Le blog des Infiniters

Blog collaboratif pour les passionnés de jeux de rôle textuels et d'écriture

Écrivons et jouons ensemble !

Comment dynamiser son jeu de rôle textuel ?

Thomas Munier
 
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

J’ai commencé le jeu de rôle textuel en 2001… sur les forums Caramail. Cela ne nous rajeunit pas.

Après un gros hiatus dans lequel j’étais plus occupé à faire du jeu de rôle sur table (réelle ou virtuelle) et du jeu de rôle grandeur nature, je me suis de nouveau intéressé au RPG écrit quand un groupe a fait une séance textuelle avec un de mes jeux de rôle (Inflorenza) et un autre sur une campagne entière. Je me suis remis à la page en suivant les débats Infiniters sur Youtube, et j’ai ensuite proposé Les Forêts Mentales sur la plateforme Infinite RPG, mes propres règles pour faire du jeu de rôle textuel dans mon univers forestier de Millevaux. Les Forêts Mentales s’éloignaient de règles de jeu de rôle sur table pour épouser les contraintes du jeu de rôle textuel et proposer un format à la fois peu exigeant en engagement (un post par jour avec possibilité de déclarer des jours « fériés ») et nerveux en narration (les règles permettaient à la fois de respecter les principes de mon univers, mais aussi de produire des rebondissements).

Je pratique les médias narratifs sous bien des formes (roman, poésie, jeu de rôle sur table, textuel, grandeur nature, solo, jeu de plateau, jeu vidéo) et je m’intéresse en général aux concepts sous-jacents. Je voulais ici produire un retour d’expérience avec le challenge suivant : comment dynamiser ses RP en jeu de rôle textuel ?

Je précise que je suis loin de connaître toutes les façons de jouer (par exemple, je suis très peu calé en City), donc bien sûr ce que je propose demandera un travail d’adaptation. J’ai essayé de proposer des pistes qui s’adaptent aussi bien au jeu avec ou sans modo, et même au jeu solo.


Apparté : interview de Thomas Munier sur Youtube

Retrouvez sur notre chaîne Youtube une interview de l’auteur Thomas Munier !


Des enjeux pour nos personnages

Quand nous accomplissons quelque chose d’important, nous pouvons déclarer ensuite une conséquence négative. Ce qui est mieux, c’est si cette conséquence est également liée à l’ambiance de l’univers de jeu (dans un jeu City, si un personnage décroche un gros contrat, peut-être que son amoureux.se va se détacher de lui), et le mieux du mieux, c’est si cette conséquence est aussi liée à un autre personnage (ainsi, l’amoureux.se de notre personnage va désormais draguer un autre personnage). 

Amenons des défis dans le jeu, sans attendre après les autres pour ça. Évoquons ce frère perdu que nous recherchons depuis toujours, cet étrange manuscrit que nous cherchons à déchiffrer, cette clef dont nous ignorons quelle porte elle ouvre, ou ce mentor que nous voulons impressionner. Lançons-nous dans la résolution de ces défis, personnels, ou liés aux enjeux d’autres personnages, et le jeu collectif fera le reste.

Puiser l’inspiration dans toute forme de jeux

Pensons hors du cadre. Pour amener des idées surprenantes qui font bouger les choses, sortons le nez de notre écran, du format JDR textuel et même du contexte de jeu. Allons puiser de l’inspiration dans tous les médias ludiques et narratives : telle épreuve rencontrée dans un jeu vidéo peut être réintroduite dans notre RP, tel personnage issu d’un visual novel peut devenir l’élu.e de notre cœur, telle mécanique d’escape game peut ressortir dans la prochaine pièce que nous explorons.

Faisons des jeux dans le jeu. Les pico-games et autres nano-games sont parfaits pour amener du sel dans notre RP, et peuvent se faire avec la complicité des autres joueurs et joueuses. Par exemple, ce pico-game de Valentin T. peut motoriser une scène d’enquête :

« Le crime parfait

Jeu de rôle pour 3 participants

Le MJ décrit les faits d’une scène de crime : la victime, le lieu, les objets, la situation. Les deux autres joueurs peuvent poser chacun 5 questions au MJ au sujet de cette scène de crime. Le MJ peut refuser une question s’il estime qu’un enquêteur sans matériel particulier n’est pas susceptible de lui trouver de réponse en quelques minutes d’investigation. Ensuite, les deux joueurs exposent chacun leur tour leur interprétation des faits. Le MJ énonce qui est le plus proche de la vérité, sans rien révéler de plus. »

De manière générale, vous pouvez utiliser des règles de jeux de rôles sur table pour créer le profil de votre personnage, établir ses motivations ou évaluer s’il réussit une action et quelles sont les conséquences. Il y a beaucoup de jeux de rôle différents, certains ont une identité forte qui va beaucoup orienter votre RP, comme par exemple The Beast par Aleksandra Sontowska et Kamil Wegrzynowicz, un jeu de rôle où l’on a une relation érotique dérangeante avec un monstre, ou Inflorenza Minima qui pose un dilemme moral à chaque résolution de défi.

Tous les petits jeux d’inspirations nous seront utiles, tels que les Story Cubes de Rory O’Connor (des dés qui donnent des orientations narratives), Muses et Oracles de Saladdin (système de carte qui sert à la fois pour résoudre les actions et obtenir des inspirations), Imagia (un jeu de cartes de Franck Plasse et Le Grumph, qui vous donnera des illustrations inspirantes), Dixit (un jeu de cartes par Jean-Louis Roubira avec des illustrations surréalistes) ou un bon vieux tarot de Marseille, toujours très efficace pour faire voyager l’imaginaire.

Trouver le rythme entre moments de pause et temps d’action

Notre jeu gagnera à être nerveux. Agissons sans forcément trop attendre les autres, cela devrait les galvaniser et les inspirer (bien sûr, assurons-nous en méta que c’est bien le cas, et freinons notre jeu si c’est demandé). Cependant, gardons-nous d’une frénésie d’action qui deviendrait grotesque et contre-immersives.

Assurons-nous des moments de calme et d’introspection pour notre personnage. Ces moments peuvent être feelgood (notre personnage va prendre le thé avec sa mamie et lui raconte ses aventures) ou feelbad (notre personnage se soûle au scotch de contrebande dans un bar miteux en ressassant ses vicissitudes). Ces moments de calme peuvent aussi être l’occasion d’un dialogue posé avec un autre personnage, un moment de confidence ou de menace larvé. Un moment de calme devrait toujours s’avérer aussi riche en informations qu’un moment d’action : ce n’est pas du jeu au rabais.

S’il convient de jouer aux montagnes russes entre action et contemplation, gardons-nous que ça se ressente dans la taille des posts. Un post d’introspection mérite la même taille qu’un post d’action. Dans la mesure du possible, la taille de nos posts devrait varier du simple au double, jamais plus. Cela évite que les autres soient pris de court. Sauf effet de style très calculé, nous devrions éviter les longs placards ou les posts d’une phrase.

Utiliser le contexte spatio-temporel dans sa narration

Évitons que nos posts tournent uniquement autour du nombril de notre personnage. Son environnement est important, ne serait-ce d’ailleurs que pour en dire plus sur le personnage, de façon plus ou moins symbolique. « Il pleut tristement sur les quais où j’erre, dans l’odeur de béton mouillé », n’est certes pas un moment de bravoure littéraire, mais il permet de placer notre personnage dans un décor, décor qui nous instruit sur l’état d’esprit du personnage.

Cet espace que nous décrivons, faisons-en un réel espace de jeu. Envisageons les décors que notre personnage visite comme un mini-donjon, les figurants que notre personnage rencontre comme un défi de roleplay. Sans porter entorse au jeu des autres ou au modo, nous pouvons facilement décrire comment nous résolvons quelques mini-épreuves, juste pour montrer que notre personnage n’a pas perdu la main, qu’il est crédible dans son rôle. Cela inspirera les autres pour nous proposer des défis ou des dilemmes plus intenses qui nécessiteront un échange à plusieurs pour être traités.

Nous pouvons aussi nous abstenir de décrire notre environnement mais lancer des pistes. Alors que nous nous mettons en route vers un endroit, disons ce que nous nous attendons à trouver (exemple dans La Clef des Nuages, jeu de rôle sur table de kF). La personne en charge de décrire l’endroit pourra utiliser ça comme inspiration si elle le désire.

Interagir avec les autres personnages pour faire avancer l’histoire

Dans la mesure où nous jouons à plusieurs, les choses seront toujours mieux huilées si nous tenons compte les uns des autres. Assurons-nous d’avoir un canal méta et utilisons-le pour demander aux autres comment ça va, quelles sont les attentes, s’il y a des blocages, des projets… Cela n’est pas forcément uniquement le rôle du modo de poser ces questions-là : l’écoute collective est bénéfique à toute l’équipe. De temps en temps, si c’est possible, une petite coordination en vocal via Discord ou autre permet de remettre les choses au clair et de relancer la machine.

Ce jeu social, il est tout aussi important dans notre RP. Même si notre personnage est le loup solitaire le plus individualiste du monde, quand nous l’incarnons, assurons-nous de tendre des perches aux autres (notre personnage agresse ou complimente un autre personnage, organise quelque chose avec lui, ou évoque un passé commun ou un serment…). Tâchons aussi de bien lire les posts des autres entre les lignes et de rattraper toutes les balles qu’on nous lance, même si ça implique de délaisser un instant notre quête personnelle pour faire du jeu choral. Par ailleurs, notre quête perso, il ne tient qu’à nous de la relier aux autres personnages. Et si l’assassin que nous pourchassons s’en était aussi pris à un proche d’un collègue ?

Essayons de nous figurer la relation que nous entretenons avec chaque personnage, et si elle est trop mince, creusons-là pour nous donner plus d’opportunités d’interactions. Demandons de l’aide aux autres personnages, ou au contraire affrontons-les dans une lutte directe ou un contentieux périphérique. Pensons collectif !

Se poser les bonnes questions sur l’histoire de son personnage

Jouer d’instinct a son petit intérêt, mais nous pouvons aussi essayer de jouer en ayant une trame générale en tête. Recherchons une cohérence d’ensemble pour notre personnage, ses actions et ses aventures :

  • Quelles sont les valeurs du personnage et comment peuvent-elles être « challengées » ?
  • Quel est son histoire et comment va-t-elle revenir sur le tapis ?
  • Quelle est sa physionomie et les lieux qu’ils fréquentent, qui constituent son apparence, ses habilités et sa personnalité ?
  • Quels sont les tropes liés à notre personnage ? C’est-à-dire : quelles genre d’aventures est-il destiné à vivre ? Comment surviennent-elles et s’y prête-t-il de bonne ou de mauvaise grâce ? (Isabelle Périer, Pour une poétique des valeurs en JDR, conférence au colloque universitaire « Engagements et résistance au jeu de rôle »)

Ce schéma global, une fois en tête, peut s’avérer être un véritable compas pour nos RP, qui va donner une cohérence à nos posts, et renforcer celle du jeu tout entier, à condition que nous ayons fait un personnage compatible avec le contexte de jeu et les envies globales des autres.

Et vous, comment apportez-vous de la dynamique dans vos jeux de rôle ?

J’espère que cet article vous a donné envie d’expérimenter dans le cadre de vos futurs RPs, ou vous a confirmé dans des pratiques que vous aviez peut-être déjà.

Il est bien sûr loin d’être exhaustif, les techniques de jeu et de narration ayant atteint une masse encyclopédique de nos jours. Je suppose aussi que chaque technique proposée ici pourrait être contredite par une technique inverse (par exemple : prôner le respect du contexte de jeu plutôt que d’importer trop de sources d’inspirations externes est une position qui se défend tout à fait).

Je suis à votre disposition dans les commentaires pour en débattre et découvrir quelles sont vos propres techniques. Et venez me rencontrer lors de mon atelier d’écriture Synergie entre jeu & narration, EXCEPTIONNELLEMENT sur Paris le samedi 2 février avec le studio infinite ! Merci de votre attention ! 🙂

 
Partage cet article sur les réseaux sociaux !

Écrivons et jouons ensemble !

Thomas Munier

Thomas Munier (1 articles)

Thomas Munier est l'auteur de jeux et de suppléments dans la forêt de Millevaux (Inflorenza, Millevaux Sombre, Odysséa) et dans des rêves (Marins de Bretagne, S'échapper des Faubourgs, Dragonfly Motel). Il anime Outsider, un blog sur l'énergie créative et les univers artisanaux. Il aime aussi les collages à la Prévert, les musiques sombres, le cinéma, le vertige logique, et les petits chats. Site web : https://outsiderart.blog/

 
Icone Infinite RPG Icone twitter
Et si tu nous proposais un article ?

A noter : Le blog des Infiniters publie des articles proposés bénévolement par tout membre de notre communauté de rôlistes, qui respecte notre charte de bonne conduite et notre ligne éditoriale. Le rédacteur est un contributeur externe à l'équipe d'infinite RPG. Son avis n'engage que lui, dans son article et dans ses commentaires.

Viens nous rejoindre !

Nouveau sur infinite RPG ? Inscris-toi ! Tu es déjà inscrit ? Connecte-toi ! Icone Facebook Icone Facebook Icone Youtube Icone Twitter Icone tumblr Icone RSS
 

2 réponses à “Comment dynamiser son jeu de rôle textuel ?”

  1. Avatar Wex dit :

    Un très bon article avec des sources intéressantes à consulter, merci beaucoup !

    Perso’, lorsqu’il s’agit d’entamer un RP avec quelqu’un, je lui demande d’abord de se définir un objectif personnel qui aura – qu’il soit accompli ou non – un impact sur tous ses RPs suivants.

    Par la suite, il s’agit de mettre des obstacles à chaque personnage et qui ne pourront être résolus qu’avec le concours de l’autre, de sorte que la coopération crée des interactions. L’inverse est possible, si l’autre joueur constitue l’obstacle du fait d’intérêts divergents.

    Enfin, il peut être intéressant de considérer des personnages comme liés sur le long terme : leur coopération/opposition ne doit pas s’arrêter à la fin du RP. Les deux joueurs peuvent donc échanger HRP pour savoir ce que leurs personnages feront ensemble ou chacun de son côté pour aider ou mettre des bâtons dans les roues de l’autre. Cela a notamment l’avantage de vous donner beaucoup de matière si vous deviez refaire un RP ensemble.

  2. Thomas Munier Thomas Munier dit :

    C’est très intéressant que tu insistes sur l’échange entre les deux joueurs. Bien qu’on s’envoie des monologues, le jeu de rôle textuel est en effet très collaboratif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Abonne-toi à la newsletter d'infinite RPG

Partenaires

  • Obsession 27
  • Kerlaft le rôliste
  • Destination Hogwarts
  • Pub RPG Design
  • GraphicObsession
  • Le Blog du RPG
  • Les Chutes de Rozan
  • Chroniques d'une RPGiste
  • Draftquest
  • Sawen
  • Roleplay And Sarcasm
  • Chercher un Avatar WTF
  • Opale Rôliste
  • L'Ivre Book
  • Adie – Créajeunes
  • Labo de l'Edition
  • Akilajo Graphic
  • Entrance Icons
  • Eternal Lust
  • Mademoiselle Cordelia
Voir tous nos partenaires | Devenir partenaires

“A ce moment-là, je jure que nous étions l'infini.”

Le monde de Charlie, Stephen Chbosky