Eden Memories Eden Memories dit :

    C’est gentil à vous, et très vrai à la fois, écrire ensemble nos rps c’est comme si nous faisions des centaines d’exercices littéraires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Abonne-toi à la newsletter d'infinite RPG

Partenaires

  • Obsession 27
  • Kerlaft le rôliste
  • GraphicObsession
  • Akilajo Graphic
  • Labo de l'Edition
  • Sawen
  • Draftquest
  • Entrance Icons
  • Roleplay And Sarcasm
  • Chercher un Avatar WTF
  • Eternal Lust
  • Destination Hogwarts
  • Le Blog du RPG
  • Mademoiselle Cordelia
  • Adie – Créajeunes
  • L'Ivre Book
  • Les Chutes de Rozan
  • Opale Rôliste
  • Chroniques d'une RPGiste
  • Pub RPG Design
Voir tous nos partenaires | Devenir partenaires

“A ce moment-là, je jure que nous étions l'infini.”

Le monde de Charlie, Stephen Chbosky