Le blog des Infiniters

Blog collaboratif pour les passionnés de jeux de rôle textuels et d'écriture

-5% Chez notre partenaire Pelopia Enlève Adblock pour soutenir Infinite RPG

Les archétypes du bestiaire fantastique

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Genre de prédilection en littérature comme au cinéma, le fantastique est encore très présent dans notre culture. Il n’est donc pas étonnant de voir que ce genre connaît un franc succès dans les jeux de rôle textuels (RPG). Que ce soit dû à des phénomènes de mode (Twilight et compagnie) ou à un véritable amour du fantastique, les joueurs de RPG fantastique n’ont pas peur de repousser les frontières du réel. Mais comment aujourd’hui, avec un tel succès, avoir encore quelque chose d’original ?

Bien qu’on reproche souvent au fantastique de fournir toujours les mêmes codes et les mêmes histoires, il y a en réalité une grande variété de bestiaires qui permettrait de sortir des sentiers battus.

Vampires, loups-garous, sorciers : le trio gagnant

Côté jeux de rôle textuels (RPG), ces trois créatures se croisent très souvent.

vampire

Vampire by Great Beyond

Indéniablement, les vampires ont toujours eu la côte ; revenant régulièrement à la mode au fil des années, ils font sans conteste partie des créatures surnaturelles préférées du public amateur de fantastique (avec les fantômes évidemment, voir plus bas). Il faut dire qu’on peut croiser différents types de personnages vampires tels que le beau ténébreux fascinant (Twilight, Vampire Diaries, True Blood), le héros torturé (Entretien avec un vampire, Dracula, Les prédateurs) ou alors le super méchant (Une nuit en enfer, Blade, Je suis une légende).

Le loup-garou est une créature qui a aussi connu ses années de gloire (Le chien des Baskerville, La bête du Gévaudan, Le pacte des loups) et fait son retour ces dernières années via des romans et séries dédiés à la jeunesse (Teen Wolf, Underworld) ainsi qu’avec le célèbre jeu des Loups-Garous de Thiercelieux. Contrairement au vampire, le loup-garou, lui, est badass par définition et sied mieux à un jeu mettant en opposition l’humanité à l’aspect animal. En somme, le loup garou est une variation du mythe de Doctor Jekyll et Mister Hyde, c’est à dire l’opposition du bestial, de l’instinctif et de l’intelligence, de la raison.

oh-no-werewolf

Werewolf by Kevin Lawver

Enfin, les sorciers, eux, sont une figure récurrente du fantastique. De Merlin l’enchanteur à Harry Potter, en passant par le vieux costume de sorcière présent à chaque Halloween, mais aussi par les contes de fée, les sorciers apparaissent régulièrement sous différentes formes. Récemment, les sorciers se sont payés un coup de jeune grâce à quelques séries dans le vent (Le Cercle, American Horror Story saison 3 Coven).

Pour beaucoup de rôlistes, tout univers fantastique se doit de proposer ces trois créatures de base, puis il convient d’ajouter des chasseurs et parfois des créatures hybrides. Et il est vrai que les jeux de rôle rassemblant ces créatures connaissent un sacré succès ; ce n’est pas le jeu de rôle sur table Le monde des ténèbres qui vous dira le contraire.

Bien sûr, certains préfèrent éviter les mélanges et se concentrent sur une seule de ces trois créatures. D’autres apportent des variantes, ainsi on peut remplacer sorcier par druides, loup-garous par métamorphes et vampires par tout autre mythe proche dans la thématique. Enfin, on peut mélanger ce bestiaire avec d’autres, comme dans la série Supernatural ou plus récemment dans Penny Dreadful où se mélangent loup-garous et démons.

Vampires, loups-garous et sorciers forment une base de bestiaire intéressante pour un univers fantastique modulable.

Manichéen : anges contre démons

Ah ! le très classique duo des anges et démons !

La présence des démons a toujours été iconique dans les films d’horreur. Croisant le fantastique du cultissime L’Exorcisme à L’avocat du Diable, les démons sont souvent la cause d’un comportement anormal et donnent lieu à des combats dantesques, ainsi qu’à des exorcismes mémorables.

Bien sûr, les anges ne sont pas en reste. Dans le très bon L’Emprise, un père de famille se met à tuer des gens persuadés qu’un archange lui a donné cette mission d’éliminer les démons.

waiting-creature

The waiting creature by Rubén Chase

Et comment évoquer le combat des anges contre les démons sans mentionner le manga Angel Sanctuary où un jeune homme se retrouve avec une âme d’ange déchu ? Sans parler de la série Supernatural où deux chasseurs se retrouvent coincés dans une guerre entre le ciel et l’enfer, ou encore du comics Constantine (avec son adaptation filmique et bientôt une série!). Côté livre de jeu on retrouve bien évidemment un classique dans le genre : In Nomine Satanis – Magna Veritas qui évoque la guerre entre les anges et les démons de manière humoristique. Forcément, avec toutes ces influences, on retrouve pas mal d’inspirations pour les RPG textuels !

Entre les différentes versions de la Bible et les bouquins de démonologie, les amateurs des anges et des démons ont de quoi fournir un univers riche à leurs joueurs.

Les démons et les anges offrent aussi l’avantage d’être suffisamment complexes pour pouvoir sortir des sentiers battus. Cependant il faut se méfier de la tendance au grosbillisme et au manichéisme facile que ce type d’univers peut attirer.

Les hantises : une histoire de fantôme.

Symbolisant la croyance en un au-delà, les fantômes sont sans nul doute les créatures du fantastique qui ont toujours été présentes dans la culture populaire. Beaucoup de personnes croient en leur existence ; aux États-Unis, on a même des « chasseurs de fantômes ». Les fantômes évoquent la réalité : notre mort prochaine et l’espoir d’une vie après la mort.

ghost

Ghost by photophilde

Bien souvent les parties classiques de jeu de rôle avec des fantômes se déroulent dans notre monde, les fantômes hantent un lieu (comme dans n’importe quel film de fantôme, par exemple La maison des damnés, House of Hunting Hill, Les innocents, Les autres) ou alors ils se projettent dans le corps d’êtres vivants (comme dans le film Ghost). Leur invisibilité et leur capacité à traverser les murs offrent de nombreuses possibilités d’univers. Aussi trouve-t-on souvent des RPG se déroulant dans les limbes, dans le royaume des morts (une version de l’enfer ou de l’au-delà), dans un monde fantomatique (un RPG city avec une atmosphère fantastique), dans un univers plus proche du thriller. Les fantômes par leur aspect plus proche et réel que d’autres créatures du fantastique permettent de créer une ambiance mystérieuse à la Edgar Allan Poe.

Et si vous recherchez des histoires de fantômes différentes de celles auxquelles on est habitué, pourquoi ne pas miser sur les fantômes japonais ? Dans la culture japonaise on accorde une vraie importance aux fantômes. Il y a énormément de légendes urbaines autour des fantômes et de nombreux mangaka ont exploré ces histoires. Surtout si vous désirez mettre un peu de frissons dans votre univers, il y a vraiment matière à faire avec les fantômes japonais ! On peut jouer dans une ville moderne aux côtés horrifiques ou au contraire plonger dans un monde spirituel et explorer les antiques traditions nippones.

Le monde oriental avec les djinns !

La culture orientale est source de bien des légendes et des mythes mais surtout elle est imprégnée de surnaturel. Dans certains villages au Maghreb, les gens croient réellement en l’existence des djinns et de nombreux exorcismes sont pratiqués. Là-bas, il ne faut pas plaisanter avec les esprits des morts et encore moins avec les démons. Ces derniers sont tellement présents dans le folklore actuel que l’on se prémunit contre eux.

Race à part entière, capable de prendre forme animale ou humaine, les djinns sont à proprement parler des esprits vivants organisés. Dotés de pouvoirs surnaturels, ils sont souvent liés à un élément : le feu, l’eau, l’air… Certains djinns sont mauvais, comme les humains le sont. Considérés comme créatures de libre arbitre, elles peuvent croire ou non en Dieu, et peuvent choisir de respecter ou non les lois.

L’aspect exotique de ces créatures, sans parler de son côté Mille et Une Nuits, fait des djinns des créatures idéales pour un RPG fantastique original, puisqu’elles sont peu vues. Cependant, il faudra se renseigner sur le sujet et fournir des annexes soignées afin que les joueurs puissent les aborder facilement.

Les mythes et légendes de nos ancêtres : la mythologie.

Quand on pense à mythologie immédiatement, on pense immédiatement aux dieux gréco-romains et à l’Egypte antique. Et c’est un point de départ pas inintéressant. La mythologie antique fascine aussi bien les auteurs, réalisateurs que les maîtres du jeu créant des RPG depuis un sacré bout de temps ! Et puis, qu’y a-t-il de plus dépaysant que de jouer une pythie dans la Rome antique ? Pour autant contrairement à ce qu’on pourrait croire la mythologie ne se résume pas au panthéon des dieux et monstres gréco-romains !

persee-medusa

NYC – Metropolitan Museum of Art – Perseus with the Head of Medusa by Wally Gobetz

Chaque pays, chaque culture a sa propre mythologie : c’est-à-dire la somme des mythes et légendes qui ont fondé la culture d’un pays.

Par exemple, la mythologie celtique évoque les fées (il est étonnant d’ailleurs de remarquer que les fées, en premier lieu, étaient plus grandes que les humains), les lutins, les ondines et j’en passe. Ce que l’on appelle aujourd’hui la féerie vient directement de la mythologie celtique !

Cette dernière est d’ailleurs assez proche de la mythologie nordique qui, quant à elle, mêle des monstres comme les trolls aux dieux d’Asgard qui ont connu un certain succès depuis la sortie du film Thor.

Vous comprenez le truc ? Chaque civilisation a sa propre mythologie ! Il est donc possible d’envisager un RPG se déroulant en Inde où l’on verrait la déesse Kali rencontrer des créatures sortant tout droit des mythes locaux ! Comme l’on pourrait imaginer un RPG se déroulant du temps des Incas avec tous les mythes et légendes presque liés à la vie extraterrestre. Plus simplement, on pourrait reprendre la mythologie slave avec un contexte de nos jours, à moins que ça ne soit l’Asie qui vous intéresse.

Srirangam

Lakshmi Narasimhar Paintings in Srirangam by Nithi Anand

Les contes et légendes urbaines.

Les contes si l’on regarde bien sont des légendes urbaines datant d’une époque médiévale pour la plupart. L’histoire du Petit Chaperon Rouge est-elle si différente de l’histoire de la fille de la légende de la Dame Blanche qui apparaîtrait aux bords de routes ?

Les contes avaient pour but d’apporter une morale mais retraçaient aussi une crainte de l’époque chez les personnes qui écoutaient ces contes : la peur du loup, la peur de l’étranger, la peur de l’envie et la jalousie des autres, la peur de mourir, de vieillir, de grandir… Ces craintes sont aujourd’hui plus prosaïques : la peur d’être tué par un psychopathe ou par un évadé de l’asile psychiatrique !

Le grand avantage des contes comme des légendes urbaines, c’est qu’il s’agit de scénarios assez classiques, de trames éculées qui peuvent servir à raconter de nouvelles histoires. Les contes de fée revisités sont la grande mode actuelle sans doute mis au goût du jour par la série Once Upon A Time.

Mais les légendes urbaines ont connues elles aussi leur heure de gloire dans les années 90 (Scream, Souviens-toi de l’été dernier, Légendes urbaines). L’idée étant de se baser sur ces histoires aux trames ultra classiques pour créer quelque chose de nouveau et qui, forcément, fera écho à quelque chose d’universel.

Plus complexe à utiliser que les bestiaires classiques ou la mythologie, ils peuvent néanmoins offrir un cadre plus rassurant car déjà connu aux joueurs, qui pourront s’amuser plus facilement car connaissant déjà le terrain et pouvant y mettre leur inspiration à eux dedans avec plus de facilité.

Proposez-nous votre propre bestiaire !

Comme vous le voyez, le fantastique n’est pas vraiment limité, ni par le temps, ni par les frontières. Ce qui fait sa force, au fond, c’est la multitude d’univers auquel il a donné lieu. Chaque type de bestiaire offre des infinités de jeu. Et encore, je me suis limitée aux plus connus, mais il en existe sans doute d’autre.

Auriez-vous en tête d’autres bestiaires ? Est-ce que celui-ci vous a donné des idées ? Des envies ?

 
Partage cet article sur les réseaux sociaux !

La plateforme RPG est en ligne : Viens tester !

Eden Memories

Eden Memories (19 articles)

Passionnée d'écriture depuis toute petite, Eden Memories est une assidue RPGiste, une graphiste à ses heures perdues, tâtonnant dans le html (souvent en ayant l'impression de naviguer à vue), qui dans la vie est dans l'audiovisuel. Site web : http://mauvaisgenresaucinema.wordpress.com/

 
Icone Facebook Icone tumblr
Et si tu nous proposais un article ?

A noter : Le blog des Infiniters publie des articles proposés bénévolement par tout membre de notre communauté de rôlistes, qui respecte notre charte de bonne conduite et notre ligne éditoriale. Le rédacteur est un contributeur externe à l'équipe d'infinite RPG. Son avis n'engage que lui, dans son article et dans ses commentaires.

Viens nous rejoindre !

Nouveau sur infinite RPG ? Inscris-toi ! Tu es déjà inscrit ? Connecte-toi ! Icone Facebook Icone Facebook Icone Youtube Icone Twitter Icone tumblr Icone RSS
 

5 réponses à “Les archétypes du bestiaire fantastique”

  1. Leodeens dit :

    J’utilise un bestiaire autre que celui ange/démon ou vampire/loup-garou. J’ai beaucoup de mal à m’imaginer jouer un vampire car désormais les 3/4 de ce genre de personnages sont des hybrides de plus en plus exotiques, sombres et taillés comme des dieux/déesses grec(que)s. J’aurais plutôt tendance à revenir aux origines du vampire, à l’être laid et repoussant à la Nosferatu et au charme morbide que dégage le Dracula de Bram Stoker. Un mixte des deux pourrait donner quelque chose de pas mal du tout ! Et sans oublier que les vampires sont des morts-vivants malgré tout, et qu’ils ne peuvent pas nager car l’eau repousse tout ce qui est impur (bref, les inconvénients de la vie d’un vampire qui passent trop souvent à la trappe au profit du côté so-badass-trop-dark de la mort du personnage).

    Les anges … C’est pas simple comme sujet car ça s’inscrit dans un concept de religion ou de croyance (même si ça ne semble pas à première vue) quand on inscrit un ange ou un démon dans un contexte fantastique. Par exemple, la vision de l’ange qui revient souvent est celui de l’ange biblique, avec ses ailes blanches, sa grande beauté et son oréole. C’est un peu le même truc pour les démons, avec ce shéma devenu banal des sept péchés capitaux, de Satan, Lucifer et toute la team. Bon, maintenant les démons sont plus des succubes/incubes en puissance tant leur physique est généralement décrit comme exceptionnel …

    Mais les anges et démons d’autres civilisations/croyances sont de véritables mines d’or ! Et il arrive parfois de tomber sur un spécimen nettement moins manichéen que ce à quoi l’on pourrait s’attendre. Par exemple, le démon Pazuzu dans la mythologie mésopotamienne est le démon des vents destructeurs, craint pour les ravages qu’il peut provoquer mais il protège aussi les femmes enceintes et les enfants en bas-age des maladies répandues par l’une de ses congénères !
    Peut être qu’élargir ce genre de notions à d’autres réferences culturelles peut donner d’excellentes choses au final !

    Tout ça pour dire que j’aime beaucoup la mythologie hindouiste, les mononokés yaponais et les yokais en général (bien que n’étant pas fan du japon et des univers rolesques asiatiques), j’ai une allergie envers la mythologie grecque et latine (voire egyptienne) qui sont utilisées bien souvent à tord ou pour suivre une mode lancée par une série TV. J’aime beaucoup les fantômes, et (je ne sais pas comment appeler ça) les motifs récurrents dans les cauchemars (sorte de manifestation d’un mort qui menerait un individu en bourrique dans ses songes en lui faisant perdre la notion de réalité/rêve).

    Sinon, bon article 🙂

  2. Wex dit :

    Je dois dire que je suis un peu déçu par cet article qui correspond à grand peine à son titre. Un panorama des créatures les plus couramment utilisées dans les fora ; avec, sur la fin, quelques propositions sans développement. Dommage. Mais l’effort est déjà louable, et l’article a toujours le mérite d’ouvrir le débat. Je ne vais donc pas m’amuser à le saper.

    Le problème, c’est que, bien souvent, les joueurs ne s’attachent qu’à une tendance et ont peur de la nouveauté. J’ai toujours rêvé de trouver un forum fantastique dans un univers indien ou perse, et n’en n’ai jamais vu. Même certaines créatures au fort potentiel, comme le wendigo, ou les folklores aux couleurs résolument modernes comme le vaudou sont peu sinon pas exploités. A savoir si cela vient du fait que nombre de rôlistes ont une mentalité stationnaire ou s’ils sont totalement dépourvus d’imagination (quoiqu’en disent les défenseurs du média), c’est une autre affaire. Toujours est-il que là où le bas blesse, c’est souvent au niveau de l’originalité.

    On nous rabâche incessamment les mêmes contextes chiants à base d’anges, de démons, d’elfes ou de dragons dominant le monde. Mais vous n’avez qu’à foutre un pauvre petit ange du panthéon babylonien dans votre monde imaginaire, et vous aurez un résultat tellement plus efficace.

    D’ailleurs, comme l’a très bien suggéré Leodeens, le fantastique ne nécessite pas forcément de créatures imaginaires. Ces cauchemars récurrents, ces phénomènes qu’on qualifie trop aisément de paranormaux tout en se disant éclairés, toutes ces survivances des superstitions de nos ancêtres qui sont autant de tares, peuvent être exploitées. Même les concepts plus récents tels que le Unheimliche peuvent être mis à contribution pour donner à l’univers d’un forum un jour tout à fait différent qui serait à même de changer le gameplay.

    En terme de perspectives, j’ai d’ailleurs toujours trouvé qu’un personnage normal confronté à un élément fantastique était toujours plus intéressant d’un point de vue rôlistique qu’un personnage fantastique dans un cadre normal. Mais là encore, l’envie de vouloir un personnage qui sort du commun et soit plus fort que les autres dessert le gameplay – la plupart du temps, du moins.

    Allez, en bonus, voici une poignée de concepts qui pourraient donner lieu à des fora sympathiques (nota : tous ne sont pas fantastiques) :

    > un univers où l’on incarne des chasseurs de cauchemars.
    > un univers où les personnages peuvent entrer dans les films comme dans des dimensions et en changer le cours.
    > un univers où l’être humain est devenu si stupide et les machines si intelligentes, que vous contrôlez des robots tentant de survivre dans une apocalypse… Humaine.
    > un univers où vous jouez des personnages de jeu vidéo qui se rebellent à cause de leurs conditions de travail.
    > un univers où vous jouez des insectes.
    > un univers où une catastrophe mondiale a retiré au monde toutes ses couleurs.
    > un univers où les animaux se mettent, du jour au lendemain, à avoir une conscience.
    > un univers où tous les personnages sont employés dans une entreprise de super vilain voulant détruire le monde.
    > un univers où les bananes donnent des pouvoirs extraordinaire à qui en mange.

    Etc., etc. On peut continuer très longtemps, comme ça. On a trop tendance à croire que les idées sont limitées par le gameplay des fora, mais c’est faux. Les fondateurs n’ont aucune excuse. Vous entendez, fondateurs ? Retroussez-vous les manches et faites un saut dans le vide, pour une fois ; de toute façon, votre forum mourra par votre manque de motivation, alors quitte à ce que l’expérience soit courte, autant qu’elle soit intense !

  3. Eden Memories Eden Memories dit :

    Oui le titre est un peu trompeur, j’en suis pas fan. L’idée c’était de partir sur les bases archi connues et s’ouvrir sur d’autres possibilités. Comme tu le dis rien que dans les créatures américaines au final on voit très peu de shamanisme, de wendigo ou de vaudou alors qu’une pléthore de forums fantastiques sont situés aux USA. Maintenant il y a aussi le fait que les RPG sont basé à 90% du temps sur le sol américain ou anglais, et les avatars sont blanc de chez blanc, résultat, jouer des indiens… pourtant comme tu le dis y’a la matière. L’asie, le moyen orient et même l’afrique ont un sacré potentiel en terme de mythologie mais pas vraiment exploité.

    Tes propositions sont intéressantes mais versent plus dans la science fiction, et l’article était vraiment dédié au fantastique. A mon sens la science fiction offrent des idées porteuses de réflexions sur le monde alors que le fantastique lui essaie plutôt de donner forme à nos cauchemars, à nos mythes, mais aussi de laisser juste l’imagination agir.

  4. Wex dit :

    Je suis assez d’accord avec toi, cependant, science-fiction, fantastique, etc. Tout ça n’est qu’un traitement, au final. On peut parfaitement traiter un bestiaire fantastique de manière réaliste et en faire un univers de SF tout comme on peut créer du fantastique avec des éléments SF. Le cas classique de l’invasion alien est souvent traité sous l’angle fantastique, dont l’optique n’est pas tant de jouer sur les peurs (les JdRs d’horreur sont très peu nombreux sur les fora) que sur le lien ténu entre réalité et imagination.

  5. Morgane dit :

    C’est vraiment dommage que les parties qui auraient pu apporter la touche d’originalité dans le bestiaire soient moins développé en effet. Personnellement, j’utilise pas mal le cinéma ou les séries télés pour m’ouvrir sur un monde inconnu je l’avoue mais après en faisant quelques recherches sur les origines de ce que je connais grâce à ces intermédiaires je trouve des idées tellement ahurissantes à jouer. Bon, je dois avouer qu’en regardant Lost Girl et Nymphs, j’ai voulu jouer une succube car ça me paraissait plutôt cool mais au final j’ai vraiment changer complètement d’idée, ça lasse de jouer un type de personnage que plusieurs personnes connaissent et je suis parti dans les demi-dieux grecs en prenant des dieux mineurs dont je connaissais même pas l’existence avant mes recherches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Abonne-toi à la newsletter d'infinite RPG

Partenaires

  • Chercher un Avatar WTF
  • Chroniques d'une RPGiste
  • GraphicObsession
  • Les Chutes de Rozan
  • Opale Rôliste
  • Adie – Créajeunes
  • Eternal Lust
  • Sawen
  • Roleplay And Sarcasm
  • Destination Hogwarts
  • Akilajo Graphic
  • Kerlaft le rôliste
  • Obsession 27
  • Le Blog du RPG
  • Entrance Icons
  • Festival Les Mondes d'Elor
  • Labo de l'Edition
  • L'Ivre Book
  • Mademoiselle Cordelia
  • Festival des Mondes de l'Imaginaire
  • Draftquest
  • Pub RPG Design
Voir tous nos partenaires | Devenir partenaires

“A ce moment-là, je jure que nous étions l'infini.”

Le monde de Charlie, Stephen Chbosky