Le blog des Infiniters

Blog collaboratif pour les passionnés de jeux de rôle textuels et d'écriture

-5% Chez notre partenaire Pelopia Enlève Adblock pour soutenir Infinite RPG

Est-ce qu’un jeu de rôle textuel (RPG) peut avoir une Fin ?

 
Partager l'article sur les réseaux sociaux :
©Flickr CC - Hitchter

©Flickr CC – Hitchter

Il y a toutes sortes de jeux de rôle, mais nous serons d’accord, je pense, pour dire que chacun d’entre eux a une fin un jour. Tout s’arrête à un moment, que ce soit par manque d’activité, manque d’implication ou crises diplomatiques de tout ordre. Il est, en effet, plus difficile de faire durer un jeu que de l’arrêter prématurément. Nous parlons toutefois là de fins involontaires. À l’inverse, leurs cousines sont moins fréquentes et moins souvent évoquées.

Qu’en est-il, en effet, de celles qui ont été prévues ? Un jeu de rôle textuel peut-il avoir une Fin ? Celle avec un grand F. Celle qui,  majestueuse, couronne de succès – ou non d’ailleurs – les efforts endurés par les personnages. Celle qui ne permet pas de continuer plus tard sans gymnastique mentale pour contourner ses conséquences. Est-ce vraiment faisable ?

Petit tour d’horizon.

Pour avoir une Fin, il faut un Début.

Et pour avoir un Début, il faut un scénario. Je ne vous apprends pas grand-chose, mais sans commencement, il est difficile de terminer quoi que ce soit. Or certains types de jeux ne sont – précisément – pas pourvus de scénario : ils se concentrent davantage sur la vie quotidienne et c’est aux joueurs que revient la charge de trouver des intrigues pour leurs personnages. La majorité des RPG city ou université tombent dans cette catégorie, notamment parce que ceux avec un scénario sont en général classés autrement (fantastique, steampunk, western…).

Une intrigue suit toutefois une logique assez régulière, quoique connaissant de nombreuses variations dans la manière dont elle est exécutée. C’est simple : la situation initiale, un élément déclencheur, le développement, la résolution et, pour finir, la situation finale. La Fin, ici, correspond à la résolution : c’est-à-dire le dernier conflit. Celui qui va mettre un terme à l’aventure. Au Climax en somme.

Mais là encore, le Climax implique que rien ne montera plus en intensité que ce moment-là. En somme, dans le cadre des jeux de rôle textuels – qui sont plutôt connus pour durer aussi longtemps qu’il y a des joueurs – il faut que les administrateurs décident d’arrêter le jeu une fois la pression retombée. Il est en effet difficile de poursuivre logiquement lorsque la Fin a été réussie.

Savoir s’arrêter

« J’arrive au milieu de quelque chose ? »

Prenons comme exemple une série TV qu’une bonne partie d’entre vous a dû voir : Supernatural. Je ne vais rien spoiler du tout, elle est juste pratique pour l’exemple. La série était en effet prévue pour cinq saisons, raison pour laquelle au terme de la cinquième, le créateur l’a quittée pour un nouveau projet. À ce stade, elle avait donc une Fin, mais cette Fin est devenue simple fin lorsqu’il a été décidé de poursuivre l’aventure (il y a 12 saisons maintenant) et n’a fait que clore un arc narratif.

Pourquoi ai-je décidé d’en parler ? Parce que la série illustre justement la capacité à poursuivre au-delà d’un point de “non-retour” pour peu de trouver comment le contourner. Il suffit d’avoir une idée pour rendre cette poursuite possible. Mais la question devient alors : est-ce judicieux ?

Torchwood a connu exactement le même problème : le scénario d’origine faisait évoluer les personnage et la situation de manière à atteindre l’apothéose à la fin de la saison 3. Elle touchait donc là à sa Fin, mais, comme Supernatural, la série a continué. Elle n’a toutefois pas su surmonter la gymnastique mentale dont il a fallu faire preuve pour en arriver là et s’est arrêté de manière beaucoup moins signifiante au terme de la saison 4.

Et d’aucuns pourraient d’ailleurs arguer que Supernatural aurait gagné à ne pas poursuivre plus loin, car un certain nombre d’incohérences et d’exagérations ont découlé de la difficulté à surpasser en intensité la fin de la saison 5. C’est, en fait, là qu’est tout le problème : il est excessivement difficile de faire une suite à quelque chose d’aussi massif qu’une Fin de manière cohérente et sans aller trop loin. De l’intérêt de savoir s’arrêter lorsqu’elle a été atteinte.

Atteindre la Fin

J’ai jusque-là été très optimiste et suis parti du principe qu’il est parfaitement possible d’accéder à celle-ci pour peu d’avoir un scénario et la volonté d’y parvenir. En réalité, c’est évidemment plus complexe.

Outre la nécessité d’avoir un scénario et un bon timing pour que la résolution n’arrive ni trop tôt, ni trop tard, il faut surtout… des joueurs. Un jeu de rôle sans rôliste est comme une raclette sans fromage : difficilement concevable. Mais encore faut-il les avoir, les garder et les gérer.

J’ai croisé beaucoup de forums RPG – puisque c’est ce sur quoi je joue le plus – dont le scénario était totalement ignoré par les joueurs qui n’y trouvaient guère d’intérêt et préféraient le statu quo d’une non-évolution. C’est notamment quelque chose de fréquent sur ceux se déroulant dans un contexte de guerre, dont l’un des clans va devoir perdre pour que l’intrigue trouve une fin.

Quand tu salues le travail du staff

Mais quand bien même les joueurs sont intéressés, il faut arriver à maintenir le suspens et les impliquer pour leur donner envie d’avancer. Le rythme du jeu étant très sujet aux aléas de la vie de chacun, on se retrouve donc avec une difficulté accrue. Certaines astuces sont possibles pour faciliter les choses : rester en petit groupe, privilégier le jeu rapide, limiter la possibilité d’avoir plusieurs personnages… Bref, centrer au maximum sur l’évolution. Rien ne garantit, toutefois, que ça suffira.

Peut-on, alors ?

Finalement, on l’a vu, ce n’est pas simple. Je crois pourtant qu’il est possible de donner une Fin à son jeu de rôle – en tout cas à l’intrigue qui a été lancée – pour peu de le vouloir, mais aussi de savoir s’adapter. S’adapter aux joueurs, s’adapter à leurs idées farfelues, s’adapter à vos idées farfelues aussi, qu’il faut trouver comment intégrer. Mais surtout, il faut savoir s’arrêter.

©CC William Bossen

©CC William Bossen

À titre personnel, j’aime l’idée de mettre un point final à une aventure, parce que ça a quelque chose de majestueux que de permettre aux joueurs de faire ce qui n’a jamais été fait et ne sera plus jamais fait dans l’univers. Pourtant, ça reste un choix qui est entre les mains de chaque admin, dont vous, que de décider s’il faut continuer tant qu’il y a des joueurs ou s’il est préférable d’arrêter après l’apothéose pour ne pas risquer de gâcher cet accomplissement. À chacun de déterminer ses envies, et si ça vous tente, de les partager dans les commentaires !

 
Partage cet article sur les réseaux sociaux !

La plateforme RPG est en ligne : Viens tester !

Skaär (2 articles)

Amateur du RP le plus court possible, peu friand du rapprochement entre RP textuel et littérature, je suis un grand râleur et je le vis bien. Voilà déjà quelques années que j'écris sur le jdr via mon blog Les Chutes de Rozan où je positive plus que ce que le début de cette description laisse croire. En-dehors de ça, je suis un fervent défenseur des fanfictions et de Saint Seiya ! Site web : https://chutesderozan.wordpress.com/

 
Icone Facebook Icone Infinite RPG Icone twitter Icone tumblr
Et si tu nous proposais un article ?

A noter : Le blog des Infiniters publie des articles proposés bénévolement par tout membre de notre communauté de rôlistes, qui respecte notre charte de bonne conduite et notre ligne éditoriale. Le rédacteur est un contributeur externe à l'équipe d'infinite RPG. Son avis n'engage que lui, dans son article et dans ses commentaires.

Viens nous rejoindre !

Nouveau sur infinite RPG ? Inscris-toi ! Tu es déjà inscrit ? Connecte-toi ! Icone Facebook Icone Facebook Icone Youtube Icone Twitter Icone tumblr Icone RSS
 

8 réponses à “Est-ce qu’un jeu de rôle textuel (RPG) peut avoir une Fin ?”

  1. Alcyle dit :

    Hahaha. Cet article me fait penser qu’à chaque fois que je dis (en toute sincérité) à mes membres que le forum fermera quand on aura fini l’intrigue, ils me regardent avec de grands yeux en mode « Noooon » ou « Tu peux pas faire ça ! », et parfois ça déclenche tout un débat. Pour ma part, j’ai écrit l’intrigue et mis du suspens dans le scénario (sur les secrets cachés, toussa toussa) justement pour le grand plaisir que ce serait de tout révéler un jour ou l’autre et de voir les joueurs réagir face à la vérité qui les attend au chaud dans un coin depuis quatre ans.. Du coup, ça me parait tout naturel d’en arriver là un jour, et si continuation il y a ce serait probablement davantage une nouvelle histoire dans le même univers. (Voire reprendre le même contexte mais un secret de l’intrigue – et donc un déroulement – différent, ça serait drôle) Et puis franchement entre attendre que le forum meurt un jour parce qu’il y a plus personne / plus de temps pour s’en occuper / autre raison, autant clore au moment où tout le monde pourra faire la fête ensemble et garder un très beau souvenir de tout ce qui s’est passé. La fin d’un forum ou d’un RPG en général doit-elle nécessairement être triste après tout ?
    Je serai donc plutôt de ton avis. J’espère même secrètement voir un jour des forums qui annonceront haut et fort qu’ils n’existeront que pour une durée limitée, ou qui n’existeront que pour leur intrigue.. ce serait un peu comme nous inviter à entrer dans un livre et l’accompagner jusqu’à la fin, et peut-être que paradoxalement ça encouragerait les gens à s’investir jusqu’au bout ? (Puisque bon, même avec une fin prévue, y’a malheureusement peu de monde qui reste du début à la fin pour peu que l’histoire s’étale sur des années et qu’on ne voit pas le bout des events)
    Je suis aussi totalement d’accord avec le passage sur le rythme de jeu, ahah x) En tant qu’admin, ça peut parfois devenir décourageant, surtout quand on imagine un event pour un mois et que six mois après on en est toujours là avec peu de choses qui ont bougé. Le collaboratif asynchrone, c’est cool mais ça prend du temps, pi ça demande d’improviser parfois des cliffhangers qui étaient pas dans le scénario de base… d’ailleurs, mes events finissent tous un peu en mode « Vous étiez en plein event, et là BAM il se passe un truc qui chamboule tout et parait n’avoir aucun rapport maisenfaitsivoussaurezpourquoiàlafin », ce qui peut donner un aspect brouillon mais a permis de rajouter plein de subtilités, situations, même un MJ, etc, pas prévus mais qui rendent l’intrigue exponentiellement plus intéressante.

    … Et là, je viens de me souvenir de pourquoi je commente pas les articles. Allez-vous en, maudits pavés ! (si on me laisse faire ça peut devenir plus long que l’article que je commente… ._. )

  2. Eiv dit :

    Je te renvoie a mon forum sur lequel je travaille doucement mais surement: http://www.gauss.forumactif.org

    Car justement je part dans l’optique d’une fin, plusieurs intrigue sont déjà posé. Il y a des camps comme tu le dit plus haut, mais tout l’intérêt y est car il y a une quatrième menace. Même si tout le monde ne s’aime pas se faire la guerre est inenvisageable dans le statu actuelle. Mais l’important est de savoir que le joueur pourras causer d’important bouleversement dans l’objectif d’avancé dans l’intrigue général et personnel … un rêve peut être ^^ »

  3. Jeanne la Boiteuse dit :

    Très bon sujet que la fin d’un RPG !

    Le jeu sur lequel j’ai été les plus longtemps, celui qui m’a donné la passion du RP et celui qui comptait la communauté la plus farfelue que j’ai connue (et avec qui je suis encore en contact pour beaucoup), fut un jeu avec une fin. Elle n’était pas parfaite, il y a eu un long statu quo durant presque deux ans avant la résolution (précipitée) de l’intrigue. Ce jeu reposait sur une guerre entre deux « clans », donc typiquement le genre de RPG difficiles à terminer ; une troisième faction s’est crée un peu sur le tard, après de nombreux events et a permis de faire évoluer beaucoup de personnages, avant que finalement tout ne débouche sur une gigantesque bataille. Au final, aucun clan en particulier n’a gagné : les « héros » principaux ont réglé leurs comptes, se sont entretués, les factions se sont dissoutes avec beaucoup de morts parmi nos personnages, ou de fuites, et le conflit s’est éteint pour de bon.

    C’était une belle fin, et on était tous très impliqués. Ça a dû être le moment de vie le plus intense du RPG au final ; comme il était en perte de vitesse depuis un moment, sa fin l’a, paradoxalement, sauvé.

    Plusieurs mois plus tard, on a essayé de lancer une « saison 2 », qui n’en était ni la suite ni le préquel, mais une histoire indépendante dans le même univers (contes de fées), mais le jeu s’est effondré quelques semaines à peine après le début. Comme quoi, il est souvent inutile de souffler sur les cendres d’une bonne idée pour la rallumer…

    Personnellement, j’ai créé un JDR qui aura une vraie fin, puisqu’il y a scénario. C’est un vrai challenge, et cela nécessite de s’adapter sans cesse aux nouveaux joueurs, et aux idées des joueurs déjà présents qui veulent faire évoluer leurs personnages ou avancer l’enquête (même si je les guide beaucoup pour le moment). Mais je ne regrette pas du tout, et je n’ai pas d’intérêt pour les RPG statiques : tout doit avoir une fin, et une bonne, pour être intéressant.

  4. Sunhee dit :

    Salut!

    Je suis tombée sur cet article par hasard, mais je trouve tellement intéressant le sujet que j’aimerais le partager avec mes camarades de rpg. En fait, j’appartiens à la communauté hispanophone, alors… peux-je traduire pour notre blog? Bien sùr, je mettrais les références nécessaires 🙂

  5. Skaär dit :

    ¡Hola!

    Aucun problème pour moi, tu peux traduire l’article et le poster sur votre blog. (Pour être honnête, je suis à la fois très surpris et honoré que tu le trouves suffisamment bon pour vouloir le partager en espagnol, alors merci à toi !)

    Si ça ne te dérange pas, je serais très curieux de connaître les réactions que tu obtiendras ^^

  6. Sunhee dit :

    Merci et oui, bien sûr, je te tiendrai au courant des réactions. Mais dès maintenant, je peux dire que les forums hispanophones ont le même débat à propos de la fin narrative. La plupart de projets (au moins ceux que j’ai vus) n’acceptent pas si facilement conclure le scénario et fermer les portes. J’ose affirmer: trois sur dix, ça c’est la quantité de forums qui décident d’arriver à la fin ou qui sont en train d’orienter leurs histoires vers cette fin dont tu parles. Moi même, j’essaie, je fait l’effort avec mon projet mais oui, tu as raison, il n’existe pas la formule parfaite pour réussir et oui, ce n’est pas facile. (*Sufro en español*)

    C’est vraiment intéressant de voir ces similitudes entre le monde rpg français-espagnol, merci à nouveaux pour ton article, pour partager ton avis et si tu veux visiter, reviser et pleurer pour la traduction que j’ai fait (/ω\), je te laisse le link: http://gdeus-rpg.tumblr.com/post/153527298585/el-principio-del-fin

  7. Skaär dit :

    Du coup j’ai retransmis sur mon Tumblr, même si mon peu d’abonnés comprend sûrement rien à l’espagnol XD Merci pour le lien en tout cas, je vais suivre ça !

  8. Natsuu dit :

    Punaise ! Article intéressant. Je ne connaissait pas ce type de forum avec un scénario bien défini et amenant à une fin. Je n’ai vu que des forums RPG textuel avec un scénario accrocheur et dont on cherche à tout prix à alimenter et faire évoluer en fonction des joueurs. Je trouve cela perturbant car je n’aime pas les fins. Si j’aime un rpg je veux pouvoir rp dessus à l’infini lol mais qui sait si j’ai le droit à une vrai fin, je peux peut être apprécier :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Abonne-toi à la newsletter d'infinite RPG

Partenaires

  • Mademoiselle Cordelia
  • Le Blog du RPG
  • Eternal Lust
  • Festival Les Mondes d'Elor
  • Labo de l'Edition
  • Festival des Mondes de l'Imaginaire
  • Entrance Icons
  • L'Ivre Book
  • Pub RPG Design
  • Draftquest
  • Chercher un Avatar WTF
  • Chroniques d'une RPGiste
  • GraphicObsession
  • Destination Hogwarts
  • Adie – Créajeunes
  • Sawen
  • Kerlaft le rôliste
  • Roleplay And Sarcasm
  • Akilajo Graphic
  • Les Chutes de Rozan
  • Opale Rôliste
  • Obsession 27
Voir tous nos partenaires | Devenir partenaires

“A ce moment-là, je jure que nous étions l'infini.”

Le monde de Charlie, Stephen Chbosky